Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 18:17

For the Rev. Michael Zaniolo, Ash Wednesday is the busiest day of the year. He's the head chaplain at Chicago's O'Hare International Airport, which had three Masses and 14 different ash ceremonies.

The Catholic chaplain at JFK Airport speaks to WSJ's Andy Jordan about ministering to people "on the fly".

Here, services can't go longer than 30 minutes to fit into workers' breaks. He has his "regulars" at services—airport workers and airline employees as well as travelers who have made going to church part of their layover routine at O'Hare. He hears confession from many every day.

"They carry around a lot of spiritual burdens, and I'm a convenient guy," he says. "I can help people get things out of their system or see things in a different perspective, or see where God might be."

At least 140 airports around the world have designated chapels, and more than 250 have airport chaplains, according to the International Association of Civil Aviation Chaplains, an ecumenical non-profit organization. While chaplains are among the first-responders in the event of a crash, day to day they spend their time offering solace to travelers, consoling the bereaved, hearing confession or offering blessings to passengers before they board airplanes.

"It's a ministry of presence," says the Rev. Chris Piasta, a Roman Catholic chaplain at New York's Kennedy International Airport. "Years ago people enjoyed flying. Nowadays, no one talks about an enjoyable experience anymore."

Airport chaplains counsel people through the stress of both flying and daily living. Some travelers are filled with anxiety because of circumstance—they are on their way to funerals, medical treatment or family emergencies, for example. Many don't have the time to go to church, synagogue or a mosque. So the faith institutions have come to them. Chaplains roam through airport train and tram stations, control towers and gate areas.

"We're trying to be where people are at and move with people," says Rabbi Bennett Rackman, who works out of JFK and hosts lunchtime study programs for workers, leads prayer sessions for Jewish travelers and offers blessings for youth groups about to depart to Israel. He believes JFK's synagogue is the only airport synagogue in the western hemisphere.

Tending to Travelers[SB10001424052748703453804576191062447477544]

Sally Ryan for The Wall Street Journal

The Rev. Michael Zaniolo led Mass on Ash Wednesday at Chicago's O'Hare International Airport chapel.

At JFK, four chapels sit side by side: Roman Catholic, Protestant, Jewish and Muslim. The location, on the fourth floor of Terminal 4, is outside security and well outside the mainstream passenger flow, but it still gets a steady stream of people who want to pray. The busiest chapel, JFK chaplains say, is the multi-faith chapel now outfitted as a mosque, with prayer rugs and signs that point toward Mecca.

The first airport chapel was established in Boston in 1951, and the idea spread as a way to comfort fearful travelers. Even though crash rates have improved dramatically over the past 60 years, safety remains a concern for many airline passengers.There have been times when airports or airlines have asked chaplains to lend a hand.

O'Hare's Father Zaniolo, for example, sometimes assists in crowd control. When passengers turn angry at gates because of airline messes, gate agents sometimes summon him because the collar can quiet the crowd. "One ticket agent told me, 'They act like human beings when you are here,' " he says.

Airport chaplains sometimes walk a fine line separating church and state. Since most airports are government-run, some airport administrators are reluctant to support religious services.

The Jacksonville, Fla., airport, for example, has a chapel but doesn't allow religious iconography or texts, doesn't sanction official airport chaplains and doesn't allow clergy to use the airport public-address system for announcements.

Somali immigrants pressed the Minneapolis-St. Paul International Airport for a private prayer room after six imams were removed from a plane in 2007 after praying in public. But the airport declined to offer a room designated for any particular religion. The airport doesn't have a chapel or prayer room, a spokesman said, but does have two quiet seating areas for reading, relaxing, meditating and praying.


MIDSEATjp
Sally Ryan for The Wall Street Journal

Jay Goeppner, a fleet clerk with American Airlines, attends Mass on Ash Wednesday at O'Hare's airport chapel. Mr. Goeppner says he has been a regular visitor at the chapel for 14 years.

Most chaplains avoid conflict by drawing salaries from local dioceses or establishing non-profit organizations to fund their work. Many hold fund-raisers and get support from local faith institutions, airport concessionaires and the airlines in the form of free tickets to raffle off.

Jonathan Baldwin, chaplain at London's Gatwick Airport and president of the IACAC, has been in crisis mode frequently through ash cloud disruptions, blizzards and, most recently, repatriation flights inbound from Libya, with de-planing passengers recounting stories of atrocities they saw.

"If they spot the collar and they are Christian, they may want to talk," said the Anglican priest. He regularly visits the airport's control tower and fire station, airport hotels and other venues where workers and travelers can be found. "Loitering with intent, we call it," he says.

When flights are canceled, some chaplains even provide assistance, from money for hotel rooms to clothing for some people stuck at the airport for several days.

At Atlanta's Hartsfield-Jackson International Airport, the Rev. Chester Cook, a United Methodist minister, says he often lobbies airline supervisors and station managers to waive fees or penalties for people in dire straits. If that doesn't work, local religious groups provide funds to help travelers in need, whether it's paying $100 for a bus ticket, $40 for a motel room or helping cover an airline change fee or baggage fee. Airport concessionaires also let the chapel offer airport employees a discount card good at airport restaurants in exchange for a donation to raise assistance funds.

Travelers who have had wallets or bags stolen are often directed to the Rev. Cook, who is actually an employee of the city's Department of Aviation and considered a customer-service agent for Hartsfield. He and other chaplains also work with large contingents of U.S. soldiers who pass through Atlanta every day

"Spiritual and humanitarian blur when people are going through crisis," he says.

When tragedy strikes families and someone has to inform travelers of terrible news, chaplains get the call.

Father Zaniolo recalls one day when he was beside a couple when they received the news that their daughter had committed suicide. "They couldn't be consoled. It was so hard," he says. In another instance, he informed a flight attendant whose eighth-grade son had been hit by a train and killed in Florida. His role in both cases was to help people get calm enough so they could travel back home.

"Those aren't bad days. Those are days when people need me," says Father Zaniolo.

Write to Scott McCartney at middleseat@wsj.com

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans La vie des aumôneries
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 13:07

avocatL’avocat et pasteur protestant, Nguyen Van Dai, a été libéré le 6 mars 2011, au terme de 4 années de prison. Il devra encore purger 4 années d’assignation à résidence.

Les autorités communistes vietnamiennes ont relâché l’avocat chrétien des droits de l’homme Nguyen Van Dai, condamné pour "propagande contre l’état communiste" en mai 2007.

Le fondateur du Comité des Droits de l’Homme au Viêt Nam est connu pour son engagement en faveur de l’église protestante Memmonite persécutée par le régime.

Les autorités vietnamiennes n’ont pas apprécié ses articles sur la démocratie et la liberté de la presse au Vitnam.

Trois mois après avoir reçu le prix Hellmann/Hammett de Human Rights Watch pour son combat politique, Nguyen Van Dai est arrêté en mars 2007 et placé en détention préventive.

Il est condamné le 10 mai 2007 à cinq ans de prison. En appel, sa peine est ramenée à 4 ans de prison ferme et 4 ans d’assignation à résidence. Cette sentence n’a pas encore été révoquée jusqu’à présent.

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 13:06

Même si les classements de toute sorte se multiplient sans être toujours très crédible, la place de l’aéroport de Munich devant ses concurrents européens au classement des World Airport Awards de SkyTrax n’est pas une surprise: c’est la sixième fois en sept ans qu’il l’emporte.
Déjà sacré meilleur d’Europe l’année dernière, mais aussi entre 2005 et 2008, l’aéroport de Munich prend la quatrième place mondiale derrière Hong Kong, Singapour et Séoul. La domination des plateformes asiatiques ne diminue donc pas, mais le vieux continent ne s’en sort pas si mal, Amsterdam – Schiphol prenant la sixième place, Zurich la septième et Copenhague la dixième.

SkyTrax a précisé que les voyageurs avaient particulièrement apprécié le « haut standard de confort » de ses terminaux et « l’hospitalité spéciale bavaroise », parmi les points forts de l’aéroport de Munich. Les autorités de ce dernier ont avoué leur fierté d’avoir défendu leur titre, spécialement parce qu’il est établi par des passagers.

Le reste du classement est occupé par Pékin (5eme), Auckland (8eme) et Kuala Lumpur (9eme). Aucun aéroport des Amériques ou d’Afrique ne figure donc à ce classement, pas plus que les français – ce qui ne surprendra pas grand monde. Le classement de SkyTrax, probablement le plus crédible à l’instar de celui qu’il établit pour les compagnies aériennes, repose sur les formulaires remplis par 11 millions de voyageurs. Il porte sur 240 aéroports dans le monde entier, qui sont jugés selon 40 critères allant de la qualité des services à la courtoisie des employés, en passant par l’efficacité et les zones de loisir ou de shopping…

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 13:00

UN.jpgTrente deux personnes, selon l'ONU, ont péri lundi à Kinshasa dans l'accident d'un avion de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (Monusco), le premier crash impliquant un appareil de l'organisation dans ce pays depuis le début de sa mission en 1999.

Une seule personne sur 33 a survécu, selon l'ONU, s'exprimant depuis son siège de New-York.

"Nous sommes désormais en mesure de confirmer qu'une seule personne a survécu sur les 33 qui se trouvaient à bord de l'avion de la Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (Monusco) qui s'est écrasé aujourd'hui", a déclaré devant la presse le porte-parole de l'ONU Farhan Haq.

Sur place, une source aéroportuaire avait auparavant fait état de "26 morts et six blessés graves".

Initialement, un journaliste de l'AFP sur place avait compté seize cadavres.

L'accident s'est produit peu après 14H00 locales (13H00 GMT), lorsque le pilote a tenté de se poser sur la piste d'atterrissage, alors qu'une forte pluie s'abattait sur la capitale congolaise, selon le journaliste de l'AFP.

L'avion, de type Fokker 100 immatriculé UN 834 et assurant la liaison Goma (province du Nord-Kivu,est)-Kinshasa, via Kisangani, chef-lieu de la Province orientale (nord-est), s'est brisé en plusieurs morceaux, a-t-on constaté.

Une source aéroportuaire qui se trouvait "à dix mètres" des débris, a affirmé à l'AFP avoir vu passer sur des civières "trois ou quatre survivants", sur un total de 29 passagers et trois membres d'équipage, soit 32 personnes.

Les secouristes et les pompiers s'évertuaient "à découper les chaises pour sortir les gens qui sont coincés dessus", selon une source aéroportuaire sous couvert d'anonymat.

"C'est un accident qui s'est produit à cause de la pluie", a-t-elle expliqué.

"L'avion s'est complètement disloqué. Une partie de la cabine a roulé dans le vide sur 800 mètres", provoquant un incendie, a-t-elle détaillé.

"Six à huit personnes ont été projetées hors de l'avion quand il s'est brisé en deux", a poursuivi cette source, soulignant que les pompiers sont parvenus à vite maîtriser les flammes, aidés par la pluie.

Un périmètre de sécurité a été établi sur le site du drame, où les secouristes continuaient de dégager les derniers corps. Cet accident a crée un décalage sur les horaires d'atterrissages et de décollages des autres avions, sans toutefois perturber totalement le trafic, selon la source aéroportuaire.

Les blessés ont été acheminés à l'hôpital Biamba Marie Mutombo (qui appartient à Mutombo Dikembe, une ex-star américaine d'origine congolaise de la NBA) dans la commune de Masina, situé à une quinzaine de minutes de l'aéroport de Kinshasa.

Les Etats-Unis ont présenté leurs condoléances après l'accident.

"Nous sommes profondément attristés (...) Nous adressons nos condoléances les plus sincères aux familles des victimes", a déclaré Mark Toner, un porte-parole de la diplomatie américaine.

Il s'agit du premier accident impliquant un avion de l'ONU en RDC depuis le début de sa mission en 1999, où l'organisation dispose d'une flotte de plus d'une dizaine d'appareils généralement en bon état, qui effectuent des liaisons locales.

La Monusco assure le transport de son personnel à travers le pays, ainsi que de journalistes et de membres d'ONG locales et internationales.

Les accidents d'avion sont fréquents en RDC, et toutes les compagnies aériennes congolaises - une cinquantaine identifiées - figurent sur la liste noire de l'Union européenne, qui leur a interdit son espace aérien.

Le mauvais entretien des appareils souvent anciens, leur surcharge s'agissant surtout des avions de transport de fret, l'absence de contrôle, le non respect des règles de sécurité et aussi les mauvaises conditions météo sont souvent la cause de ces accidents.

L'ONU dispose en RDC, vaste pays d'Afrique centrale, cinq fois grand comme la France, de l'une des ses plus importantes missions de paix dans le monde.

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 08:17

Des débris de l’Aaj_crash-af447-265x199.jpgirbus d’Air France qui avait disparu entre Rio de Janeiro et Paris le 1er juin 2009 ont été retrouvés sur le fonds de l’océan Atlantique, suscitant de nouveaux espoirs quelques jours après le début de la quatrième phase de recherche du vol AF447.

« Au cours des opérations de recherches en mer effectuées dans les dernières 24 heures et dirigées par la Woods Hole Oceanographic Instition, l’équipe à bord du navire Alucia a localisé des éléments d’avion », annonce le Bureau d’Enquêtes et d’Analyses (BEA) français dans un communiqué. Le BEA précise que les débris retrouvés concernaient de parties importantes de la voilure et les réacteurs de l’Airbus A330-200 de la compagnie nationale, dont la disparition il y a 22 mois avait causé la mort de 228 personnes.

Le PDG d’Air France Pierre-Henri Gourgeon a immédiatement commenté la « très bonne nouvelle », déclarant que « des réponses allaient peut-être ainsi être apportées aux questions que se posent les familles de victimes, la compagnie et l’ensemble de la communauté aérienne ».

Pas de traces en revanche – pour l’instant – des enregistreurs de vol, les fameuses boîtes noires qui seules pourraient éclaircir les conditions du drame. Jusque là les seuls éléments techniques connus sont une défaillance des sondes Pitot de mesure de vitesse, qui selon le BEA ne peuvent expliquer à elles seules l’accident.

Air France et Airbus, qui financent la quatrième phase de recherche, ont été mis en examen le mois dernier pour homicide involontaire.

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 09:04

Des mesures ont été prises pour limiter les nuisances sonores autour de Roissy-CDG.

Des mesures ont été prises pour limiter les nuisances sonores autour de Roissy-CDG.HALARY GERARD/GAMMA


 

Seules les personnes munies d'un billet d'avion pourront accéder à l'aéroport Roissy–Charles-de-Gaulle entre minuit et quatre heures. Les personnes sans domicile fixe ne pourront donc plus se réfugier dans l'aérogare pendant cette partie de la nuit. Elles seraient entre quatre-vingt-dix et cent vingt à dormir dans les terminaux de l'aéroport parisien. Cette décision a pris effet dans la nuit du jeudi 31 mars, qui marque la fin de la trêve hivernale.

Aéroports de Paris (ADP) a expliqué avoir pris cette décision "en concertation avec les autorités de l'Etat", après avoir reçu des plaintes de passagers "qui ne se sentaient pas en sécurité". Le directeur général délégué d'ADP, François Rubichon, avait lui-même déploré, en août lors d'une conférence de presse, la présence en grand nombre de personnes sans domicile fixe dans l'aéroport. "Il y a beaucoup de SDF à Charles-de-Gaulle. Certains ne posent pas de problème, certains sont très agressifs. Il y a encore eu une agression il y a quinze jours de l'un de nos personnels et un passager a lui aussi été agressé ces derniers jours", avait-il alors déclaré.
 

"Ces personnes connaissent bien les rouages de l'hébergement d'urgence. Ils choisissent d'aller à Roissy pour avoir un peu de tranquillité. L'aéroport est chauffé l'hiver et climatisé l'été. Ils croisent de nombreux voyageurs et sympathisent avec les employés. Certains dorment même près des caméras de surveillance parce qu'ils pensent que s'il leur arrive quelque chose, les policiers interviendront", explique Christophe Pauvel, chef de service à l'association Emmaüs, qui organise des maraudes en journée à Roissy depuis quatre ans. "Cela m'attriste de voir des gens dormir dans ces conditions. Et je peux comprendre que cela pose problème. Mais fermer les accès aux aérogares ne sera une bonne décision que si, derrière, on accorde des places dans des lieux d'hébergement", ajoute-t-il.

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 11:27

DSCN1531Ils sont slovaques, français, sri-lankais, arméniens, anglais ou africains. Elles sont allemandes, roumaines, françaises ou américaines. Issus de tous horizons, hommes ou femmes, jeunes ou vieux, ils ont tous un point commun : l’aéroport de Roissy est devenu leur domicile. Leurs parcours sont différents. Certains se sont retrouvés là après une crise personnelle, une rupture conjugale, la perte d’un emploi, une pension de retraite insuffisante pour payer un loyer et subvenir au quotidien, des conflits familiaux, des problèmes psychiatriques, que sais-je encore… Et, comme beaucoup d’autres infortunés de notre monde moderne, les voilà un jour à la rue, sans avoir jamais imaginé que cela puisse se produire. La misère morale, affective et matérielle, ça n’arrive pas qu’aux autres. Après avoir erré dans le froid et vécu dans la plus grande indigence qui soit, ils se sont réfugiés à l’aéroport. Ils y vivent d’expédients divers et de mendicité, ramassant les surplus de bagages laissés derrière eux par les passagers, et les restes de nourriture qu’ils trouvent dans les poubelles.

 

En passant, je les salue d’un sourire, échange quelques mots d’amitié et d’encouragement avec eux, et les écoute s’ils veulent parler. Mais l’aumônerie n’a ni les moyens ni n'est équipée pour «faire du social ». Alors, nous référons ces hommes et ces femmes à l’association Emmaüs. Depuis plusieurs années, une équipe est en effet durablement implantée à l’aéroport. Un local leur a été affecté au niveau des parkings tout au bout du terminal 2, où ils animent une permanence tous les matins de 9h à 13h. S’ils le désirent, les sans-logis peuvent y prendre une douche, changer leurs vêtements, s’asseoir au chaud autour d’un café et de quelques biscuits pour discuter de tout et de rien. Cette coupure du matin leur permet de garder un contact humain basique et les empêche de s’enfermer dans une trop grande solitude.

 

DSCN1535.JPG

L’équipe s’occupe de diriger les malades vers le centre médical de l’aéroport ou les hôpitaux environnants, de faire des démarches administratives pour ceux qui n’ont plus de couverture sociale, ou de trouver des foyers d’hébergement pour les hommes et les femmes qui désirent vraiment sortir de la galère. Certains SDF ont une formation professionnelle que les équipiers d’Emmaüs vont essayer de faire valoir en les aidant à faire un CV et en les dirigeant vers des filières où ils pourront avoir quelque espoir de se réinsérer dans la société.

Puis c’est la maraude. L’après-midi et le soir, par deux ou trois, les équipiers d’Emmaüs arpentent l’aéroport de long en large et en travers, explorant les recoins les plus improbables, cherchant ceux qui ne sont pas venus à la permanence du matin. Ils veulent se rendre compte de visu de leur état physique, moral et mental, et leur proposer une aide si nécessaire.

 

Malgré l’aridité de leur tâche et le peu de reconnaissance qu’ils retirent de leur dévouement permanent, malgré le découragement qui pointe parfois devant les maigres résultats de leur travail, les équipiers d’Emmaüs sont toujours là. Peut-être les rencontrerez-vous lors de votre prochain voyage ? Ils sont aisément reconnaissables à leurs jaquettes « Emmaüs »…

DSCN1532.JPG

 

Anniel Hatton

 

 

 

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 07:51

La décision du gouvernement sur une cession du capital des grands aéroports de province est imminente et pourrait tomber la semaine prochaine, affirme mercredi 30 mars 2011 le quotidien La Tribune, qui ajoute que l'Etat ramènerait sa part de 60% à un peu plus de 10%.

Citant plusieurs sources non identifiées, le journal économique affirme que la décision du Premier ministre François Fillon sur l’ouverture du capital des sociétés exploitantes « pourrait intervenir la semaine prochaine ».

Les aéroports concernés seraient ceux de :

  • Lyon,
  • Marseille,
  • Toulouse,
  • Bordeaux
  • et Montpellier.

Une loi de privatisation pour Nice ?
Pour l’aéroport de Nice, le plus important de province, il faudra passer par une loi de privatisation, selon le journal.

Le dossier est en suspens depuis des mois. Fin février, des sources proches du dossier rappelaient à l’AFP que l’étude de faisabilité était « presque achevée ».
« Après examen des conclusions, le gouvernement aura toutes les cartes en main pour décider de lancer ou non le processus d’ouverture du capital ».

Plusieurs investisseurs privés sont à l’affût, tel Vinci qui ne fait pas mystères de ses ambitions dans le secteur. Le gestionnaire des aéroports parisiens ADP lorgne lui sur l’aéroport de Lyon. Les noms du groupe de services Veolia ou de la banque d’affaires australienne Macquarie circulent également.

L’Etat avait décentralisé en 2004 la gestion aéroportuaire au niveau des collectivités locales, qui détiennent aujourd’hui 15% des grands aéroports régionaux (Nice, Lyon, Marseille, Toulouse et Bordeaux, par ordre d’importance) au côté des chambres de commerce et d’industrie (25%).
L’Etat a conservé 60%.

En 2005, la loi autorisant l’ouverture du capital d’ADP prévoyait en outre la transformation des principales plateformes régionales en sociétés anonymes en vue de l’ouverture du capital.
Dans cette perspective, Lyon, Toulouse, Bordeaux et Nice ont, dès 2007/2008, abandonné leur statut d’établissement public.

Selon La Tribune, qui cite encore des sources proches du dossier, l’Etat céderait un peu moins de 50%, ce qui lui permettrait de conserver, en s’associant avec les collectivités et les CCI, de conserver la majorité du capital, au moins jusqu’en 2013.

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 07:59

"La Conférence des responsables de culte en France a été créée le 23 novembre dernier et elle regroupe six instances responsables du bouddhisme, des Églises chrétiennes (catholique, orthodoxe, protestante), de l’islam et du judaïsme. Cette initiative est justifiée par la volonté d’approfondir notre connaissance mutuelle, par le sentiment de contribuer ensemble à la cohésion de notre société dans le respect des autres courants de pensée et par la reconnaissance de la laïcité comme faisant partie du bien commun de notre société. La laïcité est un des piliers de notre pacte républicain, un des supports de notre démocratie, un des fondements de notre vouloir vivre ensemble. Veillons à ne pas dilapider ce précieux acquis. Il nous paraît capital, pendant cette période préélectorale, de bien garder sereinement le cap en évitant amalgames et risques de stigmatisation.

Nous signons ensemble cette tribune sans aucun esprit polémique ou partisan. Une parole commune nous semble néanmoins nécessaire. Notre cohésion au sein de la Conférence que nous avons fondée est significative dans notre société française. Elle a été rendue possible grâce notamment au climat de coopération instauré entre les religions, que la “laïcité à la française” et ses évolutions depuis plus d’un siècle ont permis.

Mais cette cohésion ne signifie pas pour autant uniformité ! Elle ne nous engage nullement en faveur d’un quelconque amalgame syncrétiste ou d’un nivellement de nos positions individuelles et de celles des cultes que nous représentons. Nous travaillons ensemble dans la confiance, en intégrant nos histoires et identités respectives. Nous continuons à avoir des approches différenciées sur telle ou telle question, sans pour autant faire de nos différences des facteurs d’opposition. Nous sommes déterminés à réfléchir et à œuvrer ensemble sur la durée, en relation avec les autorités et les forces vives de notre pays, afin que le facteur religieux y soit un élément de paix et de progrès.

L’accélération des agendas politiques risque, à la veille de rendez-vous électoraux importants pour l’avenir de notre pays, de brouiller cette perspective et de susciter des confusions qui ne peuvent qu’être préjudiciables. Nous en sommes conscients. Cela ne doit pas nous dissuader pour autant de rappeler l’essentiel quand il le faut. Nous restons très attentifs aux évolutions profondes de notre société, notamment celles qui concernent les religions, dans le respect du cadre de la République. Ces évolutions appellent parfois des adaptations, voire des améliorations du cadre juridique et réglementaire de l’expression et de la vie des cultes en France. Nous ne manquerons pas d’être une force positive de propositions dans ce sens.

Faut-il dans le contexte actuel un débat sur la laïcité ? Le débat est toujours signe de santé et de vitalité. Le dialogue est toujours une nécessité. Il a un rôle majeur dans une société libre, démocratique et respectueuse de la personne humaine. Mais un parti politique, fût-il majoritaire, est-il la bonne instance pour le conduire seul ? Ce ne sont ni les débats ni les travaux qui manquent dans ce domaine ! La loi 1905 est déjà plus que centenaire. Elle a permis d’apporter depuis lors des solutions à des questions nées de nouvelles situations et des évolutions de notre société dans un monde de plus en plus rapide. Tous les cultes adhèrent sans réserve à ses principes fondamentaux tels qu’ils s’expriment en particulier dans ses deux premiers articles. Mais les modalités d’application de ces principes restent toujours perfectibles. Faut-il recenser tous les colloques et autres séminaires qui ont abordé en long et en large la question de la laïcité et de ses applications dans notre pays depuis des années ? Faut-il rappeler, dans la période récente, les travaux étendus et exhaustifs de la Commission présidée par le professeur Jean-Pierre Machelon qui ont donné lieu à un rapport sur “Les relations des cultes avec les pouvoirs publics” remis au ministre de l’intérieur le 20 septembre 2006 ? Ce rapport avait abordé d’une manière approfondie les différents aspects liés à l’exercice du culte en France, dont celui du “support institutionnel” de son exercice dans notre pays. Faut-il rappeler de même les travaux du “Groupe juridique inter-cultes” qui travaille depuis 2007, dans le prolongement des recommandations du rapport Machelon au sein du ministère de l’intérieur, et où siègent des représentants des principaux cultes ? Ce groupe a bien fonctionné et a permis la publication de plusieurs circulaires dont la dernière, du 23 juin 2010, conjointe aux ministères de l’intérieur et des finances, aborde d’une manière détaillée à l’attention des préfets, des directeurs départementaux des finances publiques et des trésoriers payeurs généraux, les différents aspects liés au "support institutionnel de l’exercice du culte en France". Faut-il rappeler aussi la production intellectuelle abondante d’articles et d’écrits divers, ainsi que les nombreux ouvrages qui paraissent sur l’histoire, les fondements, la pratique et les perspectives de la laïcité en France ? La liste en sera longue.

Elle illustre parfaitement toute la richesse et la profondeur de notre expérience française de la laïcité. Nous y reviendrons lors de la rencontre publique que nous comptons organiser en octobre prochain. Secouée par des crises à répétition, politique, économique, financière et morale, la période actuelle manque de lisibilité mais sans doute pas d’espérance ! Le devoir de ceux qui sont “en responsabilité” consiste à éclairer le chemin et à élaborer des solutions conformes au bien de tous. N’ajoutons pas de la confusion dans la période trouble que nous traversons. Nous militons ensemble pour une laïcité de bonne intelligence. La laïcité n’est pas séparable des valeurs fondamentales que nous partageons, en particulier de la dignité et du respect de la personne humaine et de sa liberté inaliénable. Ces valeurs qui ne peuvent s’épanouir que dans la confiance mutuelle source de paix pour notre société."

Signatures : Le Cardinal André Vingt-Trois, président de la Conférence des évêques de France, avec Mgr Laurent Ulrich, vice-président de la Conférence des évêques de France
Le Pasteur Claude Baty, président de la Fédération protestante de France, avec le pasteur Laurent Schlumberger, membre du Conseil de la Fédération protestante de France, président du Conseil national de l’Église réformée de France
Le Métropolite Emmanuel, président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France, avec le Métropolite Joseph, secrétaire de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France et Carol SABA, porte-parole de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France
Le Grand rabbin Gilles Bernheim, Grand Rabbin de France, avec le rabbin Moshé Lewin, porte-parole du Grand rabbin de France,
Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman, avec Anouar Kbibech, secrétaire général du Conseil français du culte musulman
Le Révérend Olivier Wang-Genh, président de l’Union bouddhiste de France

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Evénements
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 19:12

Dès l'annonce du débat sur la laïcité et la place de l'islam, le président de la FPF pointait le danger d'une instrumentalisation des religions pour des considérations politiciennes.


Claude Baty

Après la polémique lancée par le Front national au sujet de « l’occupation des rues » lors des prières de musulmans, le parti de la majorité, l’UMP, annonçait un débat sur la laïcité et la place de l’islam pour le 5 avril.
Dès cette annonce, le président de la Fédération protestante de France (FPF), le pasteur Claude Baty, a réagi, trouvant ce débat « malsain », davantage au service d’intérêts électoralistes que d’une réflexion sur la laïcité, et s’inquiétant d’une stigmatisation des musulmans en France.
La plupart des responsables de culte en France ont tour à tour exprimé leur hostilité ou leur réserve au sujet de ce débat. Le 9 mars dernier, lors de la seconde rencontre de la Conférence des responsables de culte en France (CRCF), l’annonce a été faite d’une rencontre publique sur le dialogue autour de la place des pratiques des religions dans la société. Cette rencontre se déroulera à l’automne prochain. La CRCF marque ainsi la poursuite de sa réflexion autour des questions de laïcité, tout en se gardant des pressions extérieures et des polémiques.

Ces dernières semaines, plusieurs rendez-vous se sont tenus. Certainement dans un souci d’apaisement et de dialogue, le président du Sénat, Gérard Larcher, a reçu, sur son invitation, les responsables de culte le 23 février. Il souhaitait clarifier les questions publiques et les sujets relevant de la sphère privée, rappelant que « la laïcité est l’espace dans lequel nous vivons ensemble en confiance ».
Le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, après l’annonce du débat, a rencontré successivement plusieurs responsables de culte. Le président de la Fédération protestante de France, sollicité pour un rendez-vous au siège de l’UMP, a fait savoir qu’il était disposé à rencontrer Jean-François Copé mais à la Fédération protestante de France. Ce rendez-vous a eu lieu le jeudi 24 mars. Il a été question de la journée du 5 avril, à laquelle ne participera pas Claude Baty ; Jean-Daniel Roque, expert des questions de laïcité pour la FPF, y sera à titre d’observateur.

Le ministre de l’Intérieur, chargé des cultes, Claude Guéant, nouvellement arrivé à ce poste, rencontre au fur et à mesure les différents responsables de culte ; Claude Baty se rendra au ministère le 1er avril prochain.

La Fédération protestante de France a toujours marqué une extrême attention aux questions de laïcité. Ce fut encore le cas lors de sa dernière assemblée générale les 22 et 23 janvier 2011. Déplorant une confusion répétée entre la loi 1905, ses applications et la notion de laïcité, la FPF va proposer durant l’année 2011 des temps de réflexion à ce sujet ainsi que sur la place du religieux en France.
Le président de la FPF, Claude Baty, ne manque pas d’ailleurs de souligner le paradoxe d’un débat porté par le parti de la majorité présidentielle sur la laïcité et le passage à la trappe du groupe de travail interreligieux faisant suite au rapport de la commission Machelon, commission mise en place en 2005 par le ministre chargé des cultes, en fonction à l’époque : Nicolas Sarkozy.


Muriel Menanteau,
responsable du service information-communication-documentation de la FPF

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant