Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 09:47

DSCN5044

Saviez-vous qu'il y a des planches à voile à l'aéroport? Eh oui... Vous êtes peut-être passés devant sans les remarquer. De couleur orange ou bleue, loin de porter des passagers accompagnés de leur bagage, elles servent de panneau d'information mobile, que l'on peut installer aisément à tous les endroits stratégiques de l'aéroport.

Pour Protestants en Fête, il y en a une aux arrivées du terminal 2G, ce vendredi 27 septembre, montrant par là aux participants de ce grand moment festif qu'ils sont attendus.

A l'espace SNCF de l'aéroport et aux arrivées du T2F, ce sont deux stands ADP qui ont été installés, avec, à chaque fois, un des aumôniers pour y faire l'accueil.

Pierre de Mareuil est aumônier à CDG depuis quelques mois. C'est lui qui a eu l'idée d'organiser cet accueil.

 

Comment t'est venue cette idée et pourquoi?

J'avais entendu parler d'un projet d'accueil "Protestants en Fête" dans les grandes gares parisiennes et me suis tout de suite dit qu'il fallait organiser quelque chose à l'aéroport.

 

Est-ce que tu as rencontré des difficultés pour obtenir l'autorisation de la part des responsables de l'aéroport?

Aucune, au contraire ! Je ne savais pas exactement ce qu'il fallait demander. J'avais juste l'idée… J'ai reçu un accueil enthousiaste de notre directrice qui m'a spontanément proposé un matériel adapté à savoir des stands mobiles et ces fameuses "planches à voile"  utilisés par l'aéroport ou ses partenaires pour des accueils de salons ou autres événements.

 

Tu as passé toute ta journée de vendredi derrière un de ces stands. As-tu vu passer beaucoup de passagers se rendant à Protestants en Fête?

Certainement pas plus que les 2% que représentent les protestants en France !!! Mais quelques-uns se sont manifestés, et avaient besoin d'un renseignement pour se rendre à tel stand ou animation ou encore à leur hôtel. Le premier rencontré, à 8h30, était un chrétien malgache venant de Marseille pour tenir le stand de l'Eglise Protestante Malgache ! J'ai aussi eu l'occasion de parler avec quelques personnes qui ne venaient pas pour PEF mais qui se sont intéressées à cet événement...


photo-copie-1.JPG 

Alors, est-ce que cela valait vraiment la peine d'être là de 8h à 20h pour si peu?

Pour les personnes que j'ai pu aider, oui… Elles sont certainement arrivées plus facilement et plus sereinement à destination ! Et puis, il y a eu tous les autres voyageurs à la recherche de la gare SNCF (qui était juste sous nos pieds !), d'un bus, de tel ou tel terminal, des toilettes, des loueurs de voiture, ou du MacDo… Je n'ai pas chômé, et cela m'a donné l'occasion de quelques contacts sympathiques.

 

Que retires-tu d'un exercice de patience de ce genre pour ton ministère à l'aéroport?

Vu le flot presque incessant de passagers je n'ai pas eu beaucoup à patienter !

Etre en contact avec les gens, quelles que soient leurs demandes, les orienter ou simplement prendre un moment pour bavarder avec eux, assurer une présence discrète et souriante au sein de cette immense fourmilière qu'est l'aéroport est un aspect essentiel de mon service, de mon ministère à l'aéroport…  

DSCN5042-copie-1.JPG

propos recueillis par Anniel Hatton

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans La vie des aumôneries
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 06:47

images-copie-2"Il suffit de regarder le "20 heures" pour être désespéré, envahi par une avalanche de mauvaises nouvelles.

Heureusement, le WiFi spirituel et la Livebox divine fonctionnent! Je trouve dans la Bible, ce livre négligé et même méprisé, toute mon énergie, toute ma foi, toute mon espérance.

Bien sûr, la vie humaine ce n'est ni Disneyland, ni Alice au pays des merveilles, ni Fatima chez Tati.

Mais le Christ est là. Je développe chaque jour ma relation avec lui.

Alors ma joie ne dépend pas des circonstances ou du cours de la bourse."

 

Saïd Oujibou, pasteur et consultant en prévention urbaine, dans "Regards Protestants" journal gratuit de Protestants en Fête, p.4

www.regardsprotestants.com

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 06:24

images-copie-1

"Très tôt, j'ai eu l'impression qu'une force, au-dessus de toute chose, me guidait, me protégeait... Je me sentais accompagnée, soutenue...

Je ne suis jamais partie en voyage sans emporter une Bible...

Un jour, pendant une tournée théâtrale, un de mes camarades de travail s'est étonné de voir une Bible sur la table de la maison dans laquelle je séjournais. J'ai répondu que je n'avais pas l'intention de faire étalage de ma foi, mais que la lecture de la Bible était pour moi ce que l'on pourrait appeler une respiration quotidienne."

Gisèle Casadesus, comédienne, extraits d'un article du journal gratuit "Regards Protestants", p.3

www.regardsprotestants.com

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 08:10

 

Discours du pasteur Claude Baty, président sortant de la Fédération Protestante de France, prononcé à l'Hôtel de Ville de Paris, lors de la cérémonie d'ouverture de Protestants en Fête-Paris d'espérance.

pef-2-199x300

Mesdames, messieurs les Ministres, Madame l’adjointe au Maire, Monsieur le Préfet de Région, mesdames messieurs les élus, les présidentes et présidents, les pasteurs, chers amis,

Les Protestants sont en fête et ils sont heureux d’y associer tous ceux qui voudront bien les rejoindre. Notre accueil dans la Maison de tous les parisiens comme se plait à le rappeler M. le Maire, montre bien que notre fête ne veut pas être un rassemblement « entre soi ». Les « villages » temporaires que nous ouvrons, notamment celui des solidarités Place du Louvre, indiquent sans ambiguïté que pour être protestantes les oeuvres sociales ou médico-sociales qui y sont présentées n’en sont pas moins au service de tous. C’est la volonté de toutes nos
associations de servir, de témoigner en entrant en dialogue. Le protestantisme fait aujourd’hui partie du pays, il est tellement intégré qu’il en devient parfois invisible, d’où ce signe qu’il fait aujourd’hui. Puisqu’il est peu connu il souhaite que cela change et être reconnu comme un acteur à part entière de la société.

Il y a quelque chose qui fait quand même de l’événement que nous inaugurons, un moment unique dans notre histoire et que je ne saurais passer sous silence. Comme vous le savez pendant longtemps les protestants n’ont pas eu droit de cité dans Paris. L’Édit de Nantes dont on célèbre à tort les largesses, spécifiait que le culte protestant ne pouvait être célébré à moins de 5 lieues de Paris. Finalement pour faciliter la vie des protestants parisiens de l’époque, un temple fut édifié plus près, à Charenton. Charenton qui n’est pas vraiment aussi éloigné de Paris, ce qui provoqua des troubles ; c’est pourquoi Henri IV déclara que pour ne pas manquer à ses promesses, il fallait désormais compter cinq lieues de Paris à Charenton ! Et sachez que pour aller à Charenton on passait par Bercy ! Or donc, notre rassemblement protestant et tout particulièrement le culte de dimanche au Palais Omnisport de Paris Bercy, sera la première célébration cultuelle protestante, réunissant plus de 12 000 « religionnaires » dans Paris intra-muros ! Je vous disais que c’était un événement.

Tout change donc et parfois heureusement ; le protestantisme français lui-même a beaucoup changé depuis une génération, on l’a souvent dit c’est une famille recomposée ; s’il n’a pas de pays étrangers pour le parrainer, il a de nombreux liens et amis, notamment en francophonie, mais pas seulement là, comme le montrera l’intervention de l’anglophone Mme. Gobwee dans un moment. Nous la remercions pour son appel à nos mobiliser pour la paix. Le protestantisme s’est donc mondialisé, la population protestante francophone la plus nombreuse se trouvant aujourd’hui en République démocratique du Congo, je suis heureux de saluer leurs représentants parmi nous, comme je salue les Haïtiens. Décidément Calvin le Picard, a des continuateurs partout dans le monde et pas seulement à Genève.

En présence des représentants du gouvernement et tout particulièrement de M. Valls « notre » ministre de l’Intérieur, il me pardonnera de me l’approprier un moment, je ne peux manquer d’évoquer un thème qui nous tient à coeur, la laïcité. D’abord pour me réjouir des excellentes relations avec ce ministère et de l’écoute dont nous bénéficions dans ses services.
Nous faisons donc le pari de l’espérance, un pari fondé sur la confiance et nous souhaiterions entrainer nos concitoyens sur ce chemin. Cependant quelques alertes récentes nous font craindre un regain de tension. Comme quelqu’un qui n’est pas religieux l’a écrit, après avoir obtenu la liberté de ne pas croire (en Dieu), faudrait-il aujourd’hui conquérir la liberté de croire ! Notre pays est-il destiné à passer d’une intolérance à une autre ? J’espère que non !
Les protestants sont parfois dérangeants dans leurs interpellations, mais sans dialogue exigeant, confiant et respectueux comment avancer ? Que feriez-vous de comités et de partenaires aux ordres ?
C’est donc avec espérance que nous ouvrons ces journées où toutes les questions qui préoccupent nos concitoyens et plus largement l’humanité, seront abordées librement pour déboucher au moins, nous l’espérons, sur plus de compréhension.

Que la fête commence et continue !

Pasteur Claude Baty


Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 04:35

Vous prenez l'avion direction Roissy pour Protestants en Fête?

DSCN5028-copie-6Aujourd'hui, vendredi 27 septembre, les aumôniers seront là, fidèles au poste toute la journée, pour vous accueillir au niveau arrivées du terminal 2F et à la gare TGV!

Bon voyage!

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 07:11

DSCN5028-copie-6

Espérer ne saurait être un engagement solitaire. Cette affirmation a quelque chose de subversif à une époque où les grandes utopies et les grands récits sociaux ont perdu leur légitimité. Aujourd’hui chacun est en effet renvoyé à son projet de vie, à son ambition individuelle, consumériste et entrepreneuriale. Insidieusement l’horizon personnel se limite, l’intérêt se rétrécit, chacun court d’abord pour ne pas être distancé.

En quelques dizaines d’années l’identité coupée de ses racines et donc fragilisée craint par-dessus tout le différent, qui a souvent le visage de l’immigré. La peur enferme dans des communautés sans perspectives. Or, c’est l’humanité tout entière qui est aujourd’hui notre partenaire ; notre terre tout entière est devenue notre jardin. L’espérance nous engage donc loin et pour longtemps. Il faut passer du fugace occasionnel au durable, et du tribal au global. Nous le pouvons !

Les croyants sont persuadés qu’il n’y a pas d’espérance sans confiance. Celui qui reçoit le Christ reçoit en même temps des frères et des soeurs à l’échelle du monde. Nous appelons donc les chrétiens à donner à leur espérance le visage du Christ des béatitudes.

Nous n’espérons pas pour les autres mais avec les autres et nous n’espérons pas seulement pour la vie ici-bas.

Sans attendre, ici et maintenant, nous lançons le pari de l’espérance et invitons tous ceux qui veulent mettre la confiance, la générosité, la simplicité et l’humilité au coeur de leur vie et de leur engagement, à signer pour l’avenir.

 

Manifeste de Protestants en Fête à signer sur  http://www.protestantsenfete2013.org/lesperance-un-pari-necessaire/

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 06:22

Seigneur, tu le connaissais, toi, le Justin.

Il est mort hier,

dans la nuit,

sans tambour ni trompettes.

 

Il était là depuis longtemps.

Arrivé de son Sri Lanka natal,

Il n'avait trouvé d'autre point de chute

Que les sièges inconfortables de l'aéroport.

 

Il errait dans les halls et les couloirs

A longueur de temps sans désemparer.

Comme nombre de ses pareils,

il dormait dans des lieux improbables,

en proie au froid l'hiver et à la chaleur l'été.

Que se passait-il dans sa tête, Seigneur?

Toi seul le sais.

 

Les travailleurs sociaux d'Emmaüs veillaient sur lui

En bons accompagnateurs de son infortune,

compagnons de route discrets mais efficaces.

 

Le médecin de l'aéroport tentait vaillamment

De remédier aux problèmes de santé

qu'un vagabondage permanent induit bien souvent.

 

Je ne peux qu'espérer

que Justin soit auprès de toi, Seigneur,

A présent que ses tourments terrestres sont terminés.

 

Je te remets, ô Dieu, tous les autres sans-logis d'ici,

Hommes et femmes en transit permanent

Qui ne partiront hélas sans doute jamais

pour des lieux plus propices.

 

Dans ta grande bonté, Seigneur,

Accompagne-les sur le chemin aride de la solitude.

Donne à ceux qui tentent de le faire

Les moyens de les aider et de les entourer,

Afin de semer sur leur errance

de petites graines d'amitié et de solidarité.

 

Anniel Hatton

 

 

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Spiritualité
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 06:18

Oui, je le crois de toutes mes forces, l'Evangile est un message de joie!

Là où l'emprisonnement est une tristesse, la libération ne peut être que joyeuse.

Tout est libération dans l'Evangile: libération du péché par la croix, libération de la mort par la résurrection, libération de la peur de Dieu par le don de la grâce.

Quelle bonne nouvelle!

 

David MacKain, "Contrepoint", in Paroles Protestantes, n°374, p.10

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Citations
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 06:08

Notre Dieu, nos vies sont limitées et il est bien qu'il en soit ainsi (...)

Apprends-nous à te reconnaître, à habiter et à aimer nos limites,

afin que nous devenions des arbres plantés,

plutôt que des girouettes agitées par les vents.

 

Mais qui dit limites, dit aussi frontières, les frontières des autres et de toi,

les frontières des nations et des cultures, des classes et des races,

les frontières des dons et des manques, les frontières de la foi et de l'incroyance.

 

Notre Dieu, sans quitter nos limites, nous voudrions aussi franchir nos frontières,

pour vivre le voyage, le brassage, l'échange et la communion.

Nous voudrions aller là où ne nous porte pas notre origine,

comprendre ce que notre formation ne nous donne pas à saisir,

faire ce que nos habitudes ignorent, oublient et parfois méprisent.

Nous voudrions faire comme toi, qui es le Dieu unique d'un peuple unique

et qui es pourtant aussi le Dieu qui abat les barrières,

qui va et envoie jusqu'aux extrémités de la terre,

qui va et envoie jusqu'aux extrémités de l'existence.

Nous voudrions franchir nos frontières avec toi.

 

Donne-nous ainsi, non pas de nous dépasser prétentieusement,

mais de nous transporter aventureusement.

Donne-nous d'aller, là où nous nous raidissons,

d'aimer, là où nous nous recroquevillons,

de nous lier, là où nous nous refusons.

Donne-nous la force et la joie de franchir l'infranchissable de chacune de nos vies.

Amen

 

André Dumas, "Cent prières possibles", éditions Cana, Paris, 1982, pp.145-146

 

 

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Spiritualité
22 septembre 2013 7 22 /09 /septembre /2013 05:40

DSCN1405

Je suis dans le RER B, et, comme tous les jours, je m'apprête à faire toute la ligne, d'un terminus à l'autre... Au fur et à mesure que le train monte vers le Nord parisien, la population change, et de BCBG passe à un style plus populaire.

A la station Gare du Nord, alors que le wagon s'est presque complètement vidé pour se remplir à nouveau d'une foule bigarrée et multiculturelle, un homme d'une quarantaine d'années, grand, vêtu d'un costume cravate sombre impeccable, et tenant à la main une petite sacoche noire, vient s'asseoir à mes côtés. Il fait très correct et se tient droit et raide sur son siège. Pendant un moment, il ne bouge pas. Puis, il commence à s'agiter un peu, et se tourne légèrement vers moi. Du coin de l'oeil, je remarque son regard qui s'attarde sur l'ordinateur que je tiens sur mes genoux. Je suis justement en train de mettre la dernière main à la méditation que je prononcerai aux cultes de dimanche prochain à l'aéroport.

Mon voisin semble mal à l'aise et remue tellement sur son siège que je me demande quelles peuvent bien être ses intentions, quand il s'écrie tout à coup:

- Madame, vous écrivez de la philosophie? 

- Pas vraiment, c'est plutôt de la théologie...

- Ah oui?

 Son ton est incertain. Il est clair qu'il ne sait pas de quoi je parle. Maintenant qu'il a ouvert la bouche, il n'a plus l'air aussi distingué qu'il le paraissait en montant dans le wagon, et son vocabulaire semble assez limité.

Je lui explique alors succinctement que je suis aumônier à l'aéroport et ce en quoi consiste mon "métier": "Oh, moi, je ne crois pas en Dieu", affirme-t-il d'un ton péremptoire. Puis, il se tourne vers un autre passager et lui déclare: "Si vous saviez ce qu'écrit la dame à côté de moi! Elle parle de Dieu comme d'un bon berger... qu'est-ce que ça peut bien vouloir dire?"

Il a l'air déstabilisé: "Vous y croyez vraiment à tout ça?" me demande-t-il. Ma réponse ne semble pas le rassurer... mais après que je lui aie raconté en quelques mots rapides l'essentiel de la parabole en question, il s'ouvre un peu. Et je découvre vite qu'il va à un entretien d'embauche, et qu'il a peur de ne pas le réussir. Quelques mots d'encouragement de ma part et le voilà parti l'air un peu rasséréné...

A mon arrivée à l'aéroport, je me rends compte que je suis un peu en retard sur l'horaire que je me suis fixé. Ma jaquette orange "aumônerie protestante" à peine enfilée, je me précipite vers le CDG-VAL. A la sortie, deux adolescents m'accostent: "Madame, vous êtes prêtre?" Un dialogue à bâtons rompus sur les questions de foi s'engage alors, conversation qui semble les intéresser vivement. Puis, comme ils n'ont pas de bagage et semblent bien peu pressés, je les interroge sur la raison de leur présence sur la plateforme: "Oh, nous, on se balade! Comme on n'avait rien à faire, on s'est dit qu'on allait aller traîner un peu à l'aéroport... Mais c'est super que vous soyez là! C'est un peu comme si Dieu était ici... " Après une courte pause: "C'est quand même bien ce que vous faites..."

De nos jours, si on offre une Bible à quelqu'un, il la refusera probablement. Mais nos contemporains sont tellement curieux qu'ils s'évangéliseront tout seuls en regardant par-dessus notre épaule dans le métro... ou, interpellés par le "costume de playmobil " orange fluo des aumôniers, ils pourront poser les questions qui leur brûlent la langue et qu'ils n'auraient jamais pensé aborder dans d'autres circonstances ou en d'autres lieux.

Voilà comment aujourd'hui on fait parfois de la "nouvelle évangélisation" à son corps défendant!

                                                                                                                                                            Anniel Hatton 

DSCN4259

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans La vie des aumôneries