Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 19:13
Respirer un air d'aéroport...

Il a "habité" sur la plateforme de Roissy-CDG pendant plusieurs années… Bien connu de tous les membres du personnel des terminaux A, C et D, il a un jour décidé de changer d'air et de "déménager". Et le voilà parti avec armes et bagages vers le sud, direction Orly. Avec le RER B, rien de plus facile. C'est direct jusqu'à Antony, où il suffit de faire un petit changement pour prendre l'Orlyval, et le tour est joué.

Depuis quelques semaines, il arpente donc la plateforme du sud parisien avec une assurance étonnante. Chaque jour, il change de tenue. Parfois, il arbore un tee-shirt coloré, le lendemain, c'est une chemisette bariolée avec un collier de fleurs, le surlendemain un ensemble chemise-pantalon noir surmonté d'un chapeau à larges bords. Il avance incognito, souvent affublé de grosses lunettes noires qui lui donnent l'air d'arriver d'un de ces pays du soleil, destinations de prédilection des passagers d'Orly. Quand il est sobre, qui pourrait imaginer qu'il n'est pas un de ces nombreux voyageurs qui viennent de poser le pied avec émerveillement sur notre terre de France?

Regardez-le évoluer.

Il faut vraiment être sur la plateforme en permanence pour se rendre compte de son état de sans-logis.

Et après tout pourquoi le taxer de SDF? N'habite-t-il pas à l'aéroport en permanence? Très vite, il a exploré les moindres recoins de la plateforme, et connaît les endroits les plus improbables où il pourra passer des nuits tranquilles à l'abri des regards trop curieux des personnels de sécurité. Pour vivre, il fait les poubelles avec une discrétion admirable: un coup d'œil discret à travers les sachets translucides, et voilà qu'il découvre de superbes trésors: une brioche entière, un demi-sandwich, une bouteille de soda à peine entamée, des vêtements abandonnés par des passagers qui ne veulent pas payer un surplus de bagages, le journal du jour jeté par un salarié qui a fini de le lire, ou même un nouveau chapeau presque neuf à ajouter à sa collection. Et puis, au niveau "arrivées", les gens sont généreux! Ils sont tellement contents d'arriver en vacances à Paris qu'ils sont prêts à se délester d'une ou deux pièces quand on les leur demande avec politesse…

Il est certes un peu difficile d'entamer une conversation avec lui. Mais dans ses bons jours, il laisse tomber une ou deux phrases succinctes: "A l'aéroport, on ne s'ennuie jamais…" "J'ai besoin de respirer un air d'aéroport…"

Anniel Hatton

Partager cet article

Repost 0
Published by Aumônerie protestante aux aéroports