Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 06:55

 

66dd16976f[1]

 

 

 

 

Journée Mondiale de prière

du 7 mars 2014


 

Thème choisi cette année par un comité de femmes égyptiennes:

"De l'eau jaillira dans le désert, des torrents dans la plaine aride…"

(Esaïe 35)

 

 

La Journée Mondiale de Prière  des femmes est un mouvement international de femmes issues de toutes confessions chrétiennes.

Le mouvement organise chaque année, dans le monde entier, le premier vendredi de mars, une “Journée de Prière”. Elle est célébrée à ce jour dans 170 pays différents. Chaque année, des femmes d’un pays et d’un continent différents préparent la célébration, choisissent les textes et rédigent les prières.


La devise du mouvement est “S’informer, prier, agir”.


S’informer implique rencontre et dialogue.

Chaque année, un effort est fait pour découvrir la vie des femmes du pays qui a préparé la journée. Cela exige l’étude de sa géographie, de son histoire, de sa culture, de sa situation économique, de son système éducatif et de ses religions. Une attention particulière est consacrée à la condition et à l’action des femmes de ce pays.

 
Prier  exprime et enrichit l’échange spirituel entre femmes d’origines et de cultures différentes, sur le fondement de la  foi chrétienne dans ce qu’elle a de plus œcuménique.

 
Agir  se concrétise par un geste de solidarité en direction des femmes du pays qui ont préparé la célébration. Les offrandes recueillies lors des célébrations permettent de soutenir des associations et des mouvements chrétiens qui œuvrent pour le respect et la promotion des droits des femmes et pour la formation des femmes et des enfants.


(Info  FPF)

Repost 0
Published by Aumônerie protestante aux aéroports - dans Le monde protestant
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 16:55

 1526971 640814729310095 546419882 n


Parfois, il s'en passe des choses entre deux avions... On peut faire du lèche-vitrines pour quelques emplettes de dernière minute en guise de cadeau à ses proches, s'accorder un petit somme pour se reposer de ses émotions, aller à la chapelle et avoir un moment de recueillement... Ou bien, comme la grande voyageuse et ancienne résistante Annie Valloton, signer un contrat qui aura un impact spirituel indéniable sur plusieurs générations. La "dessinatrice de la Bible" d'origine vaudoise, qui est décédée le 28 décembre dernier, a commencé sa longue carrière d'illustratrice des textes bibliques suite à une rencontre qui l'a marquée dans sa jeunesse :

"Un dîner chez des amis protestants décidera de son sort (...) A un moment de la conversation, elle demande une bible. Après moult recherches, son hôtesse finit par en trouver une, couverte de poussière. « Dépitée, je suis alors rentrée chez moi. J’ai pris le Nouveau Testament, j’ai découpé les versets et je les ai illustrés. Je voulais montrer combien la Bible est accessible à tous et nous parle au quotidien. » D’une pile de petits livres, elle sort le résultat de cette première intuition : un livret intitulé Priorité, à la couverture jaune poussin. Elle le présente à des membres de la Société biblique, qui, dubitatifs, critiquent sa couleur « criarde ». Annie refuse de les entendre, se lève et s’en va. On l’imagine bien, fermant la porte, sans se retourner.

Tant pis pour ces Belges, Suisses et Français, le tournant de sa vie sera américain.
Un éditeur new-yorkais, informé de sa démarche et de son travail, la rencontre à l’aéroport de Stuttgart, entre deux avions. Affaire conclue : Annie illustrera la Bible en anglais courant, la Good News Bible.

« Dans les années 70, aux Etats-Unis, naît ce courant qui consiste à traduire la Bible à partir du degré de compréhension des lecteurs. De là vont naître des bibles en français, chinois, espagnol courants, rappelle Christian Bonnet, secrétaire général de l’Alliance biblique française. Ce qui explique qu’Annie Vallotton est sans aucun doute la dessinatrice la plus vendue dans le monde. » Annie s’amuse d’ailleurs en évoquant ces millions d’exemplaires… On reste quelque peu ébahi devant tant de simplicité. Et de désintéressement. « J’ai reçu un forfait et j’ai refusé les droits d’auteur. Si je ne l’avais pas fait, j’aurais aujourd’hui deux châteaux… en Espagne ! », sourit-elle. Au moins… Christian Bonnet salue à son tour cette fidélité : « Elle a toujours insisté sur le fait de limiter le plus possible le prix de vente des bibles en ne se payant pas ou peu, comme elle l’a fait aux Etats-Unis. ».



Déliée des contingences financières, Annie s’est ainsi toujours sentie libre dans son travail, « sans fil à la patte », ce qui ne l’a pas empêché d’être exigeante sur les maquettes et les mises en page de ses dessins.

Ses dessins ? Un minimum de lignes, une très grande sobriété du trait. Des personnages sans visage et pourtant expressifs. Universels (...) Epurés, ces croquis, ces esquisses ont pourtant un grand pouvoir d’évocation, comme le souligne Rachel Barral, ancienne responsable de l’audiovisuel à l’association Meromedia : « J’avais vu Annie Vallotton à l’œuvre en Suisse, je l’ai donc sollicitée. Sur les cassettes vidéo et les DVD, on la voit raconter des histoires bibliques tout en dessinant. Elle part d’un détail et sait entretenir le suspens. »
(...) Des dizaines, sans doute des centaines de fois, Annie a pris ses crayons – elle en a 1 400 chez elle – et dessiné en direct lors de cultes, de rencontres, de soirées, Noé et Abel, Abraham et Jésus sur des écrans de vidéo projecteurs. Ainsi elle a toujours fait ce qu’elle aime le plus : raconter et rencontrer."

 

tiré d'un article de Nathalie Leenhardt, dans "Réforme" n°3117, du 3 mars 2005

 

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
6 février 2014 4 06 /02 /février /2014 07:38

100-765-large

 

Le 6 février 1564, Jean Calvin prononce sa dernière prédication. Il se sent épuisé et il a le sentiment qu'il n'en a plus pour longtemps...

Il fait donc ses adieux petit à petit à ses amis, ses collègues, ses étudiants, demandant pardon à ceux qu'il a pu blesser par ses paroles ou par ses actes...

Il mourra quelques mois plus tard, laissant derrière lui une oeuvre théologique considérable.

Il faut dire que, malgré une très mauvaise santé, il avait prêché tous les jours, et ce à partir de l'automne 1549 !  

 Pour lui, la transmission de l'évangile est en effet essentielle dans un monde qui manque d'espérance et où la communication est primordiale pour la survie de l'humanité... ce qu'il formulera en ces termes:

"Les hommes sont nés les uns pour les autres... Ils doivent communiquer mutuellement ensemble pour maintenir la communauté du genre humain." 

                                                                                                                                                                       Anniel Hatton

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 08:51


images.jpeg

 

Le 30 janvier 1956, le domicile de Martin Luther King était attaqué à la bombe. Dix ans plus tard, le pasteur américain écrira dans son livre "Where do we go from here?":


"La violence accroît la haine. Répondre à la violence par la violence multiplie la violence, ajoutant une obscurité plus profonde à une nuit sans étoiles. L'obscurité ne peut pas chasser l'obscurité : seule la lumière peut le faire. La haine ne peut pas chasser la haine : seul l'amour peut le faire."[1]




[1] Bantham Books, New York, 2è édition, 1968, p.72

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 05:43

 

AiguesMortes_MarieDurand-medaille.jpg


elle seule, elle incarne au sein du protestantisme français la résistance à l'oppression et un plaidoyer extraordinaire pour la liberté de conscience. Marie Durand a passé, à cause de sa foi, trente-huit ans en prison dans la Tour ce Constance à Aigues-Mortes, au sud de Nîmes...

Elle rassemblait chaque soir ses compagnes (de détention) pour la lecture de la Bible, la prière et le chant des psaumes. Elle soutenait celles qui étaient tentée de fléchir...

La fidèle persévérance de ces femmes nous édifie et nous bouscule. Le prix qu'elles ont payé pour demeurer fermes dans la foi indique combien cette foi avait de valeur pour elles, et relativise l'importance de ce qui paraît parfois indispensable à notre bonheur...

L'humble et inflexible fidélité de Marie Durand et de ses compagnes anonymes a peut-être autant fait pour l'avènement de la liberté religieuse que les pamphlets des philosophes. Dans leur faiblesse, elles ont montré ce qu'est la force véritable (cf.2 Cor.11); elles ont posé aux puissants un problème insoluble, démontrant sans discours la dignité irréductible de la personne créée à l'image de Dieu, dont l'âme ne peut être domptée par les chaînes et la violence.

 

Jacques Blandenier, dans "Figures évangéliques de résistance", pp.129-133

 

(note: si Marie Durand a été libérée en avril 1768, les deux dernières prisonnières de la Tour de Constance ne sortirent de leur geôle qu'à l'époque de Noël de la même année)

 

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 00:09

DSCN5113.JPGLa fête de la réformation, le dernier dimanche d’octobre, remonte à 1617, date où le prince électeur du Palatinat, calviniste d’ailleurs, inaugura une célébration à l’occasion du centenaire de l’affichage, devenu déjà emblématique, des 95 thèses de Luther sur les indulgences le 31 octobre. Certains catholiques estiment qu’un tel anniversaire devrait plutôt commémorer le 10 décembre 1520, jour où le Réformateur brûla solennellement à Wittemberg la bulle pontificale condamnant 41 de ses thèses, exigeant sa rétractation et ordonnant de… brûler tous ses écrits.

Il est important que le geste symbolique de 1520 n’ait pas alors été choisi ; ce n’est pas, en effet, un acte destructeur qui est à l’origine du mouvement réformateur. Sa source profonde a été et demeure fortement positive. Elle n’est pas d’abord rupture avec l’Église de Rome, mais bien, en profondeur, fidélité première à l’Évangile. Si rupture il y a eu, elle ne vint pas des Réformateurs, mais de Rome qui, d’ailleurs, excommuniera Luther le 3 janvier 1521.L’affichage du 31 octobre se voulait, lui, constructif. Il proclamait dans toute sa force évangélique et sa radicalité libératrice le message central de la grâce, de l’amour premier et inconditionnel de Dieu.

                                       Laurent Gagnebin, Editorial, "Evangile et Liberté", n°192, octobre 2005

 


Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
19 octobre 2013 6 19 /10 /octobre /2013 07:54

CBADET CIRIC 29 09 2013 Culte 5-450x298

 

L'espérance qui nous tient ensemble est un secours et une force pour chaque jour de la vie.

L'espérance est patiente. Elle traverse le temps et les épreuves du quotidien.

Mais l'espérance est aussi impatiente : Elle est toujours tendue vers un lendemain qu'elle attend et qu'elle salue à l'avance.

Elle n'est pas une coquetterie de l'âme car elle concerne premièrement les désespérés, non pas les optimistes.

Elle est le secours et la force de quiconque entend le message de Celui qui vient et qui bénit. Elle attend  la guérison des nations comme l'annonce le livre de l'apocalypse.

Cette espérance nous engage sur plusieurs plans, et j'en retiens quatre aujourd'hui :

- Par le renforcement du lien fédératif qui nous unit, avec nos parcours pourtant différents, nos accents si variés, il nous faut inlassablement et en toute confiance rassembler pour l'élargir la grande famille protestante de France dans sa belle diversité évangélique, baptiste, pentecôtiste, luthérienne et réformée, pour un meilleur témoignage commun dans nos Eglises et dans la société.

- Par la prière qui engage et les actions qui témoignent il nous faut protester de notre foi. Protester, c'est-à-dire  attester de cette espérance dans la cité en nous tenant au service de tous ceux qui nous sont confiés, en  luttant contre la pauvreté ou l'exclusion, et contester l'injustice, plaidant pour le  plus vulnérable, l’exclu, autrement dit le plus petit de nos frères que l’on voit humilié chaque jour. Telle est la vocation de nos services, de nos institutions et de nos œuvres.

- Par le dialogue et la rencontre, il nous faut encore inventer des occasions de reconnaissance et de réconciliation entre chrétiens de toutes confessions, entre croyants et incroyants, afin de porter avec d'autres un message de paix et de justice dans un monde trop souvent déchiré et violent.

- Dans l'horizon de ce demi-millénaire de la Réformation, il nous faudra enfin apprendre ensemble àreformuler toujours plus clairement ce qu'être chrétien signifie dans le langage d'aujourd'hui, afin que l'évangile de Jésus-Christ soit mieux entendu et reçu par nos contemporains.

Je veux vous encourager au nom de Jésus-Christ !

3517467500

Envoi prononcé par le pasteur François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France, au culte de Protestants en Fête du 29 septembre 2013 à Bercy

 

(texte et photos tirés de la Newsletter n°12 de Protestants en Fête)

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 07:07

35183_francois-clavairoly_440x260-copie-2.jpgL’Église est lieu de toutes rencontres et de tous émerveillements. Elle est le lieu de la joie comme celui de la tristesse. Elle est le lieu de l’accueil comme celui de l’engagement qui exige un choix. Elle est la rencontre elle-même, la joie et la tristesse entremêlées, l’engagement et la prière qui se saluent et s’encouragent. Mais avant toute chose, l’Église a cette grâce étonnante de pouvoir offrir le moment d’une halte et d’un ressourcement (...)

Mais l’Église est bien plus vaste et plus large que tout ce que je connais. Elle est au bout du monde, au Gabon, au Maroc, en Corée, en Israël, en Amérique et ailleurs ! Elle est bariolée, multiculturelle, et porte mille noms différents. Elle souffre, elle est pauvre, elle peine.
Elle est fidèle et infidèle, impardonnable et pardonnée, unique et divisée... J’y suis l’un de ses innombrables ministres du culte qui célèbrent, enseignent les petits et les grands, réfléchissent et agissent au nom du même maître, et j’en suis heureux.

 

Dans ce buissonnement oecuménique qu’est l’Église de Jésus-Christ, l’essentiel est dit lorsqu’un enfant s’émerveille devant le récit d’une parabole, lorsqu’un mourant que l’on visite remercie et vous fait rougir les yeux, lorsqu’un engagement est tenu dans la diaconie, lorsque la sainte cène est anticipation du royaume, lorsqu’une larme est séchée et une vraie joie retrouvée. Lorsque je suis avec l’autre semblable remis debout en moi-même, ressuscité, envoyé. 

François Clavairoly, pasteur, nouveau président de la FPF,  dans "Evangile et Liberté", n°271, août-septembre 2013

(photo La Croix)

 

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 05:36

 

20130929 101021

 

C'est fini...

Bercy s'est vidé et tout le monde est rentré à la maison.

Ne restent qu'un sac en tissu chiffonné et une écharpe verte dont on ne sait plus que faire, des souvenirs de communion et de rencontres de toutes sortes... Des gens qu'on n'avait jamais croisés auparavant, et d'autres qu'on avait perdus de vue depuis des années et qu'on redécouvre avec surprise et joie au détour d'un village de toile.

Protestants en Fête est terminé...

Et pourtant la fête continue. 

20130929 125817

 Car la foi en ce Dieu d'amour et d'espérance qui nous a rassemblés du 27 au 29 septembre est une fête du coeur au quotidien. Malgré les duretés de l'existence, les trahisons, les méchancetés et les souffrances, le Paris d'Espérance continue... pari d'espérance pour chacun, envers et contre tout, espérance pour Paris et sa région, grâce au témoignage fidèle de nos communautés, petites ou grandes, dans cette immense agglomération où beaucoup de gens vivent dans une solitude extrême et un profond désespoir qui les mine au quotidien.

Oui, outre les animations diverses dans différents lieux, le beau culte du dimanche 29 septembre à Bercy et sa retransmission sous la tente de la Gare de Lyon, resteront dans les coeurs de beaucoup de participants comme un encouragement à vivre pleinement, au grand jour, et dans l'unité, l'espérance qui jaillit de leur foi.

Alors, ensemble, tous ensemble, continuons à lancer ce pari d'espérance, espérance pour Paris, pour la France, et pour le monde entier !

                                                                                                                                               Anniel Hatton

20130928_194542.jpg

(photos: Elza Hatton)

 

                                                                                                                                                                           

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 06:50

 

Depuis le premier octobre, la Fédération protestante de France a un nouveau président, François Clavairoly, pasteur de la branche réformée de l'Eglise protestante unie de France.Francois-Clavairoly-prochain-president-de-la-FPF_detailcont.jpg

 

"Dans sa famille, il y a des pasteurs à tous les étages: lui, son père, son grand-père maternel, son fils... François Clavairoly, né dans "le chaudron" de la foi chrétienne, l'a confrontée à d'autres spiritualités, lui qui est très attaché au dialogue avec l'Islam et le Judaïsme.

Dans ses nouvelles responsabilités au sein de la FPF, il souhaite mieux faire connaître les protestants à la société française. Il veut aussi montrer que des Eglises très diverses peuvent témoigner ensemble "d'une foi décontractée, tranquillement assumée".

Il l'affirme, la diversité est une chance, et on peut être différent et heureux ensemble."

 

extraits d'un article de "Regards Protestants", p.10

 

 

Repost 0
Published by Aumônerie protestante des aéroports - dans Le monde protestant