Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 06:54

DSCN2661.JPGIl faisait bien froid en cet hiver 2009. C'était à l'époque de Noël, et la neige s'était faite très présente pendant ces derniers jours de décembre.

Après les fêtes, nous étions en famille à l'aéroport de Roissy pour accompagner deux de nos enfants qui poursuivaient leurs études à l'étranger.

Alors que nous nous disions un dernier au-revoir, mon téléphone se mit à sonner. C'était un jeune kabyle chrétien qui, ayant demandé l'asile politique en France, était retenu en Zone d'Attente pour examen de son dossier par les autorités compétentes. Il demandait la visite d'un aumônier protestant.

 

Son regard angoissé en disait long sur les questions qu'il se posait à propos de son avenir. Mince et habillé de couleurs vives, Abdel semblait à peine plus âgé que nos enfants. Tout en racontant son expérience de vie avec force détails, il frissonnait dans ses vêtements trop légers pour la saison.

 

Un jour qu'il écoutait la radio, il était tombé sur une émission chrétienne, et le message qu'il avait entendu à cette occasion l'avait poussé à se convertir. Menacé de mort par ses voisins, il avait fui, encouragé en ce sens par sa famille qui ne voulait pas se retrouver ostracisée dans le village.

 

La vie d'un demandeur d'asile est souvent un long parcours du combattant. Il n'en fut pas autrement pour Abdel. Démarches administratives interminables, difficultés pour trouver de quoi se nourrir convenablement, hébergement précaire de foyer en foyer au gré des affectations prodiguées par le 115 (n°d'appel d'urgence pour les sans-abri), il finira tout de même par voir son dossier pris en compte. Pendant toute cette période, il passera de temps à autre à l'aéroport, ou me téléphonera régulièrement pour faire le point et solliciter des conseils.

 

Un jour, il vient me voir. Il est catastrophé. Sa demande d'asile politique a été rejetée. En consultant son dossier, je m'aperçois qu'une des raisons données pour le débouter, c'est qu'il ne connaît rien des rites catholiques de base, adoration du Saint Sacrement, signe de croix, génuflexions, etc… La réalité de sa conversion, et par suite des persécutions qu'il a encourues, est donc sérieusement remise en cause. Au fur et à mesure que j'avance dans ma lecture, il me semble clair qu'il s'agit là d'un malentendu dont Abdel a fait les frais, et que les enquêteurs ont fait preuve, dans ce cas, d'une certaine méconnaissance du culte protestant dans toutes ses variantes.

 

Ma plus belle plume servira donc à écrire une lettre explicative qu'Abdel joindra à son appel de la décision prise à son encontre. Plus tard, il me demandera de l'accompagner chez son avocat, qui, bien que commis d'office, prendra son cas au sérieux, le recevant longuement et l'écoutant avec la plus grande attention, se faisant parfois l'avocat du diable pour discerner si son témoignage tient la route.

 

Lors du passage d'Abdel au tribunal, je serai aussi à ses côtés pour l'encourager, et me réjouirai avec lui quand j'apprendrai qu'il a enfin obtenu gain de cause…

                                   

 

                                                                                                            Anniel Hatton

Partager cet article

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans La vie des aumôneries