Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 08:49

DSCN2772.JPGC'est la fin d'une longue journée de célébration de la nativité.

En ce dimanche 25 décembre, délaissant le culte de leur église habituelle, un trio de musiciens de l'Armée du Salut a passé tout sa matinée à parcourir le terminal 2 en jouant allègrement des cantiques de Noël. L'après-midi, de courtes célébrations religieuses se sont tenues dans chaque centre spirituel de l'aéroport.

Au terminal 2F, le culte de Noël vient de se terminer. Dans la minuscule chapelle décorée d'étoiles scintillantes règne un joyeux vacarme. Agents d'entretien, vendeur en boutique sous douane, SDF, visiteurs extérieurs à l'aéroport s'embrassent, les yeux brillants de larmes, tout en se souhaitant un joyeux Noël. On s'échange des chocolats, des marque-pages confectionnés à la main par les enfants d'une église de banlieue parisienne, des sachets de lavande faits maison…

Les participants à ce culte viennent de toutes sortes de milieux et ont des origines religieuses on ne peut plus diverses. Mais à cet instant, ils ont le sentiment de former une même communauté, de faire vraiment partie de la famille de Dieu.

Z. s'attarde un peu pour bavarder: il a pris un peu plus d'une demi-heure de pause en prévision de ce moment de fête. C., elle, est repartie très vite. C'est la plus fidèle de nos cultes. Mais sa pause est terminée, et elle ne veut pas risquer d'être sanctionnée pour quelques minutes de trop qui gâcheraient sa joie d'être venue. Elle est la seule qui ne soit pas rattachée à une église locale. Ses horaires de travail ne le lui permettent pas. Alors, j'ai décalé les horaires de notre culte bimensuel afin de les faire cadrer avec son emploi du temps.

Une jeune femme longue et mince au visage marqué et creusé par la souffrance restée debout pendant presque tout le temps du culte vient m'embrasser avec effusion. C'est une des "sans domicile fixe" de l'aéroport. Touchée par l'ambiance bon enfant de cette célébration, elle veut prolonger à sa manière ce moment qui lui a fait du bien. Elle laisse discrètement derrière elle dans le fond de la chapelle une toute petite obole et un sachet de chocolats. J'ai le cœur serré en voyant le geste de cette femme qui a touché le fond de la misère et vit d'expédients. Ma première réaction est de courir lui rendre son offrande, proportionnellement démesurée pour elle… Mais elle a l'air tellement heureuse d'avoir pu donner un petit quelque chose, elle qui n'a rien et qui d'ordinaire quémande et reçoit !DSCF3574.JPG

Voyant une pauvre veuve qui avait mis dans le tronc du temple deux petites pièces, Jésus dit à ses disciples: "Tous ont mis en prenant sur leur superflu; mais elle, elle a pris sur sa misère pour mettre tout ce qu'elle possédait, tout ce qu'elle avait pour vivre." (Marc 12: 41-44)

 

Pasteure Anniel Hatton, aumônier protestant à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle

Partager cet article

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans La vie des aumôneries