Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 11:27

DSCN1531Ils sont slovaques, français, sri-lankais, arméniens, anglais ou africains. Elles sont allemandes, roumaines, françaises ou américaines. Issus de tous horizons, hommes ou femmes, jeunes ou vieux, ils ont tous un point commun : l’aéroport de Roissy est devenu leur domicile. Leurs parcours sont différents. Certains se sont retrouvés là après une crise personnelle, une rupture conjugale, la perte d’un emploi, une pension de retraite insuffisante pour payer un loyer et subvenir au quotidien, des conflits familiaux, des problèmes psychiatriques, que sais-je encore… Et, comme beaucoup d’autres infortunés de notre monde moderne, les voilà un jour à la rue, sans avoir jamais imaginé que cela puisse se produire. La misère morale, affective et matérielle, ça n’arrive pas qu’aux autres. Après avoir erré dans le froid et vécu dans la plus grande indigence qui soit, ils se sont réfugiés à l’aéroport. Ils y vivent d’expédients divers et de mendicité, ramassant les surplus de bagages laissés derrière eux par les passagers, et les restes de nourriture qu’ils trouvent dans les poubelles.

 

En passant, je les salue d’un sourire, échange quelques mots d’amitié et d’encouragement avec eux, et les écoute s’ils veulent parler. Mais l’aumônerie n’a ni les moyens ni n'est équipée pour «faire du social ». Alors, nous référons ces hommes et ces femmes à l’association Emmaüs. Depuis plusieurs années, une équipe est en effet durablement implantée à l’aéroport. Un local leur a été affecté au niveau des parkings tout au bout du terminal 2, où ils animent une permanence tous les matins de 9h à 13h. S’ils le désirent, les sans-logis peuvent y prendre une douche, changer leurs vêtements, s’asseoir au chaud autour d’un café et de quelques biscuits pour discuter de tout et de rien. Cette coupure du matin leur permet de garder un contact humain basique et les empêche de s’enfermer dans une trop grande solitude.

 

DSCN1535.JPG

L’équipe s’occupe de diriger les malades vers le centre médical de l’aéroport ou les hôpitaux environnants, de faire des démarches administratives pour ceux qui n’ont plus de couverture sociale, ou de trouver des foyers d’hébergement pour les hommes et les femmes qui désirent vraiment sortir de la galère. Certains SDF ont une formation professionnelle que les équipiers d’Emmaüs vont essayer de faire valoir en les aidant à faire un CV et en les dirigeant vers des filières où ils pourront avoir quelque espoir de se réinsérer dans la société.

Puis c’est la maraude. L’après-midi et le soir, par deux ou trois, les équipiers d’Emmaüs arpentent l’aéroport de long en large et en travers, explorant les recoins les plus improbables, cherchant ceux qui ne sont pas venus à la permanence du matin. Ils veulent se rendre compte de visu de leur état physique, moral et mental, et leur proposer une aide si nécessaire.

 

Malgré l’aridité de leur tâche et le peu de reconnaissance qu’ils retirent de leur dévouement permanent, malgré le découragement qui pointe parfois devant les maigres résultats de leur travail, les équipiers d’Emmaüs sont toujours là. Peut-être les rencontrerez-vous lors de votre prochain voyage ? Ils sont aisément reconnaissables à leurs jaquettes « Emmaüs »…

DSCN1532.JPG

 

Anniel Hatton

 

 

 

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 07:51

La décision du gouvernement sur une cession du capital des grands aéroports de province est imminente et pourrait tomber la semaine prochaine, affirme mercredi 30 mars 2011 le quotidien La Tribune, qui ajoute que l'Etat ramènerait sa part de 60% à un peu plus de 10%.

Citant plusieurs sources non identifiées, le journal économique affirme que la décision du Premier ministre François Fillon sur l’ouverture du capital des sociétés exploitantes « pourrait intervenir la semaine prochaine ».

Les aéroports concernés seraient ceux de :

  • Lyon,
  • Marseille,
  • Toulouse,
  • Bordeaux
  • et Montpellier.

Une loi de privatisation pour Nice ?
Pour l’aéroport de Nice, le plus important de province, il faudra passer par une loi de privatisation, selon le journal.

Le dossier est en suspens depuis des mois. Fin février, des sources proches du dossier rappelaient à l’AFP que l’étude de faisabilité était « presque achevée ».
« Après examen des conclusions, le gouvernement aura toutes les cartes en main pour décider de lancer ou non le processus d’ouverture du capital ».

Plusieurs investisseurs privés sont à l’affût, tel Vinci qui ne fait pas mystères de ses ambitions dans le secteur. Le gestionnaire des aéroports parisiens ADP lorgne lui sur l’aéroport de Lyon. Les noms du groupe de services Veolia ou de la banque d’affaires australienne Macquarie circulent également.

L’Etat avait décentralisé en 2004 la gestion aéroportuaire au niveau des collectivités locales, qui détiennent aujourd’hui 15% des grands aéroports régionaux (Nice, Lyon, Marseille, Toulouse et Bordeaux, par ordre d’importance) au côté des chambres de commerce et d’industrie (25%).
L’Etat a conservé 60%.

En 2005, la loi autorisant l’ouverture du capital d’ADP prévoyait en outre la transformation des principales plateformes régionales en sociétés anonymes en vue de l’ouverture du capital.
Dans cette perspective, Lyon, Toulouse, Bordeaux et Nice ont, dès 2007/2008, abandonné leur statut d’établissement public.

Selon La Tribune, qui cite encore des sources proches du dossier, l’Etat céderait un peu moins de 50%, ce qui lui permettrait de conserver, en s’associant avec les collectivités et les CCI, de conserver la majorité du capital, au moins jusqu’en 2013.

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 07:59

"La Conférence des responsables de culte en France a été créée le 23 novembre dernier et elle regroupe six instances responsables du bouddhisme, des Églises chrétiennes (catholique, orthodoxe, protestante), de l’islam et du judaïsme. Cette initiative est justifiée par la volonté d’approfondir notre connaissance mutuelle, par le sentiment de contribuer ensemble à la cohésion de notre société dans le respect des autres courants de pensée et par la reconnaissance de la laïcité comme faisant partie du bien commun de notre société. La laïcité est un des piliers de notre pacte républicain, un des supports de notre démocratie, un des fondements de notre vouloir vivre ensemble. Veillons à ne pas dilapider ce précieux acquis. Il nous paraît capital, pendant cette période préélectorale, de bien garder sereinement le cap en évitant amalgames et risques de stigmatisation.

Nous signons ensemble cette tribune sans aucun esprit polémique ou partisan. Une parole commune nous semble néanmoins nécessaire. Notre cohésion au sein de la Conférence que nous avons fondée est significative dans notre société française. Elle a été rendue possible grâce notamment au climat de coopération instauré entre les religions, que la “laïcité à la française” et ses évolutions depuis plus d’un siècle ont permis.

Mais cette cohésion ne signifie pas pour autant uniformité ! Elle ne nous engage nullement en faveur d’un quelconque amalgame syncrétiste ou d’un nivellement de nos positions individuelles et de celles des cultes que nous représentons. Nous travaillons ensemble dans la confiance, en intégrant nos histoires et identités respectives. Nous continuons à avoir des approches différenciées sur telle ou telle question, sans pour autant faire de nos différences des facteurs d’opposition. Nous sommes déterminés à réfléchir et à œuvrer ensemble sur la durée, en relation avec les autorités et les forces vives de notre pays, afin que le facteur religieux y soit un élément de paix et de progrès.

L’accélération des agendas politiques risque, à la veille de rendez-vous électoraux importants pour l’avenir de notre pays, de brouiller cette perspective et de susciter des confusions qui ne peuvent qu’être préjudiciables. Nous en sommes conscients. Cela ne doit pas nous dissuader pour autant de rappeler l’essentiel quand il le faut. Nous restons très attentifs aux évolutions profondes de notre société, notamment celles qui concernent les religions, dans le respect du cadre de la République. Ces évolutions appellent parfois des adaptations, voire des améliorations du cadre juridique et réglementaire de l’expression et de la vie des cultes en France. Nous ne manquerons pas d’être une force positive de propositions dans ce sens.

Faut-il dans le contexte actuel un débat sur la laïcité ? Le débat est toujours signe de santé et de vitalité. Le dialogue est toujours une nécessité. Il a un rôle majeur dans une société libre, démocratique et respectueuse de la personne humaine. Mais un parti politique, fût-il majoritaire, est-il la bonne instance pour le conduire seul ? Ce ne sont ni les débats ni les travaux qui manquent dans ce domaine ! La loi 1905 est déjà plus que centenaire. Elle a permis d’apporter depuis lors des solutions à des questions nées de nouvelles situations et des évolutions de notre société dans un monde de plus en plus rapide. Tous les cultes adhèrent sans réserve à ses principes fondamentaux tels qu’ils s’expriment en particulier dans ses deux premiers articles. Mais les modalités d’application de ces principes restent toujours perfectibles. Faut-il recenser tous les colloques et autres séminaires qui ont abordé en long et en large la question de la laïcité et de ses applications dans notre pays depuis des années ? Faut-il rappeler, dans la période récente, les travaux étendus et exhaustifs de la Commission présidée par le professeur Jean-Pierre Machelon qui ont donné lieu à un rapport sur “Les relations des cultes avec les pouvoirs publics” remis au ministre de l’intérieur le 20 septembre 2006 ? Ce rapport avait abordé d’une manière approfondie les différents aspects liés à l’exercice du culte en France, dont celui du “support institutionnel” de son exercice dans notre pays. Faut-il rappeler de même les travaux du “Groupe juridique inter-cultes” qui travaille depuis 2007, dans le prolongement des recommandations du rapport Machelon au sein du ministère de l’intérieur, et où siègent des représentants des principaux cultes ? Ce groupe a bien fonctionné et a permis la publication de plusieurs circulaires dont la dernière, du 23 juin 2010, conjointe aux ministères de l’intérieur et des finances, aborde d’une manière détaillée à l’attention des préfets, des directeurs départementaux des finances publiques et des trésoriers payeurs généraux, les différents aspects liés au "support institutionnel de l’exercice du culte en France". Faut-il rappeler aussi la production intellectuelle abondante d’articles et d’écrits divers, ainsi que les nombreux ouvrages qui paraissent sur l’histoire, les fondements, la pratique et les perspectives de la laïcité en France ? La liste en sera longue.

Elle illustre parfaitement toute la richesse et la profondeur de notre expérience française de la laïcité. Nous y reviendrons lors de la rencontre publique que nous comptons organiser en octobre prochain. Secouée par des crises à répétition, politique, économique, financière et morale, la période actuelle manque de lisibilité mais sans doute pas d’espérance ! Le devoir de ceux qui sont “en responsabilité” consiste à éclairer le chemin et à élaborer des solutions conformes au bien de tous. N’ajoutons pas de la confusion dans la période trouble que nous traversons. Nous militons ensemble pour une laïcité de bonne intelligence. La laïcité n’est pas séparable des valeurs fondamentales que nous partageons, en particulier de la dignité et du respect de la personne humaine et de sa liberté inaliénable. Ces valeurs qui ne peuvent s’épanouir que dans la confiance mutuelle source de paix pour notre société."

Signatures : Le Cardinal André Vingt-Trois, président de la Conférence des évêques de France, avec Mgr Laurent Ulrich, vice-président de la Conférence des évêques de France
Le Pasteur Claude Baty, président de la Fédération protestante de France, avec le pasteur Laurent Schlumberger, membre du Conseil de la Fédération protestante de France, président du Conseil national de l’Église réformée de France
Le Métropolite Emmanuel, président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France, avec le Métropolite Joseph, secrétaire de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France et Carol SABA, porte-parole de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France
Le Grand rabbin Gilles Bernheim, Grand Rabbin de France, avec le rabbin Moshé Lewin, porte-parole du Grand rabbin de France,
Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman, avec Anouar Kbibech, secrétaire général du Conseil français du culte musulman
Le Révérend Olivier Wang-Genh, président de l’Union bouddhiste de France

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Evénements
29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 19:12

Dès l'annonce du débat sur la laïcité et la place de l'islam, le président de la FPF pointait le danger d'une instrumentalisation des religions pour des considérations politiciennes.


Claude Baty

Après la polémique lancée par le Front national au sujet de « l’occupation des rues » lors des prières de musulmans, le parti de la majorité, l’UMP, annonçait un débat sur la laïcité et la place de l’islam pour le 5 avril.
Dès cette annonce, le président de la Fédération protestante de France (FPF), le pasteur Claude Baty, a réagi, trouvant ce débat « malsain », davantage au service d’intérêts électoralistes que d’une réflexion sur la laïcité, et s’inquiétant d’une stigmatisation des musulmans en France.
La plupart des responsables de culte en France ont tour à tour exprimé leur hostilité ou leur réserve au sujet de ce débat. Le 9 mars dernier, lors de la seconde rencontre de la Conférence des responsables de culte en France (CRCF), l’annonce a été faite d’une rencontre publique sur le dialogue autour de la place des pratiques des religions dans la société. Cette rencontre se déroulera à l’automne prochain. La CRCF marque ainsi la poursuite de sa réflexion autour des questions de laïcité, tout en se gardant des pressions extérieures et des polémiques.

Ces dernières semaines, plusieurs rendez-vous se sont tenus. Certainement dans un souci d’apaisement et de dialogue, le président du Sénat, Gérard Larcher, a reçu, sur son invitation, les responsables de culte le 23 février. Il souhaitait clarifier les questions publiques et les sujets relevant de la sphère privée, rappelant que « la laïcité est l’espace dans lequel nous vivons ensemble en confiance ».
Le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, après l’annonce du débat, a rencontré successivement plusieurs responsables de culte. Le président de la Fédération protestante de France, sollicité pour un rendez-vous au siège de l’UMP, a fait savoir qu’il était disposé à rencontrer Jean-François Copé mais à la Fédération protestante de France. Ce rendez-vous a eu lieu le jeudi 24 mars. Il a été question de la journée du 5 avril, à laquelle ne participera pas Claude Baty ; Jean-Daniel Roque, expert des questions de laïcité pour la FPF, y sera à titre d’observateur.

Le ministre de l’Intérieur, chargé des cultes, Claude Guéant, nouvellement arrivé à ce poste, rencontre au fur et à mesure les différents responsables de culte ; Claude Baty se rendra au ministère le 1er avril prochain.

La Fédération protestante de France a toujours marqué une extrême attention aux questions de laïcité. Ce fut encore le cas lors de sa dernière assemblée générale les 22 et 23 janvier 2011. Déplorant une confusion répétée entre la loi 1905, ses applications et la notion de laïcité, la FPF va proposer durant l’année 2011 des temps de réflexion à ce sujet ainsi que sur la place du religieux en France.
Le président de la FPF, Claude Baty, ne manque pas d’ailleurs de souligner le paradoxe d’un débat porté par le parti de la majorité présidentielle sur la laïcité et le passage à la trappe du groupe de travail interreligieux faisant suite au rapport de la commission Machelon, commission mise en place en 2005 par le ministre chargé des cultes, en fonction à l’époque : Nicolas Sarkozy.


Muriel Menanteau,
responsable du service information-communication-documentation de la FPF

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 11:01
Communiqué de presse du Défap-Service protestant de mission, CCFD-Terre Solidaire, Secours Catholique et Secours Islamique France

   

Quatre mois après le début de la crise postélectorale, la situation humanitaire se dégrade chaque jour en Côte d’Ivoire et les violations des droits de l’homme se multiplient. Les mesures prises par la communauté internationale face à cette crise ne répondent pas à la nécessité de protéger les civils, qui sont les principales victimes des affrontements armés.

 

Outre le nombre croissant de morts (440 morts au minimum selon l’ONU directement liés au conflit armé), la situation des déplacés ou réfugiés est extrêmement précaire : 500 000 déplacés en Côte d’Ivoire et plus de 93 000 réfugiés, principalement au Libéria.

 

Les déplacés accueillis en familles d’accueil ne bénéficient que de peu voire pas de soutien. A l’ouest, près de la frontière libérienne (villages de Bin Houyé et de Zouan Hounien), ils sont près de 10 750, recensés par la Caritas Man, à ne bénéficier d’aucune aide depuis décembre 2010, notamment en raison des difficultés d’accès.

 

A Abidjan, des centaines de milliers d’habitants des communes d’Abobo, d’Anyama, de Yopougon et d’Adjamé ont quitté leur domicile pour fuir les affrontements et se réfugier dans des sites d’accueil (environ 20 000 personnes déplacées, selon la Caritas Côte d’Ivoire, réfugiées dans des églises ou des mosquées) et majoritairement dans des familles d’accueil. L’aide humanitaire est rendue difficile par l’extension des affrontements dans différentes communes de la ville. Ainsi, les distributions prévues par la Caritas le 14 mars dans la commune d’Anyama ont dû être annulées du fait du blocage de l’autoroute du nord suite aux combats dans Yopougon.

 

Signe de la radicalité des antagonismes, des attaques ont eu lieu contre des déplacés réfugiés dans des lieux de culte. Caritas Côte d’Ivoire témoigne d’une attaque à Abobo d’un groupe de jeunes réfugiés dans une mosquée, et d’une autre agression à la paroisse St Matthieu d’Abobo qui abritait plus de 1 000 déplacés.

 

Le Forum ivoirien des confessions religieuses dans une déclaration du 10 mars témoigne : « On assiste ici et là à des destructions de lieux de culte. On aurait voulu que la crise politique que nous traversons se transforme en crise religieuse que l’on ne s’y serait pas pris autrement ».

 

La Convention de la société civile ivoirienne (CSCI), dans une déclaration du 17 mars, exprime sa consternation devant les attaques dont cinq mosquées ont fait l’objet dans les communes de Bassam, d’Abobo et de Yopougon à Abidjan et face au meurtre d’un Imam dans la commune de Yopougon. Des partenaires du CCFD-Terre Solidaire redoutent une stratégie délibérée visant à créer des tensions interreligieuses au sein de la population.

 

Devant cet engrenage de la violence, nos associations appellent instamment la communauté internationale à ne pas se désintéresser de ce conflit et à imposer des solutions réellement contraignantes qui empêchent la guerre civile et permettent de protéger les populations civiles.

 

Nos associations appellent l’ensemble des populations locales, quelque soit leur confession, à ne pas céder à l’intimidation de la violence et à ne pas se laisser récupérer par des politiques partisanes. Nous assurons de notre soutien les communautés chrétiennes et musulmanes qui continuent à œuvrer pour la paix et l’unité nationale dans ce climat de tension qui fait peser une si lourde menace sur la population.

 

Contacts-presse 

Défap-service protestant de mission / Linda Caille 01 42 34 55 55 - defap.mission@protestants.org

 

CCFD-Terre Solidaire / Véronique de La Martinière 01 44 82 80 64 - v.delamartiniere@ccfd.asso.fr

 

Secours catholique Caritas France / Sophie Rebours 01 45 49 73 23 ou 07 86 39 43 02 - sophie.rebours@secours-catholique.org

 

Secours Islamique France / Olivier Chouquet 06 24 10 25 95 - chouquet@secours-islamique.org

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 09:49

C’était au plus fort de l’hiver, en période de vacances scolaires. Un épisode neigeux inattendu avait rempli les coursives de l’aéroport de toutes sortes de passagers retenus sur place bien malgré eux. Jeunes et plus âgés, familles avec enfants en bas âge, personnes de toutes origines se mêlaient, cherchant un endroit où passer la nuit de la manière la moins inconfortable possible. Les médias étaient au rendez-vous, interrogeant passagers et accueillants, et ne rapportant la plupart du temps que ce qui était négatif. Suite à un appel de la direction du Terminal 2EF, j’avais décidé de passer la nuit sur place afin de donner un coup de main si nécessaire. Pour moi qui n’occupais le poste d’aumônerie que depuis un an et demi, ce fut une découverte : au milieu de la foule bigarrée des passagers, je voyais partout des « gilets orange », des membres du personnel qui s’activaient sans relâche à droite et à gauche, pour informer, rassurer, soutenir, aider. Certains d’entre eux étaient sur le pont depuis cinq heures du matin, heure à laquelle ils avaient commencé leur service habituel. Par simple esprit dDSCN1466.JPGe solidarité, ils avaient décidé de rester encore toute la nuit. Le directeur du terminal était lui aussi sur le terrain, donnant consignes et directives à ceux de ses subordonnés qui faisaient appel à lui, mais répondant aussi de bonne grâce aux passagers angoissés qui l’interrogeaient sur la suite des événements. Enrôlée au coup par coup, je pus ainsi transmettre les informations qui m’étaient communiquées, accompagner des familles avec de tous petits bébés, des personnes âgées et/ou handicapées, dans une salle de repos où ils étaient accueillis avec un sourire. Après avoir reçu un kit de restauration, un tapis de sol et une couverture, ils pouvaient enfin délasser leurs jambes fatiguées et se reposer un peu.

 

Et voilà que maintenant le printemps est là. Déjà ! Avec lui arrivent les premiers touristes qui prennent leurs vacances hors saison pour profiter au mieux de tout ce que peut leur offrir la capitale. Se doutent-ils de tous les efforts que fait le personnel de l’aéroport, toutes fonctions confondues, pour faciliter leur voyage et rendre leur séjour mémorable ?

 

Anniel Hatton

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans La vie des aumôneries
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 00:05

   DSCN1461

Depuis sept jours toute l’attention est nourrie par ces images qui nous proviennent du Japon. Un ras-de-marée puissant s’est produit sur les côtes japonaises suite à un tremblement de terre. Dans un premier temps, il nous laisse sans voix, incrédules. Il entraîne et déplace tout sur son passage. Ce mercredi 18 mars à 10h55 est annoncé un premier avion de rapatriés avec 45 enfants accompagnés et des familles.

Tout est prêt sur le terminal 3 pour les accueillir : service médical, de la préfecture et cellule d’accompagnement pour personnes en détresse. L’aumônerie fait partie de cette dernière.

L’attente n’est pas longue. Les passagers débarquent des cars qui assurent le transfert depuis les pistes. C’est le soulagement, la terre ne tremble pas à Roissy.

Aucune trace d’angoisse ne se manifeste sur les visages des arrivants mais des interrogations: où aller, quelle file prendre, comment remplir ces papiers, où sont les familles venues les recueillir, et nos bagages…..

C’est à ce moment que nous sommes sollicités et entrons en contact. Ce jour là je me suis mis à la disposition d’un groupe de cinq enfants et d’une accompagnatrice.

Pas de panique, juste être attentif à eux, les conduire aux sanitaires, veiller sur Justine qui veut aller jouer avec d’autres enfants de sa connaissance. Louis lui ne décolle pas ses yeux de sa game boy. Quarante minutes plus tard tout est prêt pour rendre les papiers, pousser les chariots de bagages et répondre aux dernières questions des services de la préfecture.

DSCN1462.JPGNotre travail se termine là. Derrière la cloison montée à la hâte par les services d’Aéroports de Paris se trouvent des parents des trois familles des enfants accompagnés. La joie se lit déjà sur leurs visages. Pour nous c’est un dernier « bon voyage ».

 

Aumônerie protestante Roissy : B.Jornod

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Evénements
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 09:19

En lien avec les Églises et organismes protestants japonais, la FPF souhaite être solidaire des populations sinistrées.


La Fédération protestante de France exprime aux Japonais et particulièrement à ceux qui résident en France toute sa sympathie dans l’épreuve que traverse leur pays. Elle partage leurs peines et leurs inquiétudes pour leurs familles et leurs concitoyens.

En lien avec les Églises et organismes protestants japonais, elle souhaite être solidaire des populations sinistrées. Pour cela, elle s’associe aux Églises japonaises qui ont appelé à prier pour tous les techniciens, pompiers, soldats engagés sur le site de la centrale nucléaire de Fukushima. Parmi ceux qui se sont portés volontaires, certains sont des chrétiens issus des Églises environnantes.

Il semblerait que beaucoup d’églises aient été détruites dans la région côtière ravagée par le tsunami. Cependant, il est encore trop tôt pour se faire une idée exacte de l’étendue de la catastrophe et de la situation des populations concernées. Selon des protestants japonais résidant en France, en contact avec leurs Églises d’origine, plus d’informations seront disponibles dans quelques jours.

La Fédération protestante de France invite les protestants à manifester une solidarité concrète, notamment par la prière et le don.

NB : La population japonaise est à 90 % bouddhiste ou shintoïste, 1 % est chrétienne (dont plus de la moitié est protestante).

Faire un don
Les chèques ou virements doivent être libellés au nom de « Solidarité protestante », à envoyer à la Fondation du Protestantisme, 47 rue de Clichy – 75 311 Paris cedex 09.
Porter la mention « Fonds d’urgence – Japon » au verso des chèques.
IBAN : FR76 3078 80010010 2078 2350 030
Banque Neuflize OBC Paris 8° (Pour les virements bancaires).
CODE BIC : NSMBFRPPXXX
Les dons versés à la Fondation du protestantisme, fondation reconnue d’utilité publique, sont déductibles des impôts. Merci d'indiquer vos coordonnées pour l'envoi du reçu fiscal.
Fondation reconnue d’utilité publique, la Fondation du Protestantisme voit ses comptes vérifiés et certifiés chaque année par un commissaire aux comptes. L’utilisation des ressources ainsi collectées fait l’objet d’une certification spécifique par le commissaire aux comptes et d’une transmission aux pouvoirs publics.

Consulter les informations relatives au Japon sur le site du Conseil œcuménique des Églises.

Deux ONG protestantes interviennent déjà au Japon :
ACT alliance
ADRA – Japon, informations sur le site d’ADRA-France.

 

Intercession
Lundi 21 mars à 20h, des chrétiens de toutes confessions se retrouveront au Temple du Marais autour de l’Eglise protestante japonaise de Paris, pour un temps de prière et d’intercession pour le Japon.
Ce temps de prière sera diffusé en direct sur http://endirect.dumarais.fr
Temple du Marais, 17 rue Saint-Antoine, Paris-Bastille

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Evénements
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 10:16

 

Quel bazar, Seigneur!

Des voyageurs ont laissé au pied de l'escalator

Leurs chariots à bagages en vrac,

Sans se soucier outre mesure de ceux qui doivent passer derrière eux pour tout ranger.

 

C'est effarant de voir tout ce désordre

Dont personne ne semble s'offusquer.

Et chacun d'y rajouter son caddie

sans même penser qu'il pourrait aller le ranger

à l'endroit prévu pour ce faire.

 

Seigneur, en voyant ces chariots abandonnés

N'importe où et dans tous les sens,

Je me peux m'empêcher de penser

A quel point nos existences peuvent parfois

Te sembler semblables à un super bazar,

Que tu dois remettre en ordre

parfois même à notre corps défendant.

 

Aide-nous, Seigneur, à redresser le cours de nos vies

Afin de ne pas te faire honte quand nous nous glorifions

DSCN1464.JPG

 

d'être de ceux qui te suivent.

Amen


 

Texte d'Anniel Hatton

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Spiritualité
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 07:17

 

Seigneur Dieu,

que j’ai donc mal au dos!

 

Toute la journée,

je vois passer des bagages…

des petits, des grands, des moyens,

des carrés, des longs, des rectangulaires,

des noirs, des gris, des bleus, des rouges

et même des fluos ou des bariolés…

certains sont flambants neufs,

d’autres usagés.

Quelques-uns tombent presque en lambeaux,

rapetassés tant bien que mal.

Je me demande bien comment ils tiennent le coup !

 

Tu vois, Seigneur,

tous les efforts que je fais

à longueur de temps.

J’empoigne des valises à bras le corps,

je soulève des sacs mal ficelés,

je ramasse des paquets sans poignée.

 

Je les décharge des containers,

les attrape, les tire, les soulève, les trie,

les charge dans les chariots…

 

C’est toute une suite

de mouvements successifs incessants.

 

Et si, par malheur,

une serrure cède, patatras !

Le rythme est cassé.

On essaie d’y remettre le contenu à la va-vite,

et on recommence…

 

Malgré la fatigue et les douleurs accumulées,

je te remercie tout de même,

Seigneur,

d’avoir un travail fixe et utile

dans un monde

où nombre de mes pareils sont au chômage.

 

Amen

 

Texte d'Anniel Hatton

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Spiritualité