Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 07:24

DSCN1383.JPGC’est la nuit. Les passagers se font plus rares à certains endroits de l’aéroport de Roissy. Le personnel aussi.


Des vigiles commencent à circuler dans les galeries pour évacuer les SDF qui ont élu domicile en ce lieu. Certains sont rudes et sévères. D’autres, gênés de devoir accomplir une tâche aussi peu reluisante, secouent les dormeurs avec quelques ménagements.


Et commence alors une sorte de jeu du chat et de la souris. Les sans-logis, dont certains vivent à l’aéroport depuis plusieurs années, connaissent bien les divers recoins de cet immense bâtiment tentaculaire. Comme il ne fait pas trop froid,
quelques-uns se réfugient dans les parcs de stationnement souterrains où ils s’abritent provisoirement entre une voiture et un mur de soutènement. Ils garent tant bien que mal dans un recoin leur chariot chargé de victuailles dénichées dans les poubelles ou achetées avec les quelques pièces glanées au cours de la journée auprès de passagers compatissants. D’autres squattent un coin de cage d’escalier oublié par les vigiles, et somnolent par courtes périodes, se réveillant en sursaut à chaque bruit inhabituel, espérant ne pas être découverts. Malgré ces subterfuges, leur état se dégrade tout de même. Quand on n’a pas assez de sommeil ou qu’il est entrecoupé de trop de réveils angoissés, l’organisme réagit de plus en plus mal. A. ne se lave même plus, lui qui, jusqu’ici, essayait de se tenir à peu près propre. S. déraille de plus en plus souvent, et répète la même chose à l’envi, comme une longue litanie sans fin. H. a le regard de plus en plus farouche et se replie davantage sur elle-même. G. a davantage de crises de colère, et, le jour, se met à insulter sans raison tous ceux qui passent à sa portée.


D’un autre côté, le personnel de nuit respire, lui qui se faisait agresser de plus en plus fréquemment par des SDF violents faisant régner à CDG la loi du plus fort. Qu’ils soient hommes ou femmes, ils viennent à l’aéroport avec l’esprit plus tranquille. Ils n’ont plus l’estomac noué à l’idée d’aller travailler dans ces immenses galeries presque désertes à ces heures tardives. Il en est de même pour les passagers en transit qui, faute de moyens financiers ou de temps, doivent se résoudre à passer une nuit inconfortable sur les sièges de l’aéroport. Ils sont soulagés de ne pas être obligés de veiller en permanence sur leurs bagages. A l’idée de ne pas devoir passer une nuit blanche de peur de se faire voler leurs effets, ils sont soulagés. Ils se sentent en sécurité et peuvent se détendre sans appréhension
aucune.


Les lumières se tamisent et le silence se fait petit à petit. Tout - ou presque - est en sommeil à CDG.

 

Pasteure Anniel Hatton, aumônier protestant à Roissy-Charles de Gaulle

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans La vie des aumôneries
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 14:13
L'État a annoncé son intention de vendre les parts qu'il possède dans les cinq plus grands aéroports régionaux : Nice, Lyon, Toulouse, Mérignac et Montpellier. En Gironde, les élus font bloc face au risque de voir l'aéroport tomber dans l'escarcelle d'un investisseur privé. Les présidents du conseil régional, du conseil général et de la CUB, le maire de Mérignac, et celui de Bordeaux, Alain Juppé, ont cosigné une lettre au Premier ministre dans laquelle ils demandent que l'État cède ses parts aux collectivités et à la CCI. Une solution de vente au gré-a-gré diminuerait le cout du rachat des parts de l'État, mais mécaniquement, réduirait aussi la rentrée d'argent pour celui-ci.
Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 09:37

http://www.air-journal.fr/wp-content/uploads/aj_crash-af447-265x199.jpgLes révélations du quotidien Le Figaro, qui tendraient à exonérer Airbus dans l’enquête sur le crash du vol Air France AF447 Rio – Paris, ont provoqué des réactions peu tendres de la part du BEA, des familles de victimes et même du constructeur européen.

La conclusion d’une responsabilité possible de l’équipage, tirée d’un télex d’Airbus à ses clients, a provoqué le courroux du Bureau Enquêtes et Analyses en charge de l’enquête sur le drame du 1er juin 2009, qui avait coûté la vie à 228 personnes. Dans un communiqué, le BEA souligne que « sacrifier au sensationnalisme en publiant des informations non validées, alors que l’exploitation des données des enregistreurs de vol ne fait que commencer, est une atteinte au respect des passagers et des membres d’équipage décédés et jette le trouble parmi les familles des victimes qui ont déjà subi de nombreux effets d’annonce ». Le BEA rappelle en outre que « lui seul peut communiquer sur les avancées de l’enquête », et qu’à ce stade « aucune conclusion ne peut être tirée ».

Les associations de familles de victimes ont-elles aussi contesté ces informations « non vérifiées », leur président Jean-Baptiste Audousset déclarant que ce n’est pas « en 24 heures que l’on établit une théorie » sur les raisons du crash, tout en rappelant le soulagement des familles après que les boîtes noires ont été retrouvées intactes.

Le syndicat de pilotes SNPL a de son côté expliqué que la note d’Airbus ne permettait « en aucun cas de conclure que l’accident serait dû à une erreur de l’équipage », mais se contentait de ne pas recommander de changement de procédure aux compagnies aériennes utilisant l’Airbus A330.

Le constructeur a de son côté souligné que le BEA avait approuvé le télex en question, dont le but est de donner aux opérateurs des informations relatives à de potentielles recommandations de sécurité dans le cadre d’une enquête après accident. Airbus désapprouve « fermement toute spéculation » dans l’enquête, et déplore des communications « inappropriées » pour un évènement aussi grave, qui devrait être traité « avec dignité et professionnalisme ».

Air France a déclaré qu’il convenait de laisser le BEA travailler « sereinement et en toute indépendance » et souligné qu’à ce stade de l’enquête on ne pouvait définir une quelconque responsabilité de l’un des acteurs, « pas plus que l’exemption de responsabilité de quiconque ». L’AFP cite cependant le PDG Pierre-Henri Gourgeon qui aurait condamné les « rumeurs qui portent atteinte à la mémoire des pilotes ». Des employés de la compagnie nationale ont été moins diplomatiques, soulignant qu’EADS était l’un des actionnaires majeurs du Figaro et que l’approche du Salon du Bourget devait rendre Airbus très nerveux…

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 10:03
Selon des informations révélées par Le Figaro, les premiers éléments extraits des boites noires du vol Rio-Paris AF447 mettraient Airbus hors de cause.

Selon des informations révélées par Le Figaro, les premiers éléments extraits des boites noires du vol Rio-Paris AF447 mettraient Airbus hors de cause.

 

Les premiers éléments extraits des boîtes noires du vol Rio-Paris AF447 mettraient Airbus hors de cause dans l'accident qui a couté la vie à 228 passagers le 1er juin 2009. Selon le Figaro.fr, les enquêteurs s'orienteraient plutôt vers une erreur de l'équipage d'Air France.

Pour le moment, ni le ministère des Transports ni le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) en charge de l'enquête n'ont confirmé cette information.

Selon des sources au gouvernement et des proches de l'enquête, le BEA a pu décrypter dès ce week-end les données du Data Flight Recorder (DFDR), l'une des deux boîtes noires, qui a enregistré les paramètres du vol et mettre ainsi hors de cause l'Airbus A 330. Le BEA poursuit ses analyses et va chercher à savoir ce qui s'est passé dans le cockpit. Le BEA pourra notamment déterminer si des erreurs ont été commises par l'équipage ou par la compagnie Air France. Ces nouvelles informations devraient être communiquées par le BEA dans la journée de mardi. Et même si le rapport définitif du BEA sera livré dans plusieurs mois, le scénario du drame pourrait être établi d'ici à la fin de semaine.

Pour les familles, «c'est une bonne nouvelle, surtout après ces deux années éprouvantes», a expliqué Jean-Baptiste Audousset, président de l'association «Entraide et Solidarité AF447». «Le monde entier a les yeux rivés sur le dénouement de cette affaire. Trente-deux pays «veulent savoir», a estimé le président de l'Association des victimes brésiliennes, Nelson Faria Marinho.

Les boîtes noires ont été repêchées début mai

Les boîtes noires ont été repêchées début mai. Après un séjour record de 23 mois à 3 900 mètres de profondeur, la crainte qu'elles ne soient pas exploitables hantait les esprits. «Maintenant on entre dans une nouvelle étape. Nous n'avons pas de position de vengeance (...) mais ce que nous voulons surtout c'est pouvoir en tirer les conséquences, le but final de notre action étant d'améliorer la sécurité aérienne», a encore précisé M. Audousset.

Les données des deux enregistreurs vont permettre d'en savoir beaucoup plus. Le FDR (Flight Data Recorder) a enregistré tous les paramètres de vol de l'avion (vitesse, altitude, trajectoire, etc). Le CVR (Cockpit Voice Recorder) contient les conversations des pilotes, les sons et annonces dans la cabine de pilotage. «Ces enregistrements permettront de vérifier des hypothèses,» explique Pierre Sparaco, membre de l'Académie de l'air et de l'espace. Par exemple, de «vérifier qu'il y a bien deux pilotes dans le cockpit. C'est un équipage à trois, a priori ils sont toujours deux dans le cockpit», selon lui.

Autant d'éléments qui pourront faire avancer l'enquête judiciaire. Dans ce volet, Airbus et Air France ont été mis en examen récemment pour homicides involontaires. Pour Airbus, «la lecture des boîtes reste l'unique moyen de faire la lumière sur l'enchaînement des causes qui ont précédé ce drame», a déclaré un porte-parole de l'avionneur européen.

Les recherches menées pour retrouver les boîtes noires ont coûté plus de 35 millions d'euros, un montant record pour la France, réparti entre l'Etat, Airbus et Air France.

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
14 mai 2011 6 14 /05 /mai /2011 11:44

 

 

     ZeBible… Ce mot vous est déjà familier puisque vous y êtes connectés ! Mais ZeBible, c'est avant tout LA Bible pour les jeunes. Une Bible imaginée il y a 7 ans par l'Alliance biblique française entourée de 12 partenaires œcuméniques, réalisée par une centaine de rédacteurs (biblistes et animateurs jeunesse) répartis dans toute la France et éditée par Bibli’O ! Alors c'est quoi ZeBible ? C'est l'ensemble du texte biblique (Ancien Testament, livres deutérocanoniques et nouveau testament) en version 'Français Courant', enrichi de nombreux outils pour mieux se l'approprier : 3400 notices, 71 portraits, une fiche introductive à chaque livre, 34 parcours thématiques, 24 programmes de lecture, 9 articles d'introduction sur le monde de la Bible, un vocabulaire, des index, répertoires, plans, cartes, etc. Dès le 14 mai vous pourrez vous la procurer en librairie (Prix spécial de lancement : 22 € jusqu'au 1er juin, et les 10 000 premières offrent le CD des 10 titres originaux de P.U.S.H). Vous retrouverez ainsi l'univers de ZeBible.com, avec la possibilité de naviguer sans modération de l’un à l’autre support ! Des questions, suggestions ? Faites vivre la communauté des zebibliens !

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 07:20

Les enregistreurs oranges du vol A330 Rio-Paris sont arrivés au Bourget jeudi matin. A l'intérieur de ces modules sont inscrits probablement les causes de l'accident qui a entraîné la mort de 228 personnes en 2009. Les familles des victimes vont devoir attendre jusqu'à lundi avant que ne débute l'analyse des données. Francesoir.fr vous explique pourquoi.


Les boîtes noires ont été présentées à la presse jeudi matin au Bourget
Les boîtes noires ont été présentées à la presse jeudi matin au Bourget SIPA

Les boîtes noires ont été présentées à la presse jeudi matin à l'aéroport du Bourget. Conservés dans de l'eau douce déminéralisée pour éviter une oxydation trop rapide, les enregistreurs étaient accompagnés des gendarmes et des enquêteurs techniques du Bureau d'enquêtes et d'analyses. Selon le BEA, les boîtes noires pourront commencer à être analysées à partir de lundi.

Pourquoi l'étude des boîtes noires ne pourra pas commencer avant lundi :

L'analyse ne va pas pouvoir débuter avant d'avoir réussi à extraire les données des enregistreurs.

- Les enquêteurs et les ingénieurs vont donc commencer par ouvrir le module orange. Cette étape devrait prendre quelques heures, explique Le Point.

- Les données sont enregistrées sur une carte-mémoire très semblable à une clé USB. Celle-ci est enrobée dans une couche de protection ignifugée qui doit être retirée de manière très précautionneuse pour ne pas altérer le contenu des enregistrements. La carte, après nettoyage du vernis et des éventuels dépôts de sel, est séchée dans une étuve au minimum douze heures pour évaporer toute trace d'eau.

- L'état physique de la mémoire est examiné au microscope, puis des tests électriques de résistance sont effectués. C'est seulement à ce stade qu'intervient la lecture des données. Celles-ci sont immédiatement copiées sur le réseau sécurisé du BEA et sur une autre carte semblable qui sera l'outil de travail. L'original restera sous scellés. Cette dernière étape risque de prendre une bonne journée.

La durée des opérations prendra donc trois jours. C'est alors que commencera l'étude des enregistrements qui pourrait durer plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Le BEA prévoit de rendre son rapport début 2012.

Que contiennent ces enregistrements :

Chaque avion de croisière qui transporte des passagers est équipé de deux boîtes noires aux objectifs différents mais complémentaires. La première boîte noire, celle qui a été retrouvée le 1er mai dans le cas du vol AF447, est appelée le Flight Data Recorder, c'est à dire l'enregistreur des paramètres de vol. Il archive au moins 28 données comme par exemple l'altitude, la vitesse, l'heure ou la pression. La seconde boîte noire, retrouvée le 2 mai, est appelée la Cockpit Voice Recorder et enregistre les communications radios, les voix du cockpit et les bruits d'ambiance du pilotage.

Ces deux enregistreurs sont équipés pour résister à une pression de 500 bars, soit la pression à 5.000 mètres sous le niveau de l'eau, et sont résistants au feu à 1.100 °C pendant une heure.

Est-il possible d'améliorer les boîtes noires :

De nombreuses voix se sont élevées pour perfectionner ces enregistreurs oranges. Raymond Benjamin, secrétaire générale de l'OACI (Organisation de l'aviation civile internationale), a déclaré qu'il fallait que les enregistreurs émettent plus loin (de 2 kilomètres aujourd'hui à 9 kilomètres) et plus longtemps (de 30 jours à 90 jours). Des améliorations qui sont tout à fait envisageables et qui pourraient faciliter les recherches.

D'autres modifications, comme le fait de créer des boîtes noires qui flottent, ou transférer les données directement par satellite, sont elles beaucoup moins envisageables technologiquement.

 

L'étude des enregistreurs devrait en tout cas pouvoir éclaircir un peu le mystère à l'origine de la mort des 228 passagers du vol AF447 qui s'est abîmé dans l'océan Atlantique, le 1er juin 2009.

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 06:06

Le Comité directeur de l’AJCF a élu le pasteur Alain Massini lauréat du Prix de l’Amitié judéo-chrétienne de France 2011.

 

 


Alain Massini, au centre, entouré de Jan Joosten et Annie Noblesse-Rocher, lors du colloque "Foi protestante et judaïsme", octobre 2010. © Fédération protestante de France

Le pasteur Massini, actuellement en poste pastoral à Clermont-Ferrand, a notamment présidé la Commission Chrétiens et Juifs de la Fédération protestante de France de 1996 à 2008. Depuis cette date, il est membre de la Commission de la Fédération protestante pour les relations avec le Judaïsme, aujourd’hui présidée par le pasteur François Clavairoly. Il participe également au groupe de travail juifs/protestants avec le CRIF (Conseil représentatif des Institutions juives de France).

De 1996 à 1999, le pasteur Massini a participé, comme représentant du Comité Permanent luthéro-réformé, aux rencontres du groupe de travail doctrinal de la Communion Ecclésiale de Leuenberg qui a produit le texte « Eglise et Israël ». A ce titre, il a contribué à la mise au point de la version française de cet important document d’une centaine de pages, parue dans la revue Foi et Vie, n°1, 2002.

Le Prix de l’AJCF sera remis par M. Hubert Heilbronn, le fondateur du Prix, le lundi 24 octobre 2011 à 18h30, au Temple du Saint-Esprit, 5 rue Roquépine 75008 Paris (M° St-Augustin).

Les pasteurs Florence Taubmann et François Clavairoly introduiront cette soirée d’hommage. Interviendront ensuite : le professeur Armand Abécassis, Mgr Francis Deniau, le pasteur Michel Leplay, Sœur Anne-Etienne et le père Jean Dujardin.

(Source : Amitié judéo-chrétienne)

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 06:27

Deux découvertes en quelques jours au large du Brésil vont sans doute permettre d’élucider le crash de l’Airbus A330 d’Air France, le 1er juin 2009. Une catastrophe qui avait entrainé le mort de 228 personnes. La première boite noire a été récupérée ce dimanche, la seconde ce matin ; c’est celle qui enregistre les conversations des pilotes dans le cockpit. Selon le directeur du BEA, elle est "entière" et "en bon état".

Les deux boites noires repêchées : Thierry Mariani, le secrétaire d’Etat aux transports espère qu’elles seront exploitables"   (0'36")
 

France Info - Les débris localisés début avril

Les débris localisés début avril
©Reuters / BEA

Le Bureau d’enquêtes et d’analyses chargé de l’enquête technique de ce crash avait annoncé dimanche la découverte puis le repêchage du module mémoire de la première boîte noire, dit Flight Data Recorder (FDR). Ce mardi, c’est la seconde boite noire qui a donc été repêchée. “L’enregistreur phonique - Cockpit Voice Recorder (CVR) - a été localisé et identifié par l’équipe d’enquête à 21h50 GMT (23H50 heure de Paris) lundi 2 mai. Il a été remonté par le robot Remora 6000 à bord du navire Ile de Sein à 02H40 GMT (04H40 heure de Paris) ce matin, mardi 3 mai”, précise le BEA dans son communiqué. Selon Jean-Paul Troadec, le directeur du Bureau d’enquêtes et d’analyses cité par l’AFP, la boîte noire est entière. Le châssis, le module et même le cylindre de balise sont là. Globalement, l’aspect extérieur du boîtier est correct, en bon état”.

L’étude de ces deux boites noires commencera dans une dizaine de jours à Paris. En attendant elles ont été placées sous scellés.

Après des mois de recherches vaines, le champ de débris de l’appareil avait été localisé début avril.

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 16:52

Un homme, qui souhaitait détourner vers la Libye un vol Paris-Rome d'Alitalia dimanche, a été maitrisé par l'équipage et des passagers avant d'être arrêté à sa descente d'avion, rapportent des témoins et la compagnie aérienne.

Selon des passagers du vol AZ329, l'homme, apparemment un Kazakh de 48 ans travaillant à Paris, a tenté d'immobiliser une hôtesse de l'air en lui plaçant un petit couteau sous la gorge.

"L'homme a saisi l'hôtesse par derrière et a pointé son couteau. Elle s'est retrouvée en difficulté et a tenté de se retourner", a indiqué Sofia, une passagère, à la presse.

Stefanie, une Française vivant en Italie, a rapporté que l'homme avait ri lorsque l'hôtesse lui avait demandé d'aller avec lui vers la tête de l'appareil.

"Il l'a maintenue seulement pendant quelques minutes, puis des membres de l'équipage et des passagers sont intervenus pour immobiliser l'homme au sol", a-t-elle ajouté.

Dans un communiqué, la compagnie aérienne italienne Alitalia indique que le passager a agressé un membre de l'équipage et exigé que le vol soit dérouté vers Tripoli, la capitale libyenne.

Il a finalement été immobilisé par des stewards et le commandant de bord a appelé la police qui a interpellé l'homme à sa descente d'avion, indique le communiqué.

Selon les agences de presse Ansa et Agi, l'homme tenait des propos confus et l'hôtesse de l'air, présentant des blessures légères, a été transportée vers un poste de premiers secours de l'aéroport de Rome.

L'homme a été identifié par la police comme étant un citoyen du Kazakhstan, âgé de 48 ans et travaillant à Paris, selon la presse italienne.

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 15:44

L'opérateur Veolia Transport a obtenu vendredi la gestion de l'aéroport de Perpignan, une semaine après celui de Carcassonne, a-t-on appris auprès de la Région Languedoc-Roussillon.
"Nous avons choisi Veolia pour une délégation de service public (DSP) de 7 ans parce que son offre a été jugée la plus performante en termes de service rendu, d'objectif de développement, de coût pour la collectivité et de garanties pour les 80 employés de la plate-forme", a déclaré à l'AFP Robert Navarro, premier vice-président de la région, chargé des transports.

La Région est copropriétaire de l'aéroport de Perpignan à hauteur de 70%, au sein d'un syndicat mixte constitué avec le département (15%) et l'agglomération de Perpignan (15%).
Trois concurrents faisaient face à Veolia: l'actuel gestionnaire Vinci aéroports associé à la Chambre de commerce et d'industrie locale, le Canadien SNC Lavalin (groupe d'ingéniérie), et le groupement Egis Projects, filiale de la Caisse des dépôts.
Les quatre mêmes candidats étaient déjà en course pour l'aéroport de Carcassonne, attribué le 15 avril à Veolia par le Conseil régional. Veolia exploite déjà le petit aéroport de Nîmes depuis 2007.
"Nous avons travaillé depuis 19 mois sur ces questions, si un autre groupe avait été plus performant que Veolia nous l'aurions choisi sans état d'âme", a assuré M. Navarro.
L'aéroport de Perpignan, dont les infrastructures sont qualifiées de "vieillissantes" par le Conseil régional, a connu une chute importante de son trafic, avec un nombre de passagers passé de 645.000 en 2002 à 373.000 en 2010.
"Le délégataire va vouloir gagner de l'argent à terme, et pour cela il s'engage à faire remonter le trafic sous peine de pénalité au-delà de 500.000 passagers au terme de la concession à Perpignan comme à Carcassonne (moins de 400.000 en 2010)", a précisé M. Navarro.
La région compte six aéroports: Montpellier-Méditerranée (1,18 million de passagers), aéroport d'intérêt national contrôlé par l'Etat, Carcassonne, Perpignan, Nîmes (180.000 passagers), Béziers (130.000), et Mende actuellement en sommeil.
"La stratégie régionale est simple: nous voulons utiliser l'ensemble de ces aéroports pour faire venir le maximum de passagers dans notre région, instaurer le maximum de complémentarité et de cohérence, tout en les rendant moins chers pour la collectivité", indique le vice-président.
Selon lui "le coût pour la Région des aéroports, déficitaires, est de 32 millions d'euros, et les deux DSP qui viennent d'être décidées vont réduire ce coût".

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire