Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 20:47

 

La foule exultante portant des rameaux en signe de joie s'est dispersée.

Après les acclamations délirantes et l'enthousiasme débordant viennent le contrecoup et les larmes.

Jérusalem ne reconnaît pas le Messie qui vient à elle. 

 La ville de David n'est pas prête à recevoir, et à accueillir en musique[1], celui qui cherche simplement à lui apporter la joie du salut, et la paix du coeur.  

 C'est que seule l'intéresse une paix politique concrète, immédiatement réalisable.

Jésus, lui, propose au contraire une paix intérieure, une paix spirituelle, une paix qui rassemblerait son peuple autour de lui [2].

Aujourd'hui encore, comme il a pleuré sur Jérusalem, Jésus pleure sur nos villes et nos bourgs, lieux de contradictions et de rivalités de toutes sortes, où poussent, comme des champignons, d'immenses tours de Babel surpeuplées.

Jésus pleure sur ceux qui le rejettent avec arrogance, sans même tenter de comprendre ce qu'il leur propose.

Jésus pleure sur les humiliés et les souffrants de tous bords qui n'ont même pas idée qu'en lui, ils pourraient trouver, sinon la solution à leurs problèmes, en tous cas un réconfort spirituel indéniable, et la force concrète de continuer à avancer sur le chemin de la vie.

Jésus pleure-t-il sur nous?


                                                          Anniel Hatton, d'après Luc 19: 41-44

 

 



[1] Cf. Luc 7: 32

[2] Cf. Luc 13: 34-35

Partager cet article

Repost 0
Published by Aumônerie protestante aux aéroports - dans Spiritualité