Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 14:59

photo.JPGC’était il y a un peu plus d’un an. Nous étions à Phoenix, en Arizona. Alors que la France abordait un automne pluvieux et frais, une soixantaine d’aumôniers d’aéroports de tous pays se retrouvaient pour leur rassemblement annuel dans une région ensoleillée où régnait un minimum de 35° à l’ombre.

Kennedy M'pande était sans doute le plus jeune de tous les participants à cette rencontre. Il n'était pas encore trentenaire, et avait accompagné deux de ses collègues congolais à ce congrès international de la IACAC afin de voir comment se vivait l’aumônerie dans d’autres contrées de notre globe. Tout était nouveau pour lui, et il était là, concentré et souriant, bien décidé à apprendre comment monter une aumônerie de toutes pièces. Je le voyais écouter avec attention toutes les interventions, prêt à tirer parti de l'expérience des autres si elle lui semblait adaptable à son pays. Car, à l'aéroport de Lubumbashi, il n'y avait pas encore d'aumônerie proprement dite.

Kennedy, qu'est-ce qui vous a amené à l'aumônerie ?

C'est un frère méthodiste de ma paroisse qui m'a incité à aller à Phoenix. Ce qu’il m’a dit sur l’aumônerie aéroportuaire m’a beaucoup intéressé. Je suppose que c’est après avoir observé mon assiduité tant dans la vie professionnelle que dans les activités d’église qu’il a décidé de m’en parler. Il y avait longtemps qu'il essayait de mettre sur pied une aumônerie à l'aéroport de Lubumbashi, et il m'a demandé de lui prêter main forte.

De quel style d'aéroport s'agit-il ? Est-ce une grande plateforme ?

Tout est relatif… Mais par rapport à mon pays, c’est le deuxième aéroport international en termes de grandeur et de flux de voyageurs.

Quelle est la situation là-bas dans le domaine de l’aumônerie ? La direction est-elle favorable à ce genre de projets ?

Non, pas du tout, c'est très difficile. Pour la direction, l'aumônerie n'est pas une priorité. Et les démarches entreprises n'ont pas abouti à grand chose pour le moment.

L'aéroport met-il au moins gracieusement un local à votre disposition pour accueillir les membres du personnel et/ou les passagers qui ressentiraient le besoin de se recueillir avant de reprendre leur travail ou de partir en voyage ?

Absolument pas. Il nous faut trouver nous-mêmes le financement nécessaire et payer la location d'une salle si nous voulons en avoir une. La direction de l’aéroport ne voit aucun intérêt à l’instauration d’une aumônerie dans ses locaux.

Les églises de la région vous soutiennent-elles dans ce projet ?

L’implication des églises est encore balbutiante. Peut-être que l’œuvre n’est pas encore bien comprise. Nous évoluons toutefois vers une collaboration franche et soutenue avec les communautés des environs.

Ce genre d'initiatives peut parfois prendre beaucoup de temps. Est-ce que vous arrivez à en trouver pour faire toutes ces démarches ?

Je travaille dans une banque et j'ai une vie professionnelle très prenante... sans compter mes activités d'église. Ce n'est donc pas toujours très facile de trouver le temps nécessaire, mais par souci de voir l’œuvre évoluer, je prends le temps malgré tout, ce qui implique certains sacrifices, bien entendu.

Vous avez toujours dû vous battre dans la vie pour vous en sortir, et ce depuis votre toute petite enfance. Cela vous donne-t-il une certaine combativité qui vous permet de ne pas vous laisser décourager trop facilement devant les obstacles qui se dressent sur votre route ?

Absolument. J’ai appris à ne jamais baisser les bras face aux difficultés de l’existence. J’ai appris à tailler mon chemin dans le roc et à regarder la vie d’un œil optimiste malgré tout. Mais j'ai aussi sous les yeux l'exemple de ma mère, qui a dû travailler dur toute sa vie pour élever seule neuf enfants. Et puis, elle a fait tout ce qui était en son pouvoir pour que nous ayons l'occasion de faire des études. Je lui en suis très reconnaissant. C’est une femme très courageuse.

Pensez-vous que le fait de ne pas avoir eu votre père biologique à la maison et d'être obligé de prendre des responsabilités très jeune peut vous aider à mieux comprendre les hommes et les femmes que vous rencontrez et qui peuvent parfois être accablés par la solitude et toutes sortes de soucis personnels ?

Chaque situation de vie a certainement quelque chose à nous apprendre. Dans mon cas, je crois que oui, je saurai à l’occasion mieux comprendre et peut-être mieux aider ceux qui sont dans la peine.

Comment peut-on vous soutenir dans votre projet ?

Nous avons besoin de vos prières pour que la direction voie plus clairement la nécessité d'une aumônerie. Il faudrait que ses responsables soient conscients qu'un tel projet pourrait être un plus pour notre aéroport, non seulement pour les autochtones, mais aussi pour les passagers étrangers en transit qui recherchent peut-être un lieu calme où ils pourraient faire silence en eux-mêmes et reprendre souffle.

Propos recueillis par la pasteure Anniel Hatton, aumônier protestant à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle

Partager cet article

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans La vie des aumôneries

Présentation

  • : L'aumônerie protestante aux aéroports
  • L'aumônerie protestante aux aéroports
  • : Aumônerie protestante des aéroports français
  • Contact

Recherche