Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 07:37

DSCN0008.JPG« Une aumônerie d’aéroport, ça existe ? »

C’est effectivement souvent la question que beaucoup de gens se posent quand ils nous rencontrent.

A quoi ça sert une aumônerie?

Un peu à tout, en fait. Les aumôniers d’aéroports sont polyvalents…

Y a-t-il des lieux de culte clairement définis à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle (CDG) ?

Théoriquement, on doit pouvoir trouver un lieu de recueillement interreligieux dans chaque grand aéroport international. Parfois, il s’agit d’une salle commune à toutes les religions, ou une salle neutre et polyvalente, qui peut être utilisée à d’autres fins en dehors des permanences des aumôniers ou des services religieux proprement dits. A l’aéroport de Roissy-CDG, nous sommes privilégiés, puisque les aumôneries  chrétiennes, juives et musulmanes disposent de trois centres spirituels en zone publique et un plus succinct en zone réservée, avec, à chaque endroit, un bureau d’accueil. Les tenants des trois grandes religions monothéistes peuvent y prier selon leur tradition en toute tranquillité. Des pasteurs, prêtres, rabbins et imams nommés par les organismes nationaux représentatifs de chaque culte sont présents plus ou moins régulièrement sur la plateforme. Chacun peut faire appel à eux en cas de besoin.

En quoi consiste l’aumônerie protestante à CDG?

C’est un service de la Fédération Protestante de France qui met à disposition de l’aéroport deux pasteurs, l’un à temps plein, l’autre à mi-temps.
Lors de nos permanences dans le bureau d’aumônerie, nous accueillons toutes sortes de personnes, dont certaines ont un réel désir d’aborder des questions spirituelles. D’autres ont simplement envie de parler à quelqu’un qu’elles ne connaissent pas et ne reverront sans doute jamais, ce qui garantit le complet anonymat que d’aucuns recherchent parfois.DSCN1423.JPG

Y a-t-il des activités spécifiques au culte protestant ?

Trois moments de partage biblique et de prière par semaine sont proposés à l’heure de midi. Ces instants de recueillement ne durent que 15 minutes étant donné que passagers et employés de l’aéroport ont très peu de temps en général.  Bien qu’animés par l’un ou l’autre des deux pasteurs, ces temps de prière sont ouverts à tous, ce qui fait que nous accueillons souvent des catholiques de passage.
Trois cultes dominicaux ont aussi lieu deux fois par mois, un dans chaque terminal.

En quoi consiste le quotidien d’un aumônier d’aéroport ?

Comme nous devons couvrir tout l’aéroport, nous faisons beaucoup de marche à pied. Nous passons presque chaque jour dans les bureaux de l’administration pour signaler notre présence, ce qui permet d’établir des contacts qui peuvent par la suite être approfondis. Lors de difficultés personnelles ou de coups de cafard, certains membres du personnel se sentent davantage portés à parler de leurs soucis avec nous parce qu’ils ont l’habitude de nous voir régulièrement. Nous saluons en effet au passage tous les employés que nous rencontrons au cours de nos pérégrinations dans les galeries et les coursives de la plateforme même si nous ne les connaissons pas. D’où la nécessité d’une présence journalière sur le terrain .

Lors de nos permanences dans les bureaux, nous accueillons aussi bien des navigants que des passagers en transit qui ressentent le besoin de prier ou veulent tout simplement partager un problème personnel crucial, et/ou parler du voyage qu’ils vont effectuer ou dont ils reviennent. Ce qui est important, c’est que nous touchons des personnes très différentes les unes des autres évoluant à divers échelons de la hiérarchie sociale : nous avons des contacts aussi bien avec les SDF, le personnel d’entretien, les navigants et les employés de bureaux qu’avec les cadres de l’aéroport.

Il nous arrive aussi d’être appelés en zone d’attente pour rencontrer des réfugiés qui demandent l’asile politique, et qui ont déjà été accueillis par l’équipe de la Croix Rouge. Nous avons alors parfois un travail de suivi à faire qui peut aller jusqu’à les accompagner à la Cour Nationale du Droit d’Asile pour les encourager dans ces démarches essentielles pour leur avenir et pour le moins angoissantes.

Parfois, nous servons d’agents d’information, indiquant leur chemin à des égarés qui se sont trompés de voie et errent dans la mauvaise direction. Les gens sont souvent si stressés à l’idée que quelque chose puisse ne pas se passer comme prévu lors de leur voyage qu’ils ne voient pas ou ne lisent pas ce qui est écrit sur les panneaux de signalisation. Au terminal 1, c’est moins gênant puisqu’il  est circulaire, ce qui fait qu’on revient toujours à son point de départ au bout du compte. On peut alors faire halte et trouver quelqu’un qui fournira les bons renseignements.  Mais le terminal 2 est tout en longueur. Alors, si on se trompe, on peut faire des kilomètres inutiles, et peut-être même manquer son avion.

Les aumôniers sont-ils reconnus et acceptés par la hiérarchie aéroportuaire ?
 
Tout à fait. Nous avons tout d’abord une interlocutrice privilégiée, la directrice du terminal 2 E-F, qui nous sert de référente et fait le lien avec la direction générale de l’aéroport. Elle réunit tous les aumôniers de temps à autre pour faire le point. Et, une fois par an, le directeur général des aéroports de Paris invite les aumôniers de toutes les confessions évoluant aussi bien à Orly qu’à Roissy à un repas au siège d’ADP à Paris. Dans l’ensemble, nous sommes respectés et bien acceptés.
DSCN0238.JPG
Comment vit-on au quotidien ce ministère parfois solitaire ?

Tout dépend comment on le conçoit au départ. Si on est bien préparé(e) à évoluer seul(e), ce peut être un ministère fascinant et enthousiasmant. On rencontre des individus de toutes sortes, de toutes origines géographiques et de tous milieux sociaux. Pour ce qui me concerne, j’ai été aumônier des hôpitaux pendant sept ans au début de mon ministère avant un pastorat de quinze ans en paroisse, et j’avais donc déjà une petite idée de ce en quoi une aumônerie peut consister. De plus, mon mari est lui aussi pasteur, et nous pouvons donc partager nos joies et nos difficultés, et nous soutenir mutuellement. Pour moi, c’est une bénédiction dont je suis consciente au quotidien.

Pasteure Anniel Hatton, aumônier protestant à Roissy-Charles de Gaulle


Quelques renseignements pratiques:

Partage biblique et prière à 12h15 : le mardi au terminal 2B, le mercredi au terminal 1 , le jeudi au terminal 2F

Culte dominical: 2è et 4è dimanche du mois, à 15h au terminal 2B, à 17h00 au terminal 2F, à 17h30 au terminal 1

 
Aumôniers protestants:

 

A Roissy-Charles de Gaulle:


Pasteure Anniel Hatton    
01.48.62.12.84 - anniel.hatton.aumonier@adp.fr (sur le terrain tous les jours -sauf le samedi -,  et deux dimanches par mois)

Pasteur Bernard Jornod
01.70.03.83.81 - bernard.jornod@adp.fr (présent à l’aéroport le mardi et le mercredi, et le dimanche tous les quinze jours)

 

A Orly:

 

Pasteur Stéphane Hervé

stephane.herve.oryxca@adp.fr

tél :01 49 75 01 52

Partager cet article

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans La vie des aumôneries