Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 13:49

DSCN4264.JPGDu bureau d’aumônerie du terminal 2F, j’aperçois une petite dame aux cheveux blancs qui me regarde d’un air implorant. Elle n’ose visiblement pas entrer, mais semble perdue. Accrochée à deux grosses valises assez peu maniables, elle ressemble à une naufragée au milieu de la mer de passagers qui passent et repassent autour d’elle. Voyant son désarroi, je m’approche d’elle et m’enquiert de ce qui la tracasse : « J’ai une réservation pour l’hôtel Hilton », me répond-elle dans un anglais un peu guttural… ça fait au moins une heure que je tourne en rond parce que toutes les personnes que j’interroge me donnent des informations contradictoires. Et me revoici pratiquement à mon point de départ… Pourriez-vous m’aider ? » J’enfile rapidement ma jaquette orange fluo et, à son grand soulagement, l’accompagne à bon port. Quand nous nous quittons, elle déclare, après m’avoir remerciée avec un grand sourire : « Moi aussi, je suis protestante ! »

Un jour, je reçois un coup de téléphone : « Allo, c’est Juliette ! » Je n’ai aucune idée de qui cela peut bien être. La seule Juliette que je connaisse n’a pas cette voix-là. Rapidement, ma mémoire se met au travail… mais en vain. Ma réponse doit être un peu hésitante, parce que ma correspondante précise : « Je travaille à l’aéroport, et il y a trois ans, vous êtes venue vous asseoir à ma table , au restaurant du personnel du Terminal 1… » Je fais des efforts démesurés pour rassembler mes souvenirs. Tout à coup, ma mémoire s’éclaire. C’est vrai qu’à mes débuts sur la plateforme, je ne connaissais personne. Alors, le midi, quand j’arrivais à la cafétéria, je regardais s’il n’y avait pas une femme seule à une table, et j’allais lui demander la permission de m’installer à ses côtés. J’étais plus ou moins bien reçue, suivant les personnes, mais après avoir bavardé un moment, en général le contact commençait à passer, et nous nous quittions en très bons termes.  Juliette, elle, avait semblé assez méfiante à mon égard au départ. Elle avait ensuite admis qu’elle était chrétienne elle aussi, et qu’elle était finalement contente que j’aie pris cette initiative. DSCN4261.JPGEnfin soulagée de pouvoir enfin mettre un visage sur le nom de l'être qui se trouve au bout du fil, je m’exclame : « Juliette ! Que je suis contente de vous entendre ! » Après un court silence, une exclamation de joie fuse: « Dieu soit loué, vous vous souvenez de moi… j’ai de gros problèmes de santé et j’ai besoin de vos prières…»

Anniel Hatton

Partager cet article

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans La vie des aumôneries