Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 07:20

Les enregistreurs oranges du vol A330 Rio-Paris sont arrivés au Bourget jeudi matin. A l'intérieur de ces modules sont inscrits probablement les causes de l'accident qui a entraîné la mort de 228 personnes en 2009. Les familles des victimes vont devoir attendre jusqu'à lundi avant que ne débute l'analyse des données. Francesoir.fr vous explique pourquoi.


Les boîtes noires ont été présentées à la presse jeudi matin au Bourget
Les boîtes noires ont été présentées à la presse jeudi matin au Bourget SIPA

Les boîtes noires ont été présentées à la presse jeudi matin à l'aéroport du Bourget. Conservés dans de l'eau douce déminéralisée pour éviter une oxydation trop rapide, les enregistreurs étaient accompagnés des gendarmes et des enquêteurs techniques du Bureau d'enquêtes et d'analyses. Selon le BEA, les boîtes noires pourront commencer à être analysées à partir de lundi.

Pourquoi l'étude des boîtes noires ne pourra pas commencer avant lundi :

L'analyse ne va pas pouvoir débuter avant d'avoir réussi à extraire les données des enregistreurs.

- Les enquêteurs et les ingénieurs vont donc commencer par ouvrir le module orange. Cette étape devrait prendre quelques heures, explique Le Point.

- Les données sont enregistrées sur une carte-mémoire très semblable à une clé USB. Celle-ci est enrobée dans une couche de protection ignifugée qui doit être retirée de manière très précautionneuse pour ne pas altérer le contenu des enregistrements. La carte, après nettoyage du vernis et des éventuels dépôts de sel, est séchée dans une étuve au minimum douze heures pour évaporer toute trace d'eau.

- L'état physique de la mémoire est examiné au microscope, puis des tests électriques de résistance sont effectués. C'est seulement à ce stade qu'intervient la lecture des données. Celles-ci sont immédiatement copiées sur le réseau sécurisé du BEA et sur une autre carte semblable qui sera l'outil de travail. L'original restera sous scellés. Cette dernière étape risque de prendre une bonne journée.

La durée des opérations prendra donc trois jours. C'est alors que commencera l'étude des enregistrements qui pourrait durer plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Le BEA prévoit de rendre son rapport début 2012.

Que contiennent ces enregistrements :

Chaque avion de croisière qui transporte des passagers est équipé de deux boîtes noires aux objectifs différents mais complémentaires. La première boîte noire, celle qui a été retrouvée le 1er mai dans le cas du vol AF447, est appelée le Flight Data Recorder, c'est à dire l'enregistreur des paramètres de vol. Il archive au moins 28 données comme par exemple l'altitude, la vitesse, l'heure ou la pression. La seconde boîte noire, retrouvée le 2 mai, est appelée la Cockpit Voice Recorder et enregistre les communications radios, les voix du cockpit et les bruits d'ambiance du pilotage.

Ces deux enregistreurs sont équipés pour résister à une pression de 500 bars, soit la pression à 5.000 mètres sous le niveau de l'eau, et sont résistants au feu à 1.100 °C pendant une heure.

Est-il possible d'améliorer les boîtes noires :

De nombreuses voix se sont élevées pour perfectionner ces enregistreurs oranges. Raymond Benjamin, secrétaire générale de l'OACI (Organisation de l'aviation civile internationale), a déclaré qu'il fallait que les enregistreurs émettent plus loin (de 2 kilomètres aujourd'hui à 9 kilomètres) et plus longtemps (de 30 jours à 90 jours). Des améliorations qui sont tout à fait envisageables et qui pourraient faciliter les recherches.

D'autres modifications, comme le fait de créer des boîtes noires qui flottent, ou transférer les données directement par satellite, sont elles beaucoup moins envisageables technologiquement.

 

L'étude des enregistreurs devrait en tout cas pouvoir éclaircir un peu le mystère à l'origine de la mort des 228 passagers du vol AF447 qui s'est abîmé dans l'océan Atlantique, le 1er juin 2009.

Partager cet article

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire