Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 08:01

DSCN2705

Né à Lyon en 1912, le petit Henri Grouès est le cinquième d'une fratrie de huit enfants. Ses parents sont soyeux, comme beaucoup de lyonnais. Animés d'une foi très profonde, ils sont soucieux d'aider les plus pauvres de leurs concitoyens, ce qui laissera une empreinte durable chez leur fils.  

 A l'âge de 15 ans, au cours d'une rencontre de jeunes catholiques, Henri fait une expérience spirituelle qui va décider de son avenir. Il sera prêtre. Il est ordonné quelques mois avant que n'éclate la deuxième guerre mondiale.

Son tempérament de fonceur allergique à toute injustice le pousse à s'engager dans la Résistance sous le nom d'abbé Pierre, nom qui lui restera par la suite.

A la libération, il est nommé aumônier de la Marine à Paris. Profondément touché par la grande misère qu'il voit autour de lui, il fonde l'association Emmaüs qui cherche, entre-autres, à aider les chiffonniers et les sans-logis à se construire des habitations de fortune à base de matériaux de récupération afin de se protéger des grands froids pendant l'hiver.

Il serait resté sans doute inconnu comme beaucoup de  travailleurs sociaux besogneux qui travaillent dans l'ombre toute leur vie pour aider les petits de ce monde si, pris d'une vive  indignation devant l'indifférence générale, il n'était intervenu à la radio pour secouer ses contemporains.

C'était il y a 60 ans jour pour jour, le 1er février 1954.

L'hiver est rude cette année-là, et c'est l'hécatombe dans le monde des sans-abris. L'appel que l'Abbé Pierre lance ce jour-là sur Radio-Luxembourg est si vibrant que les dons affluent. Des gens ordinaires ouvrent leurs foyers aux plus démunis. D'autres, plus aisés, vident leur porte-monnaie pour venir en aide à ceux qui n'en peuvent plus de misère et de froid. Et des bénévoles arrivent en grand nombre pour donner un coup de main aux équipiers d'Emmaüs submergés par cet afflux d'aides en tous genres. C'est ce qu'on appellera "l'insurrection de la bonté."

DSCN5539

Soixante ans plus tard, il y a toujours des gens à la rue, et partout. Ils essaient encore de se bricoler des abris de fortune, sous les ponts de Paris, au bord des autoroutes, ou dans les buissons des parcs publics. Ils se réfugient dans un recoin de gare ou d'aéroport pour se tenir au chaud.

Ils sont de plus en plus nombreux, et  les associations qui les aident  sont souvent bien démunies devant de telles détresses.

C'est ainsi que l'Armée du Salut interpelle population et hommes et femmes politiques avec ces mots: Il est temps que se construise une autre société qui prenne en compte les personnes les plus fragilisées. L'action, c'est maintenant!


                                                                                                                        Anniel Hatton

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Evénements

Présentation

  • : L'aumônerie protestante aux aéroports
  • L'aumônerie protestante aux aéroports
  • : Aumônerie protestante des aéroports français
  • Contact

Recherche