Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2015 4 28 /05 /mai /2015 16:45

     

                Ils sont jeunes ou vieux, hommes ou femmes, européens, africains ou asiatiques. Ils viennent de différents milieux, appartiennent à des couches sociales diverses. Ils ont eu un jour une vie "normale"... et puis un jour, la rupture.

              Chacun a une histoire de vie différente, une vie comme tout le monde, et qui, un beau jour, a basculé.

            Il y a ces voyageurs venant du bout du monde qui ont disjoncté, et qui, plutôt que de reprendre une existence stressante et insatisfaisante, ne sont jamais repartis. Ils ont posé leurs valises à Charles Gaulle ou à Orly, et se sont installés dans une vie d'errance et de mendicité, laissant leurs proches dans l'ignorance de ce qui leur est arrivé...

              Il y a ces femmes étrangères sans papiers mises à la porte de chez elles par leur conjoint, et qui se retrouvent privées de leur logement et de leurs enfants, ne sachant quelles démarches effectuer pour faire valoir leurs droits, ou n'osant pas aller voir les travailleurs sociaux de peur d'être renvoyées dans leur pays d'origine...

              Il y ces hommes que l'alcool a rendus violents, et qui, après une rupture sentimentale, ont perdu leur logement et leur travail...

             Il ya a ces "cas psychiâtriques" qui sont arrivés un jour avec un simple sac, en "cherchant quelque chose", et qui restent là des années en attendant de l'avoir trouvé...

             Et puis, il y a ces travailleurs pauvres qui gagnent tout juste de quoi se nourrir, et trouvent un coin tranquille pour passer la nuit avant de reprendre le travail le lendemain, comme si de rien n'était...

             Il y a ceux qui tâchent de rester propres le plus longtemps possible, et ceux qui ont baissé les bras et dégagent des effluves malodorants à chacun de leurs déplacements.

            Il y a ceux qui sont prêts à parler de leur parcours de vie, et ceux qui ne soufflent mot comme si la honte, la solitude et le désespoir les avait rendus muets.

          Lieu de joie, d'attente et de fébrilité, l'aéroport est aussi un lieu de vie pour beaucoup d'êtres humains dans le désarroi.

           Aumôniers, médecins et travailleurs sociaux arpentent les coursives et viennent à leur rencontre au quotidien, tâchant de les écouter, de les encourager, et de les aider du mieux qu'ils le peuvent... Et s'ils réussissent parfois à en sortir quelques-uns de cet état d'errance perpétuelle complexe, il arrive qu'ils se sentent malgré tout bien démunis devant des situations apparemment inextricables d'êtres humains qui ont pris leur parti de cette vie sans but et sans occupation, et qui ne désirent plus vivre autre chose...

 

                                                                                                                        Anniel Hatton

Partager cet article

Repost 0
Published by Aumônerie protestante aux aéroports