Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 07:20

Les enregistreurs oranges du vol A330 Rio-Paris sont arrivés au Bourget jeudi matin. A l'intérieur de ces modules sont inscrits probablement les causes de l'accident qui a entraîné la mort de 228 personnes en 2009. Les familles des victimes vont devoir attendre jusqu'à lundi avant que ne débute l'analyse des données. Francesoir.fr vous explique pourquoi.


Les boîtes noires ont été présentées à la presse jeudi matin au Bourget
Les boîtes noires ont été présentées à la presse jeudi matin au Bourget SIPA

Les boîtes noires ont été présentées à la presse jeudi matin à l'aéroport du Bourget. Conservés dans de l'eau douce déminéralisée pour éviter une oxydation trop rapide, les enregistreurs étaient accompagnés des gendarmes et des enquêteurs techniques du Bureau d'enquêtes et d'analyses. Selon le BEA, les boîtes noires pourront commencer à être analysées à partir de lundi.

Pourquoi l'étude des boîtes noires ne pourra pas commencer avant lundi :

L'analyse ne va pas pouvoir débuter avant d'avoir réussi à extraire les données des enregistreurs.

- Les enquêteurs et les ingénieurs vont donc commencer par ouvrir le module orange. Cette étape devrait prendre quelques heures, explique Le Point.

- Les données sont enregistrées sur une carte-mémoire très semblable à une clé USB. Celle-ci est enrobée dans une couche de protection ignifugée qui doit être retirée de manière très précautionneuse pour ne pas altérer le contenu des enregistrements. La carte, après nettoyage du vernis et des éventuels dépôts de sel, est séchée dans une étuve au minimum douze heures pour évaporer toute trace d'eau.

- L'état physique de la mémoire est examiné au microscope, puis des tests électriques de résistance sont effectués. C'est seulement à ce stade qu'intervient la lecture des données. Celles-ci sont immédiatement copiées sur le réseau sécurisé du BEA et sur une autre carte semblable qui sera l'outil de travail. L'original restera sous scellés. Cette dernière étape risque de prendre une bonne journée.

La durée des opérations prendra donc trois jours. C'est alors que commencera l'étude des enregistrements qui pourrait durer plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Le BEA prévoit de rendre son rapport début 2012.

Que contiennent ces enregistrements :

Chaque avion de croisière qui transporte des passagers est équipé de deux boîtes noires aux objectifs différents mais complémentaires. La première boîte noire, celle qui a été retrouvée le 1er mai dans le cas du vol AF447, est appelée le Flight Data Recorder, c'est à dire l'enregistreur des paramètres de vol. Il archive au moins 28 données comme par exemple l'altitude, la vitesse, l'heure ou la pression. La seconde boîte noire, retrouvée le 2 mai, est appelée la Cockpit Voice Recorder et enregistre les communications radios, les voix du cockpit et les bruits d'ambiance du pilotage.

Ces deux enregistreurs sont équipés pour résister à une pression de 500 bars, soit la pression à 5.000 mètres sous le niveau de l'eau, et sont résistants au feu à 1.100 °C pendant une heure.

Est-il possible d'améliorer les boîtes noires :

De nombreuses voix se sont élevées pour perfectionner ces enregistreurs oranges. Raymond Benjamin, secrétaire générale de l'OACI (Organisation de l'aviation civile internationale), a déclaré qu'il fallait que les enregistreurs émettent plus loin (de 2 kilomètres aujourd'hui à 9 kilomètres) et plus longtemps (de 30 jours à 90 jours). Des améliorations qui sont tout à fait envisageables et qui pourraient faciliter les recherches.

D'autres modifications, comme le fait de créer des boîtes noires qui flottent, ou transférer les données directement par satellite, sont elles beaucoup moins envisageables technologiquement.

 

L'étude des enregistreurs devrait en tout cas pouvoir éclaircir un peu le mystère à l'origine de la mort des 228 passagers du vol AF447 qui s'est abîmé dans l'océan Atlantique, le 1er juin 2009.

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
12 mai 2011 4 12 /05 /mai /2011 06:06

Le Comité directeur de l’AJCF a élu le pasteur Alain Massini lauréat du Prix de l’Amitié judéo-chrétienne de France 2011.

 

 


Alain Massini, au centre, entouré de Jan Joosten et Annie Noblesse-Rocher, lors du colloque "Foi protestante et judaïsme", octobre 2010. © Fédération protestante de France

Le pasteur Massini, actuellement en poste pastoral à Clermont-Ferrand, a notamment présidé la Commission Chrétiens et Juifs de la Fédération protestante de France de 1996 à 2008. Depuis cette date, il est membre de la Commission de la Fédération protestante pour les relations avec le Judaïsme, aujourd’hui présidée par le pasteur François Clavairoly. Il participe également au groupe de travail juifs/protestants avec le CRIF (Conseil représentatif des Institutions juives de France).

De 1996 à 1999, le pasteur Massini a participé, comme représentant du Comité Permanent luthéro-réformé, aux rencontres du groupe de travail doctrinal de la Communion Ecclésiale de Leuenberg qui a produit le texte « Eglise et Israël ». A ce titre, il a contribué à la mise au point de la version française de cet important document d’une centaine de pages, parue dans la revue Foi et Vie, n°1, 2002.

Le Prix de l’AJCF sera remis par M. Hubert Heilbronn, le fondateur du Prix, le lundi 24 octobre 2011 à 18h30, au Temple du Saint-Esprit, 5 rue Roquépine 75008 Paris (M° St-Augustin).

Les pasteurs Florence Taubmann et François Clavairoly introduiront cette soirée d’hommage. Interviendront ensuite : le professeur Armand Abécassis, Mgr Francis Deniau, le pasteur Michel Leplay, Sœur Anne-Etienne et le père Jean Dujardin.

(Source : Amitié judéo-chrétienne)

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 06:27

Deux découvertes en quelques jours au large du Brésil vont sans doute permettre d’élucider le crash de l’Airbus A330 d’Air France, le 1er juin 2009. Une catastrophe qui avait entrainé le mort de 228 personnes. La première boite noire a été récupérée ce dimanche, la seconde ce matin ; c’est celle qui enregistre les conversations des pilotes dans le cockpit. Selon le directeur du BEA, elle est "entière" et "en bon état".

Les deux boites noires repêchées : Thierry Mariani, le secrétaire d’Etat aux transports espère qu’elles seront exploitables"   (0'36")
 

France Info - Les débris localisés début avril

Les débris localisés début avril
©Reuters / BEA

Le Bureau d’enquêtes et d’analyses chargé de l’enquête technique de ce crash avait annoncé dimanche la découverte puis le repêchage du module mémoire de la première boîte noire, dit Flight Data Recorder (FDR). Ce mardi, c’est la seconde boite noire qui a donc été repêchée. “L’enregistreur phonique - Cockpit Voice Recorder (CVR) - a été localisé et identifié par l’équipe d’enquête à 21h50 GMT (23H50 heure de Paris) lundi 2 mai. Il a été remonté par le robot Remora 6000 à bord du navire Ile de Sein à 02H40 GMT (04H40 heure de Paris) ce matin, mardi 3 mai”, précise le BEA dans son communiqué. Selon Jean-Paul Troadec, le directeur du Bureau d’enquêtes et d’analyses cité par l’AFP, la boîte noire est entière. Le châssis, le module et même le cylindre de balise sont là. Globalement, l’aspect extérieur du boîtier est correct, en bon état”.

L’étude de ces deux boites noires commencera dans une dizaine de jours à Paris. En attendant elles ont été placées sous scellés.

Après des mois de recherches vaines, le champ de débris de l’appareil avait été localisé début avril.

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 16:52

Un homme, qui souhaitait détourner vers la Libye un vol Paris-Rome d'Alitalia dimanche, a été maitrisé par l'équipage et des passagers avant d'être arrêté à sa descente d'avion, rapportent des témoins et la compagnie aérienne.

Selon des passagers du vol AZ329, l'homme, apparemment un Kazakh de 48 ans travaillant à Paris, a tenté d'immobiliser une hôtesse de l'air en lui plaçant un petit couteau sous la gorge.

"L'homme a saisi l'hôtesse par derrière et a pointé son couteau. Elle s'est retrouvée en difficulté et a tenté de se retourner", a indiqué Sofia, une passagère, à la presse.

Stefanie, une Française vivant en Italie, a rapporté que l'homme avait ri lorsque l'hôtesse lui avait demandé d'aller avec lui vers la tête de l'appareil.

"Il l'a maintenue seulement pendant quelques minutes, puis des membres de l'équipage et des passagers sont intervenus pour immobiliser l'homme au sol", a-t-elle ajouté.

Dans un communiqué, la compagnie aérienne italienne Alitalia indique que le passager a agressé un membre de l'équipage et exigé que le vol soit dérouté vers Tripoli, la capitale libyenne.

Il a finalement été immobilisé par des stewards et le commandant de bord a appelé la police qui a interpellé l'homme à sa descente d'avion, indique le communiqué.

Selon les agences de presse Ansa et Agi, l'homme tenait des propos confus et l'hôtesse de l'air, présentant des blessures légères, a été transportée vers un poste de premiers secours de l'aéroport de Rome.

L'homme a été identifié par la police comme étant un citoyen du Kazakhstan, âgé de 48 ans et travaillant à Paris, selon la presse italienne.

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 15:44

L'opérateur Veolia Transport a obtenu vendredi la gestion de l'aéroport de Perpignan, une semaine après celui de Carcassonne, a-t-on appris auprès de la Région Languedoc-Roussillon.
"Nous avons choisi Veolia pour une délégation de service public (DSP) de 7 ans parce que son offre a été jugée la plus performante en termes de service rendu, d'objectif de développement, de coût pour la collectivité et de garanties pour les 80 employés de la plate-forme", a déclaré à l'AFP Robert Navarro, premier vice-président de la région, chargé des transports.

La Région est copropriétaire de l'aéroport de Perpignan à hauteur de 70%, au sein d'un syndicat mixte constitué avec le département (15%) et l'agglomération de Perpignan (15%).
Trois concurrents faisaient face à Veolia: l'actuel gestionnaire Vinci aéroports associé à la Chambre de commerce et d'industrie locale, le Canadien SNC Lavalin (groupe d'ingéniérie), et le groupement Egis Projects, filiale de la Caisse des dépôts.
Les quatre mêmes candidats étaient déjà en course pour l'aéroport de Carcassonne, attribué le 15 avril à Veolia par le Conseil régional. Veolia exploite déjà le petit aéroport de Nîmes depuis 2007.
"Nous avons travaillé depuis 19 mois sur ces questions, si un autre groupe avait été plus performant que Veolia nous l'aurions choisi sans état d'âme", a assuré M. Navarro.
L'aéroport de Perpignan, dont les infrastructures sont qualifiées de "vieillissantes" par le Conseil régional, a connu une chute importante de son trafic, avec un nombre de passagers passé de 645.000 en 2002 à 373.000 en 2010.
"Le délégataire va vouloir gagner de l'argent à terme, et pour cela il s'engage à faire remonter le trafic sous peine de pénalité au-delà de 500.000 passagers au terme de la concession à Perpignan comme à Carcassonne (moins de 400.000 en 2010)", a précisé M. Navarro.
La région compte six aéroports: Montpellier-Méditerranée (1,18 million de passagers), aéroport d'intérêt national contrôlé par l'Etat, Carcassonne, Perpignan, Nîmes (180.000 passagers), Béziers (130.000), et Mende actuellement en sommeil.
"La stratégie régionale est simple: nous voulons utiliser l'ensemble de ces aéroports pour faire venir le maximum de passagers dans notre région, instaurer le maximum de complémentarité et de cohérence, tout en les rendant moins chers pour la collectivité", indique le vice-président.
Selon lui "le coût pour la Région des aéroports, déficitaires, est de 32 millions d'euros, et les deux DSP qui viennent d'être décidées vont réduire ce coût".

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 09:57

Découvrez la FPF en vidéo! :-)

 


 
Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 09:46

« Même dans les larmes, la lumière de Pâques donne du sens à nos engagements »


En ce printemps agité, comment faire face à la multiplication des situations qui réclament notre compassion ? D’autant que ces événements éclairent crûment notre impuissance au point que la tentation du découragement et de la résignation n’est pas loin.
Certes, il y a eu des signes d'espérance ; la soif de liberté d’hommes et de femmes que nous pensions résignés est un vrai printemps. Mais en même temps combien d’appels alarmants ? L'humanité, assez courageuse pour se battre pour sa liberté, est tout aussi capable de commettre les pires atrocités. En certains lieux, le baromètre semble décidément bloqué sur malheur. La saison reste impitoyable.
Sans prétendre faire le compte des conflits, nous nous souvenons des pays d’Afrique du Nord et notamment de la Lybie, de l’Afrique noire et spécialement de la Côte d’Ivoire, du Moyen Orient et particulièrement du Liban, de la Syrie et d’Israël – Palestine. Nous n’oublions pas le Japon. Devant ces enjeux, revient inévitablement cette question : avons-nous fait ce que nous devions, ce que nous pouvions pour accompagner les uns, avertir les autres ?

Ce temps de Pâques pourrait remettre notre espérance en place. Si nous ne désespérons finalement pas des hommes, c’est parce que nous espérons vraiment en Dieu. Si Dieu a tellement aimé le monde qu’il a envoyé son Fils, comment pourrions-nous perdre espoir au point de nous retirer de ce monde ? Mais cela implique de nous laisser habiter par le Dieu de Jésus-Christ, mort et ressuscité. « Si nous travaillons et peinons c’est parce que nous avons mis notre espérance dans le Dieu vivant », écrivait l’apôtre Paul (I Timothée 4.10). Même dans les larmes, la lumière de Pâques donne du sens à nos engagements.
Touchés par les malheurs du monde, nous nous réjouissons aussi de toutes les beautés qu’il offre.
Que l’espérance de Pâques redonne vie à notre foi et à notre amour.
Chers frères et sœurs, courage ! Christ est ressuscité, son règne vient !

 

Pasteur Claude Baty,
président de la Fédération protestante de France

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 07:19

 

Bref historique :http://daclem.com/joomla/images/stories/hospitality/terminal2-aout2008.jpg

 

1946 Ouverture de l’Aéroport de Nice Côte d’Azur à la navigation commerciale.

1956 La Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur devient concessionnaire de l’Aéroport Nice Côte d’Azur.

1966 La Chambre de Commerce et d’Industrie devient concessionnaire de l’Aéroport Cannes-Mandelieu.

1992 Inauguration du nouveau Terminal 1 et de la Tour de Contrôle.

2002 Inauguration du nouveau Terminal 2 (photo ci-contre)

 L’aéroport Nice Côte d’Azur fête son 10 millionième passager.

 


 

L'aéroport Nice-Cote d'Azurhttp://www.saintmartinvesubie.fr/img-rub/AEROPORT_NICE_COTE_D_AZUR.jpg

 

En 2008 les Aéroports de la Côte d’Azur sont entrés dans une nouvelle gouvernance en devenant une société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance.

Aujourd’hui, l’aéroport Nice-Côte d’Azur est le deuxième aéroport de France avec 103 destinations directes et 55 compagnies régulières. En ce début 2011, l’aéroport de Nice améliore encore ce résultat en offrant 104 destinations en vol direct sur 57 compagnies, dont la compagnie qatarie Qatar Airways qui vole depuis Nice vers Doha. Trente-cinq pays seront reliés à Nice cet été pour la haute saison. En vols intérieurs, trente-quatre liaisons quotidiennes sont d'ores et déjà assurées entre Nice et Paris (vingt-six avec Orly et huit avec Roissy).

L’aéroport de Nice est aussi le seul aéroport régional à proposer un aller-retour quotidien sur New-York et Dubaï et le premier aéroport « low-cost » en province, avec près de trois millions de passagers et 17 compagnies en 2010.

Il accueille enfin une clientèle d’aviation d’affaires importante, troisième aéroport européen après Le Bourget et Genève, dans un terminal récemment inauguré.

 

Trois grands projets de superstructures en cours de réalisation sont très visibles sur la plate-forme azuréenne:

 

- le Car Rental Centre, un bâtiment de 60 000m2 sur trois niveaux. La fin des travaux est prévue pour juin 2011.

- un nouveau parc de stationnement P6 d’une capacité de 2 600 places, qui est destiné à la fois au public et au personnel et qui sera également terminé en juin 2011.

- Une nouvelle passerelle double de 400m2 qui permettra de réaliser des embarquements pour un très gros porteur (A380 par exemple) ou deux moyens porteurs (type A320). Cet équipement augmentera de 1 500m2 la salle d’embarquement international du Terminal 2. Les travaux devraient s’achever en septembre 2011.


http://static.panoramio.com/photos/original/2483458.jpg

 


Qu’en est-il de l’aumônerie ?

 

En 1997/98, les autorités aéroportuaires ont pris contact avec les communautés religieuses pour la mise en place d’un espace de prière au sein de l’aéroport. C’est le pasteur David MacKain, alors pasteur à Nice, qui assura les négociations avec les autorités civiles, catholiques et orthodoxes. Une structure associative dénommée ICHTUS fut créée pour pouvait ainsi faire l’interface entre les églises et l’aéroport. Ainsi, l’aumônerie niçoise est fondamentalement œcuménique.

 

 Dans le Terminal 1, le centre de prière inter-religieux est ouvert depuis le printemps 2003. Il comprend un bureau d’accueil et trois salles : une chapelle pour les trois confessions chrétiennes, une synagogue pour les israélites et une mosquée pour les musulmans.

L’ Espace prière au Terminal 2 fut inauguré pendant la 41ème Conférence Internationale des aumôniers d’aéroport qui eut lieu à Nice en septembre 2008. Sa géographie est la même que celle du Terminal 1, un bureau d’accueil et trois salles dédiées aux trois religions monothéistes. L’accueil est assuré par des bénévoles des différentes églises qui ont une formation à l’écoute.

 

Mon action à l'aéroport

 

Depuis la création de l’Espace Prière du Terminal 1 en 2003, j’ai assuré l’accueil à l’aéroport de Nice. A la suite d’une formation plus poussée et à la demande de mon pasteur de l'Église Réformée d’Antibes, j’ai été nommée en septembre 2007 chargée de Mission afin de représenter l’aumônerie protestante au sein des instances aéroportuaires locales. Mon rôle est d’être attentive à la vie de l’aéroport, à l’écoute des personnes rencontrées, en relation avec les autorités civiles, militaires et aéroportuaires. Je dois consacrer huit heures par semaine à cette mission et je suis également une bénévole à mi-temps. Ma journée de travail est le lundi. Je suis présente le matin au Terminal 1 et l’après-midi au Terminal 2. Je fais toujours u

n tour dans chaque terminal et salue les personnes, celles rencontrées parmi le personnel de ménage, les SDF en attente de jours meilleurs, les personnes de la sécurité. Je fais des méditations à la Chapelle et y dépose des prières à l’usage des voyageurs. Je demande à Dieu de me guider dans mon travail et de mettre sur mon chemin ceux qui sont en souffrance. Quelques personnes viennent vers moi et alors quelle joie. Je remercie le Seigneur.

Mais mon travail c’est d’aller vers les autres, d’ être là au bon moment et disponible, à l’écoute. Il me reste encore beaucoup de monde à rencontrer surtout dans le personnel des compagnies aériennes et les chefs d’escale. C’est un travail de longue haleine.

 

Mes projets

 

J’aimerais élargir l’équipe des bénévoles protestants du bureau d’accueil par des liens avec les églises protestantes locales et régionales. Mon rêve serait d’établir un culte mensuel.

 

Christiane Fisher, chargée de mission Aumônerie Aéroportuaire, église réformée d'Antibes

 

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans La vie des aumôneries
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 13:34

http://www.armenews.com/IMG/arton69235-480x366.jpg

 

L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a jugé que l’ouverture d’un aéroport dans la région séparatiste azerbaïdjanaise du Nagorny Karabakh, soutenue par l’Arménie, aggraverait les tensions régionales.

L’ouverture de l’aéroport "pourrait conduire à des tensions accrues" a estimé dans un communiqué le groupe de Minsk de l’OSCE, le médiateur du conflit azerbaïdjano-arménien autour du territoire rebelle, souhaitant un accord sur la reprise des liaisons aériennes civiles.

L’Azerbaïdjan a menacé mi-mars d’abattre les avions civils arméniens survolant le Nagorny Karabakh si les autorités séparatistes rouvraient l’aéroport.

En retour, le président arménien Serge Sarkissian a prévenu qu’il serait à bord du premier vol commercial à destination de cette région.

Les autorités du Nagorny Karabakh, territoire peuplé majoritairement d’Arméniens, ont récemment annoncé leur intention de relancer en mai des vols commerciaux après la reconstruction de l’aéroport, qui est fermé à la suite d’un conflit militaire au début des années 1990.

Rattaché à l’Azerbaïdjan pendant la période soviétique, le Nagorny Karabakh a proclamé son indépendance, non reconnue par la communauté internationale, après une guerre qui a fait 30.000 morts et des centaines de milliers de réfugiés entre 1988 et 1994.

Un cessez-le-feu a été signé en 1994, mais Bakou et Erevan n’arrivent pas à se mettre d’accord sur le statut de la région qui reste une source de tensions dans le Caucase du Sud, une zone stratégique située entre l’Iran, la Russie et la Turquie.

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 09:56

http://www.ladepeche.fr/content/photo/biz/2011/04/14/201104142065_w350.jpgClaude Terrazzoni, président de l'Union des Aéroports Français (UAF) est au cœur du processus d'ouverture du capital des aéroports.

Pourquoi l'état veut-il se désengager du capital des aéroports ?

En 2003, l'Europe a mis en demeure la France de changer le statut des aéroports pour les faire passer en sociétés anonymes. Les grands aéroports de province sont devenus des sociétés de droit privé avec l'état comme actionnaire de référence avec 60 % des parts aux côtés des collectivités locales (15 %) et de la Chambre de commerce et d'industrie (25 %). Aujourd'hui, l'état cherche des financements et veut se désengager.

Doit-on craindre ce processus de privatisation ?

L'état va lancer ses appels d'offre pour trouver des repreneurs. S'il n'a pas de vision stratégique, il fera gagner le plus offrant et c'est le marché qui dictera sa loi. L'Union des aéroports français a clairement fait entendre sa voix dans un livre blanc. Nous disons oui à l'ouverture du capital en privilégiant une majorité publique et surtout nous voulons des investisseurs de long terme, pas des prédateurs !

 

Les collectivités locales qui souhaitent augmenter leur participation pourront-elles le faire ?

C'est une très bonne chose de voir les collectivités monter au capital. Ce sera un très bon investissement pour elles. Pour financer cet achat de parts, elles emprunteront mais toucheront des dividendes pour rembourser. Et dans trente ans, elles seront à la tête d'un actif dont la valeur aura été multipliée par deux ou trois. Mais il faudra aussi ouvrir le capital à hauteur de 5 % aux salariés de l'aéroport.

Quel intérêt un grand groupe a-t-il à investir dans l'aéroport de Toulouse ?

Les grands groupes comme Vinci qui peuvent être intéressés pour montrer leur savoir-faire dans la conception, la construction et l'exploitation d'un grand aéroport. Avec cette expérience, ils pourront ainsi conquérir des parts de marché à l'étranger notamment en Chine où un aéroport nouveau ouvre ses portes chaque mois.

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Actualité aéronautique et aéroportuaire

Présentation

  • : L'aumônerie protestante aux aéroports
  • L'aumônerie protestante aux aéroports
  • : Aumônerie protestante des aéroports français
  • Contact

Recherche