Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 septembre 2014 2 16 /09 /septembre /2014 10:02

             D'une certaine manière, les congrès IACAC font fonction de formation continue pour les aumôniers. Il peut certes arriver que, pour quelques-uns d’entre eux qui ont plusieurs années de ministère en milieu aéroportuaire derrière eux, certaines sessions puissent constituer du déjà-vu. Malgré tout, la plupart des congressistes semblent apprécier qu’on leur rafraîchisse la mémoire, d’autant plus que les mêmes sujets sont souvent traités différemment par chaque intervenant.

            C’est ainsi qu’un théologien assisté d’un acteur a développé avec originalité deux sessions sur le thème de l'hospitalité et de la valeur ajoutée de la présence d'aumôneries en milieu aéroportuaire. Il a notamment rappelé que ce qui touche le plus les personnes à qui l’on a affaire, ce n’est pas tant ce que l’on fait que la façon dont on le fait, et l’esprit dans lequel on le fait.

 

                  Le directeur du Département de gestion des crises de KLM Pays-Bas s'est ensuite attaché à expliquer par le menu le processus suivi par sa compagnie aérienne dans les situations d'urgence ainsi que le déroulement précis des opérations de secours dans l'éventualité d'évènements tragiques comme les crashs aériens.

 

                   Dans la foulée, les congressistes ont aussi pu recevoir avec beaucoup d'émotion un témoignage poignant : celui des aumôniers hollandais et australiens qui, peu de temps auparavant, avaient été appelés à accueillir et accompagner les familles des passagers et navigants de l’avion de la Malaysia Airlines MH17 abattu en plein vol le 20 juillet par un tir de missile au-dessus de l’Ukraine… moments chargés d'une émotion palpable et de sentiments mitigés : questionnement et impuissance devant l’incompréhensible mêlés à une intense compassion pour les proches des victimes, les membres des compagnies aériennes et les secouristes concernés...

 

                                                                                                                Anniel Hatton

 

cf. le site de la IACAC où ont été postées des vidéos de ces interventions

Congrès IACAC (suite) : hospitalité et accompagnement
Repost 0
Published by Aumônerie protestante aux aéroports
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 11:14
Congrès annuel de la IACAC (suite) : Not for sale

                                                                                                                             

         Quand on pense à l'aumônerie d'un aéroport , on n'imagine pas la variété de tâches qui peut incomber à un aumônier. Chaque plateforme a ses caractéristiques que l'on ne retrouve pas obligatoirement ailleurs. Les congrès IACAC annuels permettent donc à chacun d'apprendre à connaître et de comprendre ce que vivent et font leurs collègues dans d'autres pays.

        Cette année, deux session du congrès étaient consacrées au problème majeur de la traite des femmes, cet esclavage moderne dont l'ampleur est souvent sous-estimée. L'aumônerie aéroportuaire de l'aéroport de Schiphol à Amsterdam est en effet en contact fréquent avec l'association « Not For Sale Netherlands » qui s'occupe d'aider des jeunes femmes étrangères (originaires de pays d'Europe de l'Est, ou d'Afrique...), incitées à venir en Hollande sur des promesses fallacieuses d'un emploi bien rémunéré, puis, une fois arrivées, forcées à se prostituer.

           Cette association « Not for Sale » leur propose un soutien psychologique (et/ou spirituel) et matériel, un « logement-passerelle », des stages de formation, et les épaule dans leur recherche d'un travail à temps partiel ou à temps plein, dans le domaine de la restauration bio ou ailleurs. C'est ainsi que les congressistes de la IACAC purent se rendre compte des talents culinaires de jeunes rescapés de ce trafic humain en dégustant au premier repas un menu frugal qu'ils leur avaient confectionné, soupe bio accompagnée d'une salade composée.

           La deuxième session était animée par deux officiers de police aéroportuaire dont le rôle est d'essayer de repérer les jeunes (hommes ou femmes) arrivant sur la plateforme et attendus à la sortie de l'avion par des proxénètes avérés. Une fois libérés de l'emprise des souteneurs, ces jeunes sous influence peuvent alors être aiguillés vers des associations à but non-lucratif et/ou des aumôneries qui les aident à se reconstruire et à envisager un projet de vie plus sain et chargé d'espérance.

 

                                                                                                                   Anniel Hatton

 

Pour info : www.notforsalecampaign.org

 

 

Congrès annuel de la IACAC (suite) : Not for sale
Repost 0
Published by Aumônerie protestante aux aéroports
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 06:22
Les religions se mettent à table (suite)

        L’exposition est à peine ouverte le premier jour qu’un passager en transit rentre dans la salle… pour tuer le temps sans doute au départ, puis avec un réel intérêt ensuite. Une bonne et longue discussion s’ensuit qui lui permet d’exprimer son ressenti.

        Certains jours, il n’y a presque personne, et d’autres un va-et-vient permanent de passagers, de membres du personnel ou d’accompagnants de voyageurs.

 

         Quelques réactions recueillies sur le vif :

 

         « J’étais vraiment curieuse de voir cette exposition pour mieux comprendre ce que vivent les autres. »

          « Mes copains qui sont allés au caté sont dégoûtés de la religion. Moi, je n’ai aucune base religieuse, alors ça m’intéresse et me pose question. J’ai envie d’en savoir davantage, et surtout sur le Judaïsme que je ne connais pas du tout. »

          « Mon père était juif marocain, ma mère catholique pour ainsi dire, alors j’ai choisi l’Islam… mais je trouve bien qu’il y ait des expositions comme ça. »

          «Quand on se bat, c’est souvent parce qu’on ne se connaît pas. C’est bien  de faire des efforts de ce genre qui nous permettent d’apprendre à se connaître et à savoir comment vivent les autres. »

         « C’est une bonne idée de présenter une exposition sur les coutumes alimentaires des religions, parce que la nourriture, c’est important dans la vie. »

 

           Terminons par la conclusion de sœur Marie-Louise à la fin d’une permanence :

          

          « Après-midi intéressante ! Pas mal de passage… familles, couples arrivés tôt à l’aérogare ou en attente de voyageurs. Plusieurs échanges intéressants dans le sens d’un vivre ensemble… d’un message à faire passer… »

 

 

Les religions se mettent à table (suite)
Repost 0
Published by Aumônerie protestante aux aéroports
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 06:40
La pasteure Wina Hordjick et le prêtre Nico SarotLa pasteure Wina Hordjick et le prêtre Nico SarotLa pasteure Wina Hordjick et le prêtre Nico Sarot

La pasteure Wina Hordjick et le prêtre Nico Sarot

          Sans doute avez-vous appris en classe qu’une bonne partie du territoire de la Hollande était constitué de polders, de terres gagées sur les eaux ? Moi aussi !

      Mais ce que je ne savais pas, c’est que l’aéroport de Schiphol est situé à 5m en-dessous du niveau de la mer. Construit en partie sur un polder, soit sur du sable recouvert de 25m de terre, ses quelque 650 000m2 ont malgré tout les pieds au sec grâce aux digues qui, comme partout sur le territoire hollandais, le protègent des assauts répétés des vagues.

 

       Comme la plupart des aéroports du monde, l’aéroport d’Amsterdam Schiphol tourne 24h/24.

 

Quelques chiffres significatifs :

Schiphol, c’est 52,6 millions de passagers et 1,5 million de fret ;

Schiphol, c’est 65 000 emplois tous domaines confondus ;

Schiphol, c’est environ 500 compagnie aériennes avec des vols directs vers 323 aéroports européens et intercontinentaux dans 98 pays différents ;

Schiphol, c’est aussi un aéroport de transit où les passagers s’arrêtent quelques heures avant de reprendre leur route dans les airs;

 

         Mais Schiphol, c’est aussi une aumônerie œcuménique vivante avec trois aumôniers à plein temps, une femme et deux hommes, assistés de 26 bénévoles, hommes et femmes;

        Le centre interreligieux de Schiphol, situé côté piste, est toujours ouvert, et les aumôniers et/ou bénévoles s’y tiennent à l’écoute des quelque 50 000 passagers et membres du personnel qui y passent chaque année.

         Depuis 37 ans que ce lieu existe, il y a toujours eu quelqu’un pour renouveler deux fois/semaine le bouquet de fleurs qui lui donne une petite touche particulière de couleur et de verdure.

        Les aumôniers sont d’astreinte 24h/24 et 7 jours/7 et prennent quotidiennement les coups de fil qui leur sont adressés, appels à l’aide, demande de prière ou de soutien personnel, etc… Rien que pour l’année 2013, près de 307 appels ont été recensés.

      Si on les interroge sur leur rôle, ils répondent avec simplicité et la plus grande sincérité : « être aumônier, c’est témoigner de l’amour de Dieu, là où les gens en témoignent le besoin. »

 

                                                                                                                                                           Anniel Hatton

 

Repost 0
Published by Aumônerie protestante aux aéroports
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 05:46

 

Exposition sur les coutumes alimentaires

dans le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam

 

Aéroport d’Orly

du 2 au 10 septembre,

salle Cocktail, 4è étage du Terminal Sud

 

Horaires : en semaine de 10h à 17h

Samedi : de 10h à 14h30

Dimanche : de 14h30 à 18h30

 

(reprise d’une exposition préparée par le groupe interreligieux et la bibliothèque de Compiègne)

Les religions se mettent à table
Repost 0
Published by Aumônerie protestante aux aéroports
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 13:26
Congrès annuel de la IACAC

Une des caractéristiques de notre monde moderne c'est qu'il fonctionne en grande partie en se référant à des abréviations, des sigles, des initiales, qui ont toutes et tous, certes, une signification on ne peut plus claire pour les initiés,… mais quid des personnes extérieures au groupe social, à l'institution, à l'entreprise ou au service concerné?

A mes débuts dans l'aumônerie aux aéroports, nouvellement arrivée à Paris-CDG, j'étais totalement novice en matière d'aéronautique, et n'avais pour toute expérience que celle d'une passagère lambda ou d'accompagnante de voyageurs confirmés.

Pendant un certain temps, je me suis demandée si je n'avais pas été soudainement propulsée en terre étrangère. Le personnel de la plateforme que je rencontrais me parlait de DEPAF, GTA, UO, DGA-DDD, CDGP, CDGR, ADPI, PHMR, etc… Parfois, j'avais parfois l'impression de me retrouver plongée dans un dessin animé rempli d'interjections de toutes sortes: PAF! PIF!, avant de comprendre qu'il s'agissait tout simplement de la Police Aux Frontières et des Postes Inspection Filtrage, devant lesquels on doit obligatoirement passer quand on va prendre l'avion, et qu'on attend son tour patiemment pour arriver "côté piste" (anciennement "sous-douane").

Dans notre monde associatif et/ou religieux, qu'il soit national ou international, il peut en aller de même pour ceux qui ne sont pas "au parfum". Certains peuvent en effet s'interroger sur l'EPUdF, la FEEBF, la KEK, le COE, l'ABEJ ou la CRCF, etc…

Et la IACAC alors? Qu'est-ce que c'est?

En fait, ce sigle aux consonances barbares signifie tout simplement: International Association of Civil Aviation Chaplaincies, ou, en bon français, Association Internationale des Aumôneries de l'Aviation Civile.

Les aumôniers d'aéroports ont un ministère souvent très solitaire. Cette instance a donc pour but de créer du lien entre des hommes et des femmes exerçant un ministère d'aumônerie dans le monde entier, que ce soient l'Australie, les Etats-Unis, le Canada, en passant par l'Allemagne, la Suisse, le Congo, etc… sans oublier la France, bien sûr.

Un deuxième aspect important, c'est la formation continue des aumôniers: réfléchir à la manière dont ils (elles) exercent leur ministère, à ce qu'on attend d'eux, et comment mieux exercer ce service.

D'où la création de congrès annuels comme celui qui vient d'avoir lieu en Hollande du 19 au 24 août…

(à suivre)

Anniel Hatton

Repost 0
Published by Aumônerie protestante aux aéroports
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 11:29
Une nouvelle pasteure à l'aumônerie de CDG

Pasteure confirmée de l'EPuF, Marie-Emilie Sebas a commencé un ministère d'aumônerie à l'aéroport de Roissy-CDG le 1er juillet dernier.

Marie-Emilie, maintenant que tu as un peu plus d'un mois de recul, peux-tu nous dire quelles ont été tes premières impressions lorsque tu as commencé à arpenter cette plateforme du nord parisien ?

Tout d'abord, un sentiment d'immensité (les kilomètres parcourus et la multitude de gens que l'on croise) : un monde en mouvement. Et en même temps, un sentiment de proximité, outre les voyageurs en partance, les travailleurs de l'aéroport se croisent, et il arrive que l'on rencontre tel ou tel sur la plate-forme. Donc à la fois immensité et proximité.

Quelles ont été tes motivations pour postuler pour un poste tel que celui-ci? Tu as été, et tu es encore, pasteure en paroisse. Pourquoi ce choix de compléter un mi-temps de pastorat traditionnel avec un mi-temps en aumônerie aux aéroports?

Après une dizaine d'années en paroisse, j'ai choisi un poste d'aumônerie. L'aumônerie m'a toujours attirée. La thématique Eglise et Société m'intéresse énormément, mais je ne souhaitais pas pour autant quitter "la" paroisse. J'aime le travail en paroisse. Aussi lorsqu'il s'est avéré qu'un poste d'aumônier à mi-temps était vacant, j'ai postulé. Et je suis heureuse de ces choix.

As-tu des horaires bien définis, ou bien ton emploi du temps fluctue-t-il suivant la demande et au fur et à mesure de tes rendez-vous ?

En Juillet, temps de l'apprentissage avec mon collègue Pierre de Mareuil, j'étais présente du mardi au jeudi toute la journée et le vendredi après-midi. Avec son départ en vacances, mon emploi du temps a évolué : je suis présente du mardi au vendredi, voire le lundi en matinée.

La difficulté de ces deux mi-temps est de ne pas privilégier un poste au détriment de l'autre. Aussi pour la rentrée, avec Pierre, nous conviendrons d'un horaire et de jours fixes, si possible. Mais je resterai malgré tout disponible pour les urgences.

A ton avis, quelle est la spécificité d'un tel ministère?

Pour moi, la spécificité de ce ministère est d'être au service de tous ceux qui fréquentent l'aéroport : voyageurs, personnel et autres.

Quels sont les mots qui te paraîtraient le mieux résumer un ministère en aéroport? Pourquoi?

Disponibilité, ouverture, écoute !

Disponibilité : Certes, des rencontres organisées à l'avance ont lieu, mais j'ai expérimenté aussi tout simplement qu'une personne vient à l'Espace prière pour se recueillir. Parfois il arrive qu'il ou elle souhaite partager les difficultés qu’il ou elle rencontre avec l'aumônier en place. Il s'agit donc d'être disponible et ouverte.

Ouverture : Celui ou celle qui vient et souhaite un entretien ou une prière n'est pas forcément de la même confession. Le respect de sa pratique religieuse est donc indispensable pour une bonne rencontre.

Ecoute : Dans le tumulte d'un départ ou d'une arrivée, ces lieux de prière sont comme des haltes, des havres pour un recueillement. Donc l’essentiel est d’être présente et à l'écoute pour certains, et être simplement là pour d'autres.

Propos recueillis par Anniel Hatton

Repost 0
Published by Aumônerie protestante aux aéroports
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 07:04
Vivre dans l'espérance

"Vivre dans l’espérance ou mourir dans le désespoir." Savez-vous d'où vient ce proverbe que nous avons tous entendu un jour ou l'autre? On le trouve chez Charles Dickens, dans Doumbey and Son, dans la bouche du Major: "M'dame, dites à Joseph qu'il faut qu'il vive dans l’espérance ou alors il mourra dans le désespoir."

Que choisiriez-vous? Vivre dans l’espérance ou mourir dans le désespoir? Dans le monde actuel, beaucoup de gens ont abandonné tout espoir et opté pour le désespoir, et parfois non sans raison. L'espoir et le désespoir sont les deux facettes d'une même pièce et sont le résultat des choix que nous faisons. Barbara L. Fredrickson soutient que l'espoir s'impose au moment où une crise se profile, ouvrant devant nous tout un éventail de possibilités. Et de continuer en disant que d'un grand besoin surgit une multitude d'idées inusitées ainsi que des émotions positives telles que le bonheur et la joie, le courage et la responsabilisation […]

Dans le Christianisme, l'espérance constitue une des trois vertus théologales aux côtés de la foi et de l'amour. Dans la Bible, "l'espérance" représente "une attente forte et confiante d'une récompense à venir. En termes plus modernes, l'espérance se rapproche de la confiance et d'une attente optimiste." [...]

Au moment où j'écrivais ces lignes, nous apprenions la nouvelle de la tragédie du vol MH17 qui a affecté tant de familles et de collègues dans le monde entier. Tous ceux qui avaient embarqué dans cet avion étaient animés par de nombreux espoirs, désireux de débuter de nouveaux commencements en retournant à la maison après leurs vacances. Malheureusement pour eux et pour ceux qui les connaissaient, leurs espoirs se sont évanouis de la façon la plus cruelle qui soit. Nous espérons que justice leur sera faite.

Et puis le 23 juillet, c'est le vol d'Air Algérie AH5017 qui s'est écrasé entraînant la perte de tous ceux qui étaient à bord. Et nous voyons à nouveau s'écrouler les espoirs de leurs familles et amis.

Chaque mort est une tragédie en elle-même. Ces personnes avaient toutes été dotées par Dieu de vitalité et d'un potentiel qui faisait d'elles ce qu'elles étaient. Notre conception de la justice est heurtée par de telles pertes. Et nous espérons et nous prions que les personnes endeuillées puissent être entourées et soutenues.

Henry van Dyke a écrit:" Le temps semble trop long pour ceux qui attendent, trop rapide pour ceux qui ont peur, interminable pour ceux qui sont dans le deuil, trop court pour ceux qui se réjouissent. Mais pour ceux qui aiment, le temps c'est l'éternité." Que l'amour prodigué à l'intérieur même de chaque famille puisse être pour chacun une source de force, et participe à l'apaisement de sa douleur."

Extraits de la lettre de Lewis Rose, Président de la IACAC et aumônier de l'aéroport d'Aberdeen en Ecosse, Juillet 2014 (cf. http://www.iacac.info/)

Repost 0
Published by Aumônerie protestante aux aéroports
5 août 2014 2 05 /08 /août /2014 19:13
Respirer un air d'aéroport...

Il a "habité" sur la plateforme de Roissy-CDG pendant plusieurs années… Bien connu de tous les membres du personnel des terminaux A, C et D, il a un jour décidé de changer d'air et de "déménager". Et le voilà parti avec armes et bagages vers le sud, direction Orly. Avec le RER B, rien de plus facile. C'est direct jusqu'à Antony, où il suffit de faire un petit changement pour prendre l'Orlyval, et le tour est joué.

Depuis quelques semaines, il arpente donc la plateforme du sud parisien avec une assurance étonnante. Chaque jour, il change de tenue. Parfois, il arbore un tee-shirt coloré, le lendemain, c'est une chemisette bariolée avec un collier de fleurs, le surlendemain un ensemble chemise-pantalon noir surmonté d'un chapeau à larges bords. Il avance incognito, souvent affublé de grosses lunettes noires qui lui donnent l'air d'arriver d'un de ces pays du soleil, destinations de prédilection des passagers d'Orly. Quand il est sobre, qui pourrait imaginer qu'il n'est pas un de ces nombreux voyageurs qui viennent de poser le pied avec émerveillement sur notre terre de France?

Regardez-le évoluer.

Il faut vraiment être sur la plateforme en permanence pour se rendre compte de son état de sans-logis.

Et après tout pourquoi le taxer de SDF? N'habite-t-il pas à l'aéroport en permanence? Très vite, il a exploré les moindres recoins de la plateforme, et connaît les endroits les plus improbables où il pourra passer des nuits tranquilles à l'abri des regards trop curieux des personnels de sécurité. Pour vivre, il fait les poubelles avec une discrétion admirable: un coup d'œil discret à travers les sachets translucides, et voilà qu'il découvre de superbes trésors: une brioche entière, un demi-sandwich, une bouteille de soda à peine entamée, des vêtements abandonnés par des passagers qui ne veulent pas payer un surplus de bagages, le journal du jour jeté par un salarié qui a fini de le lire, ou même un nouveau chapeau presque neuf à ajouter à sa collection. Et puis, au niveau "arrivées", les gens sont généreux! Ils sont tellement contents d'arriver en vacances à Paris qu'ils sont prêts à se délester d'une ou deux pièces quand on les leur demande avec politesse…

Il est certes un peu difficile d'entamer une conversation avec lui. Mais dans ses bons jours, il laisse tomber une ou deux phrases succinctes: "A l'aéroport, on ne s'ennuie jamais…" "J'ai besoin de respirer un air d'aéroport…"

Anniel Hatton

Repost 0
Published by Aumônerie protestante aux aéroports
28 juillet 2014 1 28 /07 /juillet /2014 07:25
AH5017

Il semble maintenant avéré qu'il n'y a aucun survivant au crash du Mc Donnell d'Air Algérie survenu une heure à peine après son décollage de Ouagadougou dans la nuit du 23 au 24 juillet.

Les équipes de l'aumônerie interreligieuse des aéroports de Paris Orly et Roissy-CDG s'associent à la peine des familles des 118 victimes, passagers et navigants, ainsi que des divers responsables de la compagnie aérienne concernée.

Anniel Hatton, pasteure, Aumônerie de Paris-Orly

Repost 0
Published by Aumônerie protestante aux aéroports