Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 10:04

Rev Peter Holloway-copie-6Au début de mon ministère, j'ai passé la plus grande partie de mon temps dans des communes rurales dans lesquelles le pasteur vivait dans une relation de proximité étroite avec les gens sur leur lieu de travail. Mais après vingt ans passés dans une paroisse de ce genre, je fus nommé dans une zone urbaine qui correspond à ce qu'on appelle une "cité dortoir". Cela veut dire que les gens ne travaillent pas sur leur lieu de vie qui n'est finalement qu'un endroit où dormir. Il est donc extrêmement difficile d'entreprendre quelque visite pastorale que ce soit.

A peu près à la même époque, mon archevêque me suggéra de suivre une formation d'aumônier de l'Industrie dans le but de me faire accréditer en tant qu'aumônier oecuménique autorisé à se rendre chaque semaine, et selon des horaires bien précis, dans les usines et autres lieux de travail, avec l'aval et le soutien des mouvements syndicaux, des directions, et de dix églises chrétiennes de dénominations différentes.

Je découvris très vite, pendant cette période de formation, que, pendant des années, lorsque j'étais pasteur en zone rurale, j'avais sans le savoir exercé un ministère d'aumônier de l'Industrie. Bien des fois, j'étais allé faire mes visites dans des hangars où l'on tondait les moutons, ou dans des étables. Une fois même, j'avais fait une préparation de confirmation dans une cabine de tracteur. Ce que l'aumônerie de l'industrie redécouvrait, c'était tout simplement la philosophie même de l'ancien système paroissial de l'Angleterre rurale et de tant d'autres pays.

Aux 13è et 14è siècles, l'église paroissiale avait pris une grande importance dans la vie religieuse et sociale de la société... Elle était à la fois  la galerie de tableaux, la salle de concert, le musée et le théâtre de la société médiévale. Mais par-dessus tout, elle était la Maison de Dieu où les gens se rendaient régulièrement dans un esprit de louange et de prière. Le mystère et la solennité de ses cultes leur insufflait le sens profond d'un autre monde, un monde meilleur que celui dans lequel ils peinaient et souffraient...

En règle générale, le pasteur était issu de la communauté même; et tout en étant ainsi plus à même d'entrer dans la vie des gens, il pouvait la plupart du temps, quoique pas toujours, se comporter en guide, en conseiller et en leader de son troupeau.

Les gens vivaient et mouraient dans le même village avec l'église paroissiale au centre de leur vie communautaire. Mais l'arrivée de la révolution industrielle a tout changé!

A une époque où tout bouge et change rapidement, qui est le corollaire de cette révolution, les gens ne restent plus à vie dans la même commune. Ils déménagent au gré de leur travail ou de leurs désirs. Et comme je l'ai découvert en 1963, même la commune où ils dorment ne constitue pas obligatoirement leur centre d'intérêt principal, ou même le lieu où ils vont au culte, s'ils vont quelque part.

Peu de temps après avoir reçu cette formation pour devenir aumônier de l'Industrie, je fus muté dans une commune qui entourait ce qui était alors le principal aéroport de Melbourne, et où nombre de mes paroissiens étaient employés. J'eus ainsi l'occasion de mettre en pratique les capacités que je venais d'acquérir, et je fus nommé officiellement aumônier de l'aéroport (le premier du genre en Australie, et, je devais le découvrir plus tard, le premier dans l'hémisphère sud). Je consacrai alors un jour par semaine à ce travail.

... Mon ministère se développa de façon si spectaculaire que je dus être dégagé de toutes mes autres tâches pour pouvoir consacrer un plein temps à ma nouvelle paroisse. Et j'emploie le terme "paroisse" à dessein. Peu après ma nouvelle nomination, alors que je participais au synode diocésain de notre Eglise, un laïque et ancien paroissien m'interpella: "Mais qu'est-ce que vous faites ici? Vous n'avez pas quitté l'Eglise?"

Quelques temps plus tard, je fus ravi de rencontrer notre archevêque au moment où il s'apprêtait à prendre l'avion et d'être accueilli par ces mots: "Je suis si heureux d'avoir l'occasion de vous rendre visite dans votre paroisse!"

 

Peter Holloway, extrait de "My Parish was an Airport",                                    

intervention publiée sur le site de la IACAC: http://www.iacac.info

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans La vie des aumôneries

Présentation

  • : L'aumônerie protestante aux aéroports
  • L'aumônerie protestante aux aéroports
  • : Aumônerie protestante des aéroports français
  • Contact

Recherche