Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juin 2011 4 30 /06 /juin /2011 07:14

DSCN1531Seigneur Jésus,

les Evangiles te montrent constamment en mouvement.

Tu vas d'un lieu à l'autre à l'écoute de tous et de chacun.

 

Du bord du lac de Galilée à une synagogue,

D'une maison remplie de monde à un lieu désert,

Du chevet d'une malade à une barque voguant sur les flots,

Jamais tu ne cesses de voyager, de te déplacer,

toujours disponible aux besoins de l'un ou de l'autre.

 

Tu es notre Seigneur, mais aussi notre Sauveur.

Tu veux nous libérer de tout ce qui nous oppresse.

Tu donnes une direction à nos vies souvent désemparées.

 

Tu remplis nos existences de ton espérance.

Tu nous témoignes ton affection quand nous sommes esseulés.

 

Comme Abraham et Sarah, parfois tu nous appelles à partir à l'aventure au gré d'une vocation que tu nous adresses.

 

Si nous sommes captifs, comme l'étaient les hébreux,

tu veux nous délivrer, et tu nous protèges

tout le long du chemin où tu nous envoies.

 

Nous qui avons fait l'expérience

de ta bonté et de ta compassion,

Nous te prions pour les migrants de toutes sortes,

Pour les réfugiés qui ont tout perdu,

Pour les abandonnés de tous bords,

Pour ceux qui n'ont pas de domicile fixe,

Pour les déracinés et les apatrides.

 

Donne-leur la force dont ils ont besoin,

nous t'en prions.

Seigneur, toi qui étais aussi un déraciné,

rejeté des siens,

entoure-les, réconforte-les, console-les,

et montre-leur le chemin à suivre vers une vie meilleure.

 

Seigneur Jésus, merci pour ton écoute.

Gloire à toi.

 

Amen

 

Pasteure Anniel Hatton, aumônier à Roissy-Charles de Gaulle


Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Spiritualité
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 07:24

 

DSCN0396Seigneur,

nous venons à toi les mains ouvertes,

remplis d’amour et de reconnaissance.

 

Nous te louons pour ta présence au milieu de nous,

présence ô combien précieuse pour chacun de nous.

 

Nous te demandons de nous bénir

et de veiller sur ce moment de partage et d’adoration.

 

Nous te prions avec confiance,

car nous avons l’assurance

que la main tendue vers toi ne reste jamais vide.

 

O Dieu,

aide nous à t’ouvrir nos cœurs

afin que nous soyons disponibles

à ce que tu as à nous dire.

 

Que nous puissions élever tout notre être vers toi,

et que, comme de petits enfants, nous sachions écouter

ta parole sans crainte et avec simplicité.

 

Sonde nos cœurs, ouvre nos esprits,

répands sur nous ta sagesse dans ta bonté,

ô Père !

 

Que ton amour nous unisse,

Seigneur Jésus,

et que la force de ton Esprit Saint

nous libère de nos chaînes et de nos œillères !

 

Amen

 

Pasteure Anniel Hatton, aumônier protestant à Roissy-Charles de Gaulle

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Spiritualité
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 07:18

 

DSCN5006.JPG

Seigneur, nous qui évoluons, travaillons,

ou simplement passons dans cet aéroport,

nous venons de tous horizons, culturels, sociaux, linguistiques.

 

En t'incarnant, tu as voulu te mettre à notre portée,

Et t'inscrire dans notre culture tout en restant l'Autre,

A la fois proche et différent de nous.

 

Seigneur, malgré tous nos efforts,

Parfois il nous arrive de ne pas réussir

A nous comprendre entre êtres humains.

 

Toi, tu es venu nous parler dans notre langue

Et nous apprendre à dialoguer

Dans la plus belle langue qui soit, la langue du cœur.

 

Aide-nous à savoir communiquer les uns avec les autres

Malgré nos imperfections et nos différences,

Afin que nous puissions témoigner par l'exemple

De l'amour dont tu as fait preuve

en te faisant être humain comme nous.

 

Amen

 

Pasteure Anniel Hatton, aumônier à Roissy-Charles de Gaulle

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Spiritualité
19 juin 2011 7 19 /06 /juin /2011 13:56

      Comme je le fais tous les jours, j’arpente le terminal 2 F qui est mon point de chute le plus fréquent. Ce jour-là, je me dirige d’un pas vif vers le module P où se trouvent les bureaux de la direction. C’est là que nous avons notre boîte aux lettres d’aumônerie. Je vais la relever presque tous les jours, et j’en profite pour dire un petit bonjour aux gens que je connais, et éventuellement établir de nouveaux contacts avec d’autres membres du personnel d’Aéroports de Paris (ADP).

     Et alors que je marche dans la galerie, un homme m’arrête : « Je voudrais déclarer un vol de chaussures », me dit-il. Sur le moment, je reste interdite. Je ne comprends pas, et je pense qu’il s’est trompé d’interlocuteur. « Mais… mais… pour une déclaration de vol, il faut aller à la police! Moi, je ne suis que l’aumônier protestant… » Mon interlocuteur me regarde comme si j’avais perdu l’esprit. Il semble se demander si je me moque de lui. Mais il est tenace, et il ne lâche pas le morceau : « Mais justement ! Vous êtes la dame de l’aumônerie, le pasteur de l’aéroport… Je vous connais, moi… Je vous déclare un vol de chaussures parce que c’est vous qui vous occupez du centre spirituel. » Et de me raconter que les disparitions de chaussures des fidèles musulmans se sont récemment multipliées pendant les moments de prière. Un jour, un de ses collègues qui travaillait à la sûreté a même dû aller à son travail en tongs, ce qui, bien entendu, n’a pas eu l’heur de plaire à son supérieur hiérarchique. Mon interlocuteur semble savoir que j’ai mes entrées à la direction, et il me fait confiance pour transmettre ses doléances à qui de droit. Effectivement, je fais immédiatement le nécessaire pour qu’une solution adéquate soit trouvée le plus vite possible.

     Un autre jour, les fidèles musulmans s’aperçoivent qu’un tuyau de climatisation a cédé pendant la nuit juste au-dessus de leur salle de prière, et ils se voient fortement aspergés pendant leurs dévotions. Ils s’adressent de nouveau à moi, et je vais aussitôt m’adresser à qui de droit pour que le problème soit résolu, et ainsi faciliter l’utilisation de ce lieu de prière en toute tranquillité.

 

Pasteure Anniel Hatton, aumônier protestant à Roissy-Charles de Gaulle

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans La vie des aumôneries
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 15:30
Le transport aérien doublera de taille d'ici à 2030, mais le développement des aéroports risque de ne pas suivre, ont estimé mardi des hauts responsables du secteur, tout en indiquant différentes solutions permettant d'y remédier. "Ce n'est pas la capacité d'accueil des aéroports qui fait problème, ce sont l'efficacité et les coûts", a estimé Larry Berg, PDG de l'aéroport de Vancouver dont une filiale gère 19 autres aéroports au Canada et à l'étranger. Intervenant lors du Forum économique international des Amériques, qui se tient cette semaine à Montréal, il a indiqué plusieurs pistes qui sont ou seront suivies par son aéroport pour accélérer le passage des voyageurs. Il a cité l'enregistrement des passagers en libre-service aux guichets automatiques ou "kiosques" avec soit un code barre imprimé chez eux soit mémorisé sur leur téléphone mobile, les "portails battants" (swing gates), ces portes d'embarquement utilisées alternativement pour les vols intérieurs et internationaux, un système d'acheminement des bagages, "que l'on pourra laisser n'importe ou dans l'aéroport", et le renforcement des services frontaliers. Manque d'espace pour de nouvelles pistes Pour illustrer la pression qui s'exerce sur les aéroports, M. Berg a cité des chiffres rapportés récemment par le magazine The Economist: le nombre d'avions de ligne doit doubler d'ici à 20 ans et le monde aura besoin de mille milliards de dollars d'investissements dans les aéroports. Or, a-t-il ajouté, en Europe, la capacité des aéroports n'augmentera que de 40%. Des chiffres comparables ont été cités par Robert Landry, vice-président des Aéroports de Montréal. La croissance la plus forte est attendue, selon lui, en Asie, au Moyen-Orient et en Europe de l'Est. En Chine, entre 60 et 100 nouveaux aéroports seront construits. "Comme le décollage vertical des avions de ligne n'est pas pour demain", a-t-il observé, et que l'espace manque pour construire de nouvelles pistes pour les aéroports existants - devenus souvent des centres urbains importants - la solution passe par l'amélioration de l'efficacité, avec la spécialisation des plateformes et des terminaux - pour le cargo et les lignes à bas prix par exemple.
Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 09:26
PARIS — Quelque 200 proches ou membres des familles des 228 victimes du vol Air France Rio-Paris se sont rassemblés mercredi au cimetière du Père Lachaise à Paris, pour une cérémonie du souvenir deux ans jour pour jour après le crash. Le directeur général d'Air France Pierre-Henri Gourgeon et le président du conseil d'administration d'Air France-KLM Jean-Cyril Spinetta ont accueilli les familles près de la stèle transparente érigée l'an dernier dans le grand cimetière parisien. "Chères familles, deux ans se sont écoulés, au cours desquels nous nous sommes interrogés sur les raisons de la catastrophe", a dit au micro M. Gourgeon. "Grâce aux efforts des équipes techniques et des experts qui ont permis de retrouver l'avion, nous avons l'espoir de ne plus vivre dans l'incertitude", a-t-il dit. "Tous, nous voulons comprendre par quel enchaînement fatal cette catastrophe s'est produite (...) Cela contribuera à faire progresser la sécurité aérienne mondiale". Un prêtre, un pasteur et un imam se sont ensuite succédés pour réciter des prières, puis des membres d'Air France ont lu des poèmes: "Et un sourire" de Paul Eluard et "L'invitation au voyage" de Charles Baudelaire. Dans la matinée, une cérémonie privée avait été organisée à Roissy par la compagnie en hommage aux seize membres d'équipage qui ont péri dans l'accident du vol AF 447. Parti de Rio à destination de Paris, l'avion s'est abîmé en mer à environ 1.150 km au large des côtés brésiliennes dans la nuit du 31 mai au 1er juin 2009, faisant 228 morts de 32 nationalités, dont 72 Français et 58 Brésiliens. Les restes de l'avion ont été récemment repérés après des mois de recherches et pour l'instant un total de 127 corps ont été repêchés. Selon le secrétaire d'Etat aux Transports, Thierry Mariani, les causes de l'accident devraient être élucidées "d'ici au début de l'été", alors que l'analyse des données des boîtes noires est en cours.
Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans La vie des aumôneries
6 juin 2011 1 06 /06 /juin /2011 07:24

DSCN1383.JPGC’est la nuit. Les passagers se font plus rares à certains endroits de l’aéroport de Roissy. Le personnel aussi.


Des vigiles commencent à circuler dans les galeries pour évacuer les SDF qui ont élu domicile en ce lieu. Certains sont rudes et sévères. D’autres, gênés de devoir accomplir une tâche aussi peu reluisante, secouent les dormeurs avec quelques ménagements.


Et commence alors une sorte de jeu du chat et de la souris. Les sans-logis, dont certains vivent à l’aéroport depuis plusieurs années, connaissent bien les divers recoins de cet immense bâtiment tentaculaire. Comme il ne fait pas trop froid,
quelques-uns se réfugient dans les parcs de stationnement souterrains où ils s’abritent provisoirement entre une voiture et un mur de soutènement. Ils garent tant bien que mal dans un recoin leur chariot chargé de victuailles dénichées dans les poubelles ou achetées avec les quelques pièces glanées au cours de la journée auprès de passagers compatissants. D’autres squattent un coin de cage d’escalier oublié par les vigiles, et somnolent par courtes périodes, se réveillant en sursaut à chaque bruit inhabituel, espérant ne pas être découverts. Malgré ces subterfuges, leur état se dégrade tout de même. Quand on n’a pas assez de sommeil ou qu’il est entrecoupé de trop de réveils angoissés, l’organisme réagit de plus en plus mal. A. ne se lave même plus, lui qui, jusqu’ici, essayait de se tenir à peu près propre. S. déraille de plus en plus souvent, et répète la même chose à l’envi, comme une longue litanie sans fin. H. a le regard de plus en plus farouche et se replie davantage sur elle-même. G. a davantage de crises de colère, et, le jour, se met à insulter sans raison tous ceux qui passent à sa portée.


D’un autre côté, le personnel de nuit respire, lui qui se faisait agresser de plus en plus fréquemment par des SDF violents faisant régner à CDG la loi du plus fort. Qu’ils soient hommes ou femmes, ils viennent à l’aéroport avec l’esprit plus tranquille. Ils n’ont plus l’estomac noué à l’idée d’aller travailler dans ces immenses galeries presque désertes à ces heures tardives. Il en est de même pour les passagers en transit qui, faute de moyens financiers ou de temps, doivent se résoudre à passer une nuit inconfortable sur les sièges de l’aéroport. Ils sont soulagés de ne pas être obligés de veiller en permanence sur leurs bagages. A l’idée de ne pas devoir passer une nuit blanche de peur de se faire voler leurs effets, ils sont soulagés. Ils se sentent en sécurité et peuvent se détendre sans appréhension
aucune.


Les lumières se tamisent et le silence se fait petit à petit. Tout - ou presque - est en sommeil à CDG.

 

Pasteure Anniel Hatton, aumônier protestant à Roissy-Charles de Gaulle

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans La vie des aumôneries
25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 14:13
L'État a annoncé son intention de vendre les parts qu'il possède dans les cinq plus grands aéroports régionaux : Nice, Lyon, Toulouse, Mérignac et Montpellier. En Gironde, les élus font bloc face au risque de voir l'aéroport tomber dans l'escarcelle d'un investisseur privé. Les présidents du conseil régional, du conseil général et de la CUB, le maire de Mérignac, et celui de Bordeaux, Alain Juppé, ont cosigné une lettre au Premier ministre dans laquelle ils demandent que l'État cède ses parts aux collectivités et à la CCI. Une solution de vente au gré-a-gré diminuerait le cout du rachat des parts de l'État, mais mécaniquement, réduirait aussi la rentrée d'argent pour celui-ci.
Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 09:37

http://www.air-journal.fr/wp-content/uploads/aj_crash-af447-265x199.jpgLes révélations du quotidien Le Figaro, qui tendraient à exonérer Airbus dans l’enquête sur le crash du vol Air France AF447 Rio – Paris, ont provoqué des réactions peu tendres de la part du BEA, des familles de victimes et même du constructeur européen.

La conclusion d’une responsabilité possible de l’équipage, tirée d’un télex d’Airbus à ses clients, a provoqué le courroux du Bureau Enquêtes et Analyses en charge de l’enquête sur le drame du 1er juin 2009, qui avait coûté la vie à 228 personnes. Dans un communiqué, le BEA souligne que « sacrifier au sensationnalisme en publiant des informations non validées, alors que l’exploitation des données des enregistreurs de vol ne fait que commencer, est une atteinte au respect des passagers et des membres d’équipage décédés et jette le trouble parmi les familles des victimes qui ont déjà subi de nombreux effets d’annonce ». Le BEA rappelle en outre que « lui seul peut communiquer sur les avancées de l’enquête », et qu’à ce stade « aucune conclusion ne peut être tirée ».

Les associations de familles de victimes ont-elles aussi contesté ces informations « non vérifiées », leur président Jean-Baptiste Audousset déclarant que ce n’est pas « en 24 heures que l’on établit une théorie » sur les raisons du crash, tout en rappelant le soulagement des familles après que les boîtes noires ont été retrouvées intactes.

Le syndicat de pilotes SNPL a de son côté expliqué que la note d’Airbus ne permettait « en aucun cas de conclure que l’accident serait dû à une erreur de l’équipage », mais se contentait de ne pas recommander de changement de procédure aux compagnies aériennes utilisant l’Airbus A330.

Le constructeur a de son côté souligné que le BEA avait approuvé le télex en question, dont le but est de donner aux opérateurs des informations relatives à de potentielles recommandations de sécurité dans le cadre d’une enquête après accident. Airbus désapprouve « fermement toute spéculation » dans l’enquête, et déplore des communications « inappropriées » pour un évènement aussi grave, qui devrait être traité « avec dignité et professionnalisme ».

Air France a déclaré qu’il convenait de laisser le BEA travailler « sereinement et en toute indépendance » et souligné qu’à ce stade de l’enquête on ne pouvait définir une quelconque responsabilité de l’un des acteurs, « pas plus que l’exemption de responsabilité de quiconque ». L’AFP cite cependant le PDG Pierre-Henri Gourgeon qui aurait condamné les « rumeurs qui portent atteinte à la mémoire des pilotes ». Des employés de la compagnie nationale ont été moins diplomatiques, soulignant qu’EADS était l’un des actionnaires majeurs du Figaro et que l’approche du Salon du Bourget devait rendre Airbus très nerveux…

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 10:03
Selon des informations révélées par Le Figaro, les premiers éléments extraits des boites noires du vol Rio-Paris AF447 mettraient Airbus hors de cause.

Selon des informations révélées par Le Figaro, les premiers éléments extraits des boites noires du vol Rio-Paris AF447 mettraient Airbus hors de cause.

 

Les premiers éléments extraits des boîtes noires du vol Rio-Paris AF447 mettraient Airbus hors de cause dans l'accident qui a couté la vie à 228 passagers le 1er juin 2009. Selon le Figaro.fr, les enquêteurs s'orienteraient plutôt vers une erreur de l'équipage d'Air France.

Pour le moment, ni le ministère des Transports ni le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) en charge de l'enquête n'ont confirmé cette information.

Selon des sources au gouvernement et des proches de l'enquête, le BEA a pu décrypter dès ce week-end les données du Data Flight Recorder (DFDR), l'une des deux boîtes noires, qui a enregistré les paramètres du vol et mettre ainsi hors de cause l'Airbus A 330. Le BEA poursuit ses analyses et va chercher à savoir ce qui s'est passé dans le cockpit. Le BEA pourra notamment déterminer si des erreurs ont été commises par l'équipage ou par la compagnie Air France. Ces nouvelles informations devraient être communiquées par le BEA dans la journée de mardi. Et même si le rapport définitif du BEA sera livré dans plusieurs mois, le scénario du drame pourrait être établi d'ici à la fin de semaine.

Pour les familles, «c'est une bonne nouvelle, surtout après ces deux années éprouvantes», a expliqué Jean-Baptiste Audousset, président de l'association «Entraide et Solidarité AF447». «Le monde entier a les yeux rivés sur le dénouement de cette affaire. Trente-deux pays «veulent savoir», a estimé le président de l'Association des victimes brésiliennes, Nelson Faria Marinho.

Les boîtes noires ont été repêchées début mai

Les boîtes noires ont été repêchées début mai. Après un séjour record de 23 mois à 3 900 mètres de profondeur, la crainte qu'elles ne soient pas exploitables hantait les esprits. «Maintenant on entre dans une nouvelle étape. Nous n'avons pas de position de vengeance (...) mais ce que nous voulons surtout c'est pouvoir en tirer les conséquences, le but final de notre action étant d'améliorer la sécurité aérienne», a encore précisé M. Audousset.

Les données des deux enregistreurs vont permettre d'en savoir beaucoup plus. Le FDR (Flight Data Recorder) a enregistré tous les paramètres de vol de l'avion (vitesse, altitude, trajectoire, etc). Le CVR (Cockpit Voice Recorder) contient les conversations des pilotes, les sons et annonces dans la cabine de pilotage. «Ces enregistrements permettront de vérifier des hypothèses,» explique Pierre Sparaco, membre de l'Académie de l'air et de l'espace. Par exemple, de «vérifier qu'il y a bien deux pilotes dans le cockpit. C'est un équipage à trois, a priori ils sont toujours deux dans le cockpit», selon lui.

Autant d'éléments qui pourront faire avancer l'enquête judiciaire. Dans ce volet, Airbus et Air France ont été mis en examen récemment pour homicides involontaires. Pour Airbus, «la lecture des boîtes reste l'unique moyen de faire la lumière sur l'enchaînement des causes qui ont précédé ce drame», a déclaré un porte-parole de l'avionneur européen.

Les recherches menées pour retrouver les boîtes noires ont coûté plus de 35 millions d'euros, un montant record pour la France, réparti entre l'Etat, Airbus et Air France.

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire